Covid-19 : Lectra poursuit son activité sans chômage partiel et sans licenciements

 |   |  755  mots
Dans le centre de recherche et développement de Lectra : l'élaboration de la mode à la demande, au coeur de la démarche 4.0 du groupe.
Dans le centre de recherche et développement de Lectra : l'élaboration de la mode à la demande, au coeur de la démarche 4.0 du groupe. (Crédits : Agence Appa/Eric Barrière)
Leader mondial des systèmes de découpe de matériaux souples (tissus, cuirs...) le groupe Lectra continue à fabriquer et à assurer le service après vente de ses robots de découpe haut de gamme. Daniel Harari, son PDG, a vu les ateliers fermer les uns après les autres en Chine. Rendu solide par l'importance de ses revenus récurrents et sa bonne santé financière, Lectra ne veut pas rater le redémarrage de l'activité industrielle qui se profile...

Le 12 février dernier, un peu plus d'un mois avant le début du confinement en France pour cause de coronavirus, Daniel Harari, PDG du groupe Lectra, leader mondial de la conception et de la fabrication de systèmes de découpe de matériaux souples (cuir, tissus...), estimait que les fermetures d'usines allaient se répandre dans le monde plus vite que le coronavirus. Daniel Harari a pu se livrer à ce pronostic parce que Lectra est implanté en Chine, où il a des clients mais pas son centre de recherche et développement ni son appareil de production, qui sont restés à Cestas, en Gironde, où est né le groupe, dont le siège social est désormais à Paris.

Lire aussi : Financièrement très solide, Lectra se prépare à acheter entre 3 et 5 startups en 2020

Et en Chine, ses systèmes de découpe, des robots ultra perfectionnés qui communiquent entre eux en continu, ont suivi le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :