Presse, "Sud Ouest" veut un printemps à ses couleurs

 |   |  835  mots
Patrick Venries, au micro, et Olivier Gerolami
Patrick Venries, au micro, et Olivier Gerolami (Crédits : Mikael Lozano)
La remise à niveau de la maquette du quotidien "Sud Ouest" est le premier mouvement d’un virage stratégique dont les détails seront présentés aux salariés du groupe fin mai.


Lors de la présentation de la nouvelle formule du quotidien "Sud Ouest", le 27 avril, au siège de l'entreprise, Patrick Venries, directeur général délégué, a annoncé que c'est le 26 mai que la direction présentera "aux salariés le projet d'entreprise pour les cinq prochaines années". Une annonce que certains salariés attendaient au départ fin mars et qui devrait reboucler - ne serait-ce que partiellement -, avec la réorientation stratégique annoncée sur vidéo par Olivier Gerolami, président du directoire de Groupe Sud Ouest (GSO) et PDG de la Sapeso, société éditrice du quotidien "Sud Ouest", sur laquelle nous sommes revenus le 24 mars dernier ("Sud Ouest" se lance dans une nouvelle stratégie). Présent lors de la conférence de presse Olivier Gerolami s'est peu exprimé.

Et Patrick Venries, qui a mené la conférence de presse, a même gentiment précisé en souriant qu'il est difficile d'arrêter le patron de "Sud Ouest" quand il commence à parler... Olivier Gerolami a confirmé en pointillés une minuscule partie de ses déclarations précédentes au sujet de la chaîne d'information locale TV7, dont "Sud Ouest" est l'actionnaire majoritaire, confirmant qu'il "fallait resserrer les liens" entre les deux entreprises et que le "déménagement de la chaîne de télévision" est à l'étude.

Enquête lecteurs

Le groupe de presse bordelais veut un printemps 2016 à ses couleurs et Patrick Venries a présenté en détail, en compagnie de Marie-Luce Ribot, rédactrice en chef adjointe en charge de l'Agence de développement (magazines, suppléments...), les modifications apportées au quotidien et au supplément du samedi ("Le Mag").

"La maquette n'avait pas été modifiée depuis 2008. Nous avons fait une étude de marque et une étude lecteurs, fin 2015. Le taux de notoriété de la marque Sud Ouest est très élevé mais il y avait une attente de nouveauté" a observé en substance le DG délégué, avant de souligner "il s'agit de mieux faire circuler les lecteurs à l'intérieur du journal, avec des contenus augmentés".

Ce qui n'exclut pas une réduction sensible de la taille des articles. La "Une" a notamment gagné en hauteur, avec la réduction de taille du logo, et a été débarrassée des filets qui surlignaient sa géométrie, ce qui peut donner une petite impression de flottement au lecteur habitué à l'ancienne formule.

Prix de vente à + 10 %

L'autre gros changement de maquette du quotidien concerne la "Une" départementale, qui est rebaptisée "Sud Ouest et vous". Ce virage est la réplique de la consultation des lecteurs, qui se sont montrés désireux de davantage d'interactivité, d'où une sélection de citations et de photos issues du web ou des réseaux sociaux, mais aussi d'articles revisitant un passé populaire dans "Souvenez-vous". Le magazine du samedi a lui aussi opté pour un régime allégé, notamment avec des articles un peu plus courts. Pour cause de 1er mai, le premier numéro de "Sud Ouest Dimanche" nouvelle formule sera dévoilé le 8 mai. Ce lifting printanier va de pair avec une remontée sensible des prix, soit + 10 % pour le quotidien, qui passe de 1 à 1,10 €, et + 7 %, pour le week-end, à 1,50 €.

"Nous restons en retrait des fortes augmentations qu'ont pu connaître certains quotidiens nationaux, il fallait éviter tout dérapage sur les prix. Cette augmentation devrait nous rapporter 3 M€ de recettes supplémentaires" analyse Patrick Venries. En 2014 la Sapeso a généré 161,5 M€ de chiffre d'affaires et 1,3 M€ de bénéfice net, avec près de 1.000 salariés dont 267 journalistes.

Investir dans les startups

Si le lectorat de "Sud Ouest" continue à s'éroder et que la publicité recule de 2 à 3 %, Patrick Venries estime que les nouvelles activités du quotidien, en particulier en ligne, et une "gestion au cordeau" ont permis "de retrouver la rentabilité". Parmi les nouvelles activités, l'accueil de startups au dernier étage du siège du quotidien est sans aucun doute un élément marquant. "Sud Ouest" a créé un nouveau véhicule, baptisé Théophraste, pour pouvoir éventuellement entrer au capital de ces jeunes pousses par le biais du "media for equitiy". Ce MFE donne au groupe de presse la possibilité d'entrer au capital de ces jeunes pousses en contrepartie de campagnes publicitaires. Sur le plan rédactionnel la tendance est à la segmentation des informations pour permettre aux lecteurs, grâce à la souplesse des outils en ligne, de se composer un menu personnalisé.
Le Groupe Sud Ouest a revendu il y a quelques mois à un consortium piloté par le groupe La Dépêche du Midi, à Toulouse, le groupe des Journaux du Midi, à Montpellier, ce qui lui a permis de dégager du cash. Ces fonds vont permettre à GSO de poursuivre son redéploiement et d'aller plus vite. Olivier Gerolami a ainsi indiqué que le groupe n'excluait pas d'avoir recours à des opérations de croissance externe, hors presse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :