Vers la création d'une filière de biocarburants aéronautiques en Nouvelle-Aquitaine ?

 |   |  450  mots
Le projet réunit Safran Helicopter Engines, Euralis, Teréga, ACD, Chemparc, Agri Sud Ouest Innovation, Xylofutur, la CCI Pau Béarn, l'UPPA, Aerospace Valley et la Région Nouvelle-Aquitaine.
Le projet réunit Safran Helicopter Engines, Euralis, Teréga, ACD, Chemparc, Agri Sud Ouest Innovation, Xylofutur, la CCI Pau Béarn, l'UPPA, Aerospace Valley et la Région Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Safran Helicopter Engines)
La réduction de l'empreinte carbone du secteur de l'aéronautique est un enjeu majeur pour le groupe Safran mais aussi pour la région Nouvelle-Aquitaine. Face au changement climatique et à la raréfaction des énergies fossiles, Safran s'engage dans la création d'une filière locale d'approvisionnement en biocarburants. L'étude de la faisabilité technologique et économique du projet vient d'être officiellement lancée.

Depuis 2008, le groupe Safran Helicopter Engines est partenaire du programme européen Clean Sky qui l'engage à réduire de moitié ses émissions de CO2 et de 80% ses émissions de NOx (oxydes d'azote) s'il souhaite atteindre les objectifs fixés par l'Aacare (Conseil consultatif pour la recherche aéronautique en Europe).

Lire aussi : Safran Helicopter Engines investit 50 M€ dans son site industriel des Landes

La création d'une filière locale d'approvisionnement en biocarburants aéronautiques lui permettrait à la fois de réduire son empreinte carbone et de dynamiser les domaines d'agro-industrie, de chimie et d'énergie de Nouvelle-Aquitaine. C'est dans cette perspective que la coopérative agricole Euralis, le transporteur de gaz Teréga, les clusters ACD (Aquitaine Chimie Durable), Chemparc, Agri Sud Ouest Innovation et Xylofutur ainsi que la CCI Pau Béarn, l'Université de Pau et des Pays de l'Adour et le pôle compétitivité Aerospace Valley ont tous signé, le 10 mars dernier, une lettre d'intention avec Safran Helicopter Engines et le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine d'une lettre d'intention qui matérialise leur engagement dans l'étude de la faisabilité du projet.

Développer des carburants alternatifs

Le président d'Euralis, Christian Pèes souligne le rôle central de l'agriculture dans la transition écologique et rappelle que « depuis dix ans avec nos partenaires nous valorisons la production de bioéthanol dans le Sud-Ouest. » Le bioéthanol est un biocarburant qui présente l'avantage d'avoir un meilleur bilan carbone que le kérosène sur l'ensemble de son cycle de vie (de la production à leur utilisation).

Pour autant, la transition écologique de ce secteur nécessite des moyens technologiques complémentaires aux biocarburants. Safran Helicopter Engines investit donc également dans l'hybride électrique et le design de turbomoteurs optimisés. Le président du groupe, Franck Saudo, annonce d'ores et déjà que ses « [...] moyens d'essais moteurs pourront servir au développement de carburants alternatifs plus avancés sur le plan environnemental » et que les systèmes d'aéronefs, principaux vecteurs d'émission carbone, supporteront 100 % de carburants qualifiés de durables à horizon 2030-2035.

Enfin, Alain Rousset, le président du conseil régional, ajoute que « la Région soutient donc cet engagement qui s'inscrit dans une vision durable de l'aviation ». Si le projet aboutit les aéroports, les bases aériennes et les industriels de l'ensemble de la région profiteront de biocarburants aéronautiques certifiés et drop-in (utilisables sans modification du moteur et sans impact opérationnel). Dans l'immédiat, les différents signataires vont évaluer les besoins et les savoir-faire présents localement dans le domaine de l'agro-industrie, de la chimie et de l'énergie pour fabriquer et distribuer du biocarburant aéronautique durable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :