Ford : "Ce jeudi nous attendons des réponses sur les volumes de travail"

 |   |  516  mots
Les syndicats de Ford Aquitaine Industries ne lâchent rien .
Les syndicats de Ford Aquitaine Industries ne lâchent rien . (Crédits : Agence Appa)
Les syndicats de Ford Aquitaine Industries attendent que ce jeudi, Ford Europe annonce la couleur pour les prochains mois, tandis que la condamnation du groupe automobile par le tribunal de grande instance fait toujours l’objet d’une procédure de médiation.

L'intersyndicale CGT, CFTC, CFE-CGC, CFDT, FO maintient la pression à Ford Aquitaine Industries (FAI), à Blanquefort (Bordeaux Métropole) et mène des actions à l'extérieur, hier mardi à la concession Ford de Bruges (Bordeaux Métropole), avec des distributions de tracts, et ce mercredi devant celle de Lormont (idem). Ford Aquitaine Industries a été condamné par le tribunal de grande instance pour le non-respect du maintien d'un effectif de 1.000 salariés dans l'usine prévu par l'accord signé en 2013.

Hier mardi était programmée une phase de conciliation-médiation suite à cette condamnation, par laquelle Ford est condamné à s'acquitter de 500 euros de pénalité par jour de retard dans le retour à 1.000 emplois à compter du 1er janvier 2018 et jusqu'à la mi-mai, date du terme de la convention signée en 2013 avec les pouvoirs publics. Ford Aquitaine Industries a fait appel de cette condamnation prononcée à la suite de la plainte déposée par le syndicat CGT de FAI, et, malgré l'effet suspensif de l'appel, a ensuite accepté d'utiliser la nouvelle procédure de conciliation pour sortir de ce mauvais pas.

Mobilisés pour demain jeudi

"Oui la médiation est en cours, mais ça pose problème à cause de l'annonce faite par Ford de refuser le lancement d'un nouveau projet industriel à Ford Aquitaine Industries. Ce jugement imposait le retour à 1.000 emplois à compter du 1er janvier et donc le recrutement de salariés pour atteindre ce niveau. Et maintenant nous savons que Ford ne va pas prendre cette option" relève sans aller plus loin Gilles Lambersend, secrétaire CGT du comité d'entreprise.

Des actions revendicatives sont également prévues demain jeudi 15 mars, lors de la tenue du comité d'entreprise extraordinaire au cours duquel les représentants de Ford Europe viendront à Blanquefort préciser aux Girondins comment se présente la suite des événements. Si l'intersyndicale n'en démord pas et veut que Ford réinvestisse dans l'usine girondine, la direction de Ford Europe ne voit pas du tout les choses de la même manière et devrait dévoiler au comité d'entreprise l'identité du cabinet qui sera chargé de trouver un repreneur pour l'usine.

"Ce jeudi nous attendons des réponses précises sur les volumes de travail qui nous seront accordés par Ford en 2018 et 2019. Jean-Pierre Floris, le délégué interministériel aux restructurations d'entreprises, devait parler à un responsable de Ford Europe hier soir au téléphone. Un débriefing est prévu ce vendredi avec le préfet Didier Lallement" détaille Gilles Lambersend.

L'élu CGT précise par ailleurs que la mobilisation dans l'usine est toujours d'actualité puisque son syndicat prépare sa participation à la journée d'actions (grèves et manifestations) prévue le 22 mars prochain dans un cadre public-privé. Et puis la mobilisation est également à l'ordre du jour le 24 mars à Bordeaux, avec une opération plus directement centrée sur Ford Aquitaine Industries. Contrairement à 2009, la mobilisation de FAI n'a aucun effet sur les syndicalistes de l'ex-usine sœur de Getrag Ford Transmission, à quelques centaines de mètres de FAI, passée sous le contrôle du groupe canadien Magna.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :