Le sidérurgiste Celsa Group investit 60 M€ à Bayonne

 |   |  357  mots
Bayonne affirme son rang de plateforme sidérurgique du Sud-Ouest.
Bayonne affirme son rang de plateforme sidérurgique du Sud-Ouest. (Crédits : Pixabay)
Le groupe sidérurgiste catalan Celsa Group, à Barcelone, confirme son investissement de 60 M€ au port de Bayonne pour la création d’un train de laminage avec 140 créations d'emplois à la clef.

Le projet annoncé depuis plusieurs années par le groupe catalan Celsa, à Barcelone, de renforcer son site industriel du port de Bayonne par la création d'un train de laminage est désormais officiel. Depuis 2015, l'investissement global annoncé par Celsa n'a pas beaucoup varié, passant de 50 à 60 M€. Celsa, qui fabrique déjà depuis 2007 des billettes, à raison de près de 500.000 tonnes par an, va s'imposer comme l'acteur dominant du port bayonnais, qui rayonne à la fois sur le Pays basque et les Landes en doublant sa production.

Le train de laminage doit être opérationnel d'ici 20 mois, soit au printemps 2021. Le groupe Celsa, qui emploie déjà près de 200 salariés, prévoit d'augmenter cet effectif de plus de 140 personnes. Combattu par les écologistes, en particulier à cause de la hausse des émissions de gaz à effet de serre (gaz carbonique) que va engendrer le nouveau complexe sidérurgique, ce projet est soutenu par la place portuaire bayonnaise et les milieux d'affaires. Celsa, qui est déjà un chargeur poids lourd du port de Bayonne va encore prendre du volume.

Elaborer des produits finis, plus près des clients

Les installations du groupe espagnol rayonnent du Pays basque (Boucau, Pyrénées-Atlantiques) au sud de la Gascogne atlantique (Tarnos, Landes).

"Cette opération fera de Celsa France le principal complexe sidérurgique du sud de la France et constituera un atout d'une grande valeur stratégique pour la croissance du groupe. Avec la construction d'un nouveau train de laminage, l'aciérie actuelle de Boucau-Tarnos ne se contentera plus de produire des billettes d'acier, mais pourra élaborer des produits finis, ce qui accroîtra sa compétitivité et sa rentabilité. Simultanément, le projet nous permettra d'améliorer la logistique et la pénétration des marchés français et du Benelux, ce qui nous aidera en outre à nous rapprocher du client final", déroule Francesc Rubiralta, président de Celsa Group.

Cet ensemble inudstriel international (Espagne, Danemark, Finlande, France, Norvège...), qui emploie 9.400 salariés, revendique avoir été la première entreprise sidérurgique française à obtenir une triple certification Qualité (Iso 9001), sécurité (OHSAS 18001) et environnement (Iso 14001).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :