Ford Aquitaine Industrie : un document dévoile la stratégie de Ford en 2009 en Gironde

 |   |  480  mots
Le comité de suivi de demain ouvre sur un nouveau chapitre.
Le comité de suivi de demain ouvre sur un nouveau chapitre. (Crédits : J. Philippe Déjean)
En principe le comité de suivi consacré demain vendredi à Ford Aquitaine Industries ne sera pas le dernier. Il risque néanmoins d’être chahuté par la divulgation d’un document confidentiel qui dévoile la stratégie de Ford pour FAIà Blanquefort sur la période 2009-2011. (réactualisé 09/03/2018)

Le comité de suivi dédié à Ford Aquitaine Industries (FAI) organisé demain vendredi à la préfecture de la Gironde se tiendra en présence du préfet Didier Lallement, de dirigeants de Ford Europe, du délégué interministériel aux restructurations d'entreprises, Jean-Pierre Floris, de plusieurs élus des collectivités et des représentants de l'intersyndicale CGT, CFTC, CFE-CGC, CFDT, FO de FAI, qui appelle à la grève dans l'usine à compter de ce jeudi à 22 h.

Ce comité de suivi risque d'être animé. Parce que d'abord l'intersyndicale organise une opération usine morte qui va démarrer à 6 h 30 avec des distributions de tracts à la gare tram de Blanquefort, au rond-point de Lidl et à celui du Lycée agricole. Les manifestants doivent ensuite se retrouver à la gare tram de Blanquefort d'où ils vont partir pour la place des Quinconces, à Bordeaux, avant de rallier la préfecture en passant par la place de la Comédie, le cours de l'Intendance, la place Gambetta, les rues Georges Bonnac, du Château et Claude Bonnier. L'intersyndicale appelle par ailleurs à une mobilisation générale dans l'usine.

HZ Holding : un repreneur peu entreprenant

Ce mouvement syndical est motivé par l'annonce faite il y a quelques jours du refus du groupe Ford de lancer la fabrication d'une nouvelle boîte de vitesses à Ford Aquitaine Industries. L'autre point de tension, qui pourrait se développer demain, sera lié à la diffusion d'un document interne confidentiel qui montre que Ford veut se désengager de Blanquefort depuis de nombreuses années. Ce document, au sujet duquel la direction de Ford France n'a pas voulu faire de commentaires, éclaire d'un jour entièrement nouveau la séquence 2009-2011, au cours de laquelle le groupe automobile américain a vendu le site de Blanquefort à des repreneurs allemands, avant de le racheter en 2011.

Le syndicat CGT souligne que ce document, intitulé "Bordeaux Plant Divestment" (désinvestissement de l'usine de Bordeaux) "Lessons Learned" (leçons apprises) a été remis dans sa version originale (anglaise) à Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des finances, vendredi 2 mars, et ce jeudi matin à tous les élus intéressés par le dossier en Gironde. Ce document, sur lequel nous reviendrons, montre que toute activité à FAI aurait dû être définitivement arrêtée en 2011 et que, contrairement aux apparences, Ford n'a jamais souhaité que le fonds de retournement allemand HZ Holding, choisi pour reprendre le site, ne réussisse dans son entreprise. Ce qui expliquerait que HZ Holding n'ai jamais lancé un seul des projets industriels qu'il était censé mettre en oeuvre... Selon ce document le but de Ford était que l'usine de Blanquefort achève de produire le quota de boîtes de vitesses prévu pendant que le groupe se désinvestissait du site. Une opération bien meilleure pour l'image de marque et financièrement bien plus intéressante pour Ford qu'une fermeture.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :