Les tensions internationales affaiblissent l’activité de Lectra

 |   |  729  mots
Lectra conçoit et développe à Cestas (notre photo) les robots de découpe les plus sophistiqués du monde.
Lectra conçoit et développe à Cestas (notre photo) les robots de découpe les plus sophistiqués du monde. (Crédits : Lectra)
Le groupe Lectra, à Paris et Cestas (Gironde), a souffert au 1er semestre de la poursuite de la dégradation des relations commerciales internationales générée par la politique économique agressive des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine et du Mexique. Trou d’air semestriel qui ne compromet pas la solidité du groupe.

Le chiffre d'affaires de Lectra, leader mondial dans la conception et la vente de systèmes de découpe de matériaux souples (tissus, cuir...), a reculé au 2e trimestre 2019 en données réelles (c'est-à-dire constatées) de -4 %, à 70,2 M€, par rapport à la même période en 2018. En données comparables, c'est-à-dire en chiffres 2019 traduits aux cours de change de 2018, cette baisse est légèrement plus accusée, à -6%.

Lectra, qui a pour PDG Daniel Harari, est un groupe international qui emploie 1.700 salariés, dont près de 700 à Cestas, qui est sensible aux variations de parité entre le dollar et l'euro mais aussi entre le yuan et l'euro. D'autant qu'il intervient sur des marchés aussi sensibles que ceux de l'habillement, de l'automobile (avec les airbags) ou encore de l'ameublement. Ainsi avec une parité moyenne de 1,13 $/1 € au 1e semestre 2019, le dollar était en hausse de +7 % par rapport à l'euro sur un an, tandis que le yuan  de son côté gagnait +1 % .

Cette évolution monétaire a eu pour effet mécanique d'augmenter de +2,9 M€, soit +2 %, le chiffre d'affaires du groupe et de +1,8 M€, soit +12 %, le résultat opérationnel sur les six premiers de l'année 2019.

La guerre commerciale pousse à l'attentisme

Pour revenir à l'analyse trimestrielle proprement-dite, rappelons qu'au 1er trimestre 2019 la situation était différente du 2e trimestre puisque le chiffre d'affaires en données réelles était resté stable, à 67 M€, alors qu'il avait reculé de -3 % à données comparables sur un an. Cette évolution défavorable au 2e trimestre 2019 affecte le résultat opérationnel du groupe, qui cède -3 % en données réelles, à 9,5 M€ (et -11 % à données comparables), mais elle n'influe pas sur la marge opérationnelle qui progresse légèrement (à données réelles) de +0,1 % à 13,6 %. Le résultat net reste quant à lui inchangé à données réelles sur un an, à 6,9 M€.

"Ce deuxième trimestre a été marqué par le renforcement de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine d'une part, les Etats-Unis et le Mexique d'autre part, auquel s'ajoutent les craintes d'un ralentissement de la croissance. Cette situation a incité un nombre de plus en plus important d'entreprises à la prudence, sur l'ensemble des secteurs d'activité de Lectra, avec pour effet de réduire ou retarder leurs décisions d'investissements" analyse la direction du groupe.

C'est ainsi que les commandes de nouveaux systèmes ont reculé de -22 % à données réelles (-21 % à données comparables) par rapport au 2e trimestre 2018, à 26,5 M€. L'évolution de l'activité du 1er semestre est notamment marquée par l'apport positif des taux de change.

Trésorerie et capitaux propres en hausse

Le chiffre d'affaires est sous la pression d'un environnement macroéconomique dégradé qui se traduit en particulier par un recul de -15 % des commandes de nouveaux systèmes sur un an, à 53,9 M€. De leur côté l'évolution des licences de logiciels de CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur) et de PLM (product lifecycle management pour : gestion du cycle de production -NDLR) reste stable, tandis que de leur côté les ventes d'équipements et de leurs logiciels reculent de 18 %... A 137,2 M€ le chiffre d'affaires semestriel cède -2 % à données réelles (-4 % à données comparables).

A noter que l'activité des licences de logiciels, des équipements et des services non récurrents diminue de 16 %, à 53,5 M€, alors que le chiffre d'affaires récurrent progresse quant à lui de +5 %, à 83,7 M€. Le résultat net semestriel gagne +3 % à 12,6 M€. Cette dépression économique conjoncturelle n'a pas d'impact sur la santé financière du groupe, dont les capitaux propres se sont légèrement renforcés (entre le 31/12/2018 et le 30/06/2019), passant de 170,4 M€ à 172 M€.

Pendant la même période, la trésorerie nette de Lectra suit un chemin comparable, passant de 102,2 M€ à 104 M€. La direction du groupe qui applique une feuille de route pluriannuelle confirme que les objectifs fixés en début d'année au titre de 2019 ne seront pas atteints, essentiellement du fait du retard pris au 1er semestre sur les commandes de nouveaux systèmes, d'autant que ce dernier pourrait durer. Le groupe reste néanmoins confiant dans son modèle d'organisation et sa progression de sa feuille de route dans le cadre de l'industrie 4.0, cadre qui est en train de se solder par le déploiement d'une toute nouvelle offre pour le secteur de la confection.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :