Appuyé par la Région, Terreal booste sa transition énergétique

 |   |  662  mots
Ecole des Mines, à Carmaux, façade réalisée par Terreal
Ecole des Mines, à Carmaux, façade réalisée par Terreal (Crédits : Michel Dulherm)
Disposant d'importantes unités de production en Nouvelle-Aquitaine, le groupe Terreal, qui utilise massivement la terre cuite pour ses produits dans la construction, lance un grand programme de réduction de sa consommation énergétique. Une initiative maintenue malgré la pandémie de Covid-19 et soutenue par la Région Nouvelle-Aquitaine.

Le groupe Terreal, à Suresnes (Hauts-de-Seine), grand acteur de la construction, où il se définit comme un spécialiste de l'enveloppe du bâtiment, annonce un important plan de réduction de sa consommation énergétique en Nouvelle-Aquitaine, dans le cadre de son programme baptisé Titan. Ce programme d'économie d'énergie d'un montant total pour le groupe de 6,4 M€ en 2020, est soutenu par une subvention de la Région Nouvelle-Aquitaine de 1,3 M€.

Lire aussi : Domofrance relance ses chantiers dans un marché travaillé par l'inflation

D'ici la fin de l'année, le groupe Terreal, présidé par Laurent Musy, doit ainsi changer le four de cuisson de ses tuiles « Zen » (qui vont passer d'un « four rouleaux » à un « four tunnel »), ce qui va diviser par trois la consommation énergétique de cette gamme de fours. Un énorme projet à l'étude depuis décembre 2018 et sur lequel les équipes ont continué à travailler pendant le confinement. La deuxième phase programmée par le groupe va courir de 2021 à 2025 et s'articule sur trois étapes : réduction des consommations des fours de Terreal en Nouvelle-Aquitaine, optimisation des séchoirs, récupération et valorisation de la chaleur fatale (énergie générée comme sous-produit d'une autre activité principale et non récupérée -NDLR)

4.800 tonnes de CO2 en moins par an

Une suite du programme à laquelle sera associée la Région dans le cadre d'un comité de pilotage. Si la Nouvelle-Aquitaine est très impliquée dans ce projet c'est qu'Alain Rousset, le président de la Région, soutient l'activité des entreprises, mais aussi qu'historiquement la région est un énorme centre pour l'activité de tuilerie et briquèterie. Le projet Titan vise globalement à réduire la consommation énergétique des sites industriels du groupe en Nouvelle-Aquitaine de 10,5 %, ce qui représente une baisse des émissions de dioxyde de carbone de 4.800 tonnes par an. Avec au final une réduction de la consommation énergétique équivalente à celle de près de 3.800 logements.

"Ce projet est stratégique pour Terreal. Une réduction de 10,5% des émissions de gaz à effet de serre pour notre site, c'est un véritable enjeu ! Et malgré le contexte sanitaire et économique dans lequel nous sommes, il faut le poursuivre avec l'ambition de délivrer dans les délais initialement prévus. Aujourd'hui, 23 robots ont déjà été réceptionnés ainsi que 95 % des éléments restants pour la construction des autres machines. Le projet avance donc dans les temps", déclare Lionel Da Silva, responsable technique et matières premières PTC et chef du projet Titan.

Nouvelle-Aquitaine, une région clé pour la tuilerie

Terreal est quasiment né en Nouvelle-Aquitaine où le groupe dispose d'importantes unités de production, à Montpon-Ménestérol, en Dordogne, mais aussi dans la Charente limougeaude, à Chasseneuil-sur-Bonnieure et surtout à Roumazières-Loubert, qui accueille sans doute la plus grande unité européenne de production de tuiles et produits en terre cuite. Soit un gigantesque site de 300.000 m2, dont 100.000 m2 de plancher, qui emploie plus de 400 salariés, avec une capacité annuelle de production de 430.000 tonnes de tuiles et autres produits en terre cuite.

Lire aussi : Immobilier : à Bordeaux Métropole, les promoteurs craignent une année blanche

Il faut savoir que dans cette région les maisons sont traditionnellement construites en tuiles. Et que Roumazières-Loubert est sans doute le berceau des plus grandes tuileries et briquèteries que n'ait jamais connu la France. C'est dans cette commune qu'est en particulier née TBF (Tuilerie Briquèterie Française) qui a été un pilier majeur pour la création de Terreal, avec Lambert et Guiraud. Terreal, qui intervient dans le bâtiment en couverture, structure, façade-décoration et solaire, a dernièrement réalisé un chiffre d'affaires de 376 M€ avec 2.200 salariés répartis dans plusieurs pays.

En maintenant son virage dans la transition énergétique malgré l'impact de la crise sanitaire, le groupe Terreal annonce la couleur : il ne renoncera pas à ses ambitions écologiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :