Un nouveau parc éolien à 24 millions d'euros dans le Poitou qui sera sous tension en juin

 |  | 837 mots
Lecture 4 min.
Equipées de fibre optique les éoliennes de Champvoisin (en cours d'assemblage) seront pilotées à distance en cas de tempête ou d'avarie.
Equipées de fibre optique les éoliennes de Champvoisin (en cours d'assemblage) seront pilotées à distance en cas de tempête ou d'avarie. (Crédits : CC / Pixabay)
La Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes (CEAPC), à Bordeaux, participe au montage d'une opération de financement du parc éolien de Champvoisin, en ex-Poitou Charentes. Cette opération a près de 24 millions d'euros est menée avec d'autres établissements du groupe BPCE, et RP Global, un opérateur autrichien spécialiste du montage de projets dans les énergies renouvelables.

En principe, le nouveau parc éolien de Champvoisin, à Fomperron (Deux-Sèvres/Nouvelle-Aquitaine), dans la communauté de communes de Parthenay-Gâtine, dont la construction sera bientôt achevée, doit être mis sous tension en juin prochain. Il est constitué de quatre éoliennes de 150 mètres de haut en bout de pale, et doit développer une puissance électrique totale de 13,6 MW : de quoi couvrir la consommation électrique hors chauffage de 28.370 personnes.

Lire aussi : Drones : le Bordelais Singulair passe à l'échelle grâce au n°1 mondial de l'éolien

Validé par les autorités en 2016, après commission d'enquête, ce projet a toutefois été attaqué la même année par Jean Collon, porte-parole EELV des Deux-Sèvres. Adossé à un Comité local de suivi et validé en son temps par la Commission départementale de la nature, des paysages et des sites (CDNPS) des Deux-Sèvres, ce projet est parti sur de bons rails et a bénéficié d'une opération de financement participatif en août 2017, qui a été bouclée avec succès à hauteur de 179.450 euros alors que l'objectif était fixé à 100.000 euros.

Un très attractif contrat d'achat d'électricité sur 20 ans

Ce projet est porté par la filiale France du groupe autrichien RP Global, spécialiste du montage de grands projets industriels à l'international en énergie renouvelable en hydroélectricité, énergie solaire et éoliennes. Un secteur dans lequel cette entreprise viennoise a démarré il y a plus de vingt-cinq ans en tant qu'établissement de l'Austrian Bank (aujourd'hui Erste Bank) à Vienne. RP Global France, à Lille, qui emploie une quinzaine de personnes pour un chiffre d'affaires proche de 800.000 euros en 2019 -selon les bases de données spécialisées-, annonce 77 MW en exploitation et 250 MW en cours de développement.

Lire aussi : La stratégie de Valorem pour s'ancrer dans le boom des énergies renouvelables

Autrement-dit ce projet techniquement solide ne devrait pas mobiliser des foules de mécontents, même si les mats des éoliennes viennent d'Allemagne et leurs pales de Turquie... Le fait que le gouvernement ait accordé à ce projet un des derniers Contrats d'achat d'électricité sur 20 ans (Power purchase agreement, PPA) a pesé lourd puisque son caractère de long terme a été un élément très attractif. Pour être précis, ce type de contrat d'achat est baptisé DCCR E17 dans la nomenclature administrative, pour Demande de contrat de complément de rémunération E17. Il s'agit en l'occurrence de rémunérer la vente d'électricité d'origine renouvelable à EDF.

Une action groupée à laquelle participe la CEAPC

"Profitant pour ce projet d'un PPA du gouvernement, nous avons reçu de nombreuses offres de financement, mais notre choix s'est porté sur BPCE Energeco et Hélia Conseil, dont l'offre, au-delà d'être compétitive, revêtait une dimension adaptée au contexte local du projet", éclaire ainsi Jorge Rodriguez, directeur financier de RP Global, dans le communiqué.

Lire aussi : Sergies teste dans la Vienne la première centrale solaire hybride de France métropolitaine

Et parmi les propositions, celle faite par le groupe BPCE (Banque Populaire-Caisse d'Epargne), bien décidé de ne pas laisser passer sa chance, a fait la différence. Car tous les établissements syndiqués dans le pool, qui structure au final un prêt d'un montant de 23,98 millions d'euros, appartiennent à des filiales de la BPCE. Un ensemble dans lequel se détache un établissement néo-aquitain bien connu, la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes, par le biais de sa Banque de développement régional, dont Patrick Dufour, membre du directoire de la CEAPC a la charge.

RP Global voit loin ce qui plait à la BPCE

Ce dernier a partagé une déclaration officielle faite avec les autres acteurs de l'opération : Marie Namias, membre du directoire de la Caisse d'épargne Bretagne Pays de Loire, également en charge de la Banque de développement régional, Christophe Jaglin, président d'Hélia Conseil et Stéphane Pasquier, directeur général de BPCE Energeco.

"La Caisse d'Epargne Aquitaine Poitou-Charentes et la Caisse d'Epargne Bretagne Pays de Loire avec Hélia Conseil sont fières de soutenir RP Global dans son ambitieux programme "Horizon 2024". Ce programme met l'accent sur le développement de projets énergétiques de grande qualité et les relations étroites avec les partenaires locaux. Plus que jamais, le réseau bancaire de la Caisse d'Epargne joue pleinement, aux côtés de BPCE Energeco, son rôle de banquier de la transition énergétique et, plus largement, du développement économique régional", déclarent ainsi les représentants de ces établissements de la BPCE.

Dans le cadre de son programme "Horizon 2024", RP Global, présent en Europe, Afrique et Amérique du Sud, compte installer des projets éoliens et solaires pour atteindre 1 GW de puissance en énergies renouvelables. RP Global revendique un portefeuille actuel représentant près de 9 GW de puissance installée.

Lire aussi : Inauguration près de Poitiers de la 1ère centrale flotovoltaïque de Nouvelle-Aquitaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :