Immobilier : Idéal Groupe veut décrocher le 1er label "Bâtiment frugal bordelais"

 |  | 966 mots
Lecture 5 min.
Bernard-Louis Blanc, nouveau stratège de l'urbanisme bordelais, met la dernière main à son label Bâtiment frugal bordelais
Bernard-Louis Blanc, nouveau stratège de l'urbanisme bordelais, met la dernière main à son label "Bâtiment frugal bordelais" (Crédits : Agence APPA)
Idéal Groupe s'est donné les moyens d'obtenir le tout premier label "Bâtiment frugal bordelais", porté par la nouvelle majorité écologiste à la mairie, en remettant en jeu un permis de construire déjà obtenu. Un geste courageux qui a visiblement séduit Bernard-Louis Blanc, nouveau stratège de l'urbanisme bordelais, qui a quasiment coaché la démarche d'Idéal Groupe.

Le promoteur Idéal Groupe, à Bordeaux, s'est donné les moyens financiers de jouer quasiment sur tous les tableaux en ouvrant son capital en octobre 2019, à hauteur de 11 millions d'euros, à LaTricogne Capital, la société de gestion de fortune de la famille Dumond. Pierre Vital et Edouard Myon, les deux cocréateurs d'Idéal Groupe, qu'ils définissent comme un "développeur immobilier", viennent ainsi d'annoncer, comme ils l'avaient déjà laissé entendre à La Tribune, que leur groupe lance le premier de tous les projets immobiliers bordelais qui sera éligible au tout nouveau label "Bâtiment frugal bordelais".

Une création de la mairie de Bordeaux, dont le maire (EELV) Pierre Hurmic, a de grandes attentes dans ce domaine, tout comme son stratège en charge de l'urbanisme, Bernard-Louis Blanc. Un spécialiste de l'immobilier fin connaisseur des enjeux bordelais, qui se veut intraitable quant à la promotion de la nouvelle politique urbaine de la mairie et qui a eu l'occasion d'en parler en détail dans nos colonnes.

Lire aussi : "L'objectif numéro un est de sortir du tout béton à Bordeaux" Bernard-Louis Blanc (2/2)

Idéal Groupe veut être premier sur le label BFB

Idéal Groupe, qui met la dernière main à un programme immobilier très haut de gamme place Gambetta, au cœur du Bordeaux chic, s'apprête avec ce nouveau programme baptisé Bordeaux-Piéchaud à faire une démonstration de force. Alors que la nouvelle majorité municipale n'a détaillé ses intentions en matière de frugalité urbaine que depuis quelques semaines, Idéal Groupe annonce la construction de sa première résidence compatible d'ici la rentrée 2021, autrement-dit autour du mois de septembre.

"La labellisation Bâtiment frugal bordelais est pour nous un challenge passionnant qui entre pleinement en résonance avec notre vision de ce vers quoi doit tendre l'immobilier de demain. Nos échanges avec la mairie, notamment avec Bernard Blanc, sur ce point sont depuis toujours très riches et nous sommes fiers de pouvoir leur soumettre aujourd'hui un projet avec une ambition environnementale et une étique forte", déroule Patrice Bonal directeur de l'agence Gironde d'Idéal Groupe, dans le communiqué d'annonce.

Biodiversité et respect de l'environnement

Cette résidence, située dans la rue à sens unique du professeur Timothée Piéchaud, non loin de l'hôpital Pellegrin, sera constituée de 10 logements (du T2 au T4).

"Le mode constructif (...) et les aménagements... favoriseront biodiversité, qualité de vie et respect de l'environnement. Des qualités qu'Idéal Groupe souhaite voir labellisées Bâtiment frugal bordelais (BFB) par la municipalité", souligne la direction du groupe dans la présentation du projet.

Celui-ci se veut parfaitement raccord avec les attentes de la mairie en matière d'urbanisme résilient et entend "réoxygéner" la ville, en particulier avec une attention portée au volet végétal du programme. Et l'on peut dire d'ores et déjà que le projet d'Idéal Groupe ne passera pas à la trappe.

Lire aussi : Le promoteur bordelais Idéal Groupe intensifie sa stratégie immobilière globale

La proposition BFB d'Idéal Groupe très appréciée à la mairie

Un appel qui a visiblement été entendu par le nouveau patron de l'urbanisme à Bordeaux, Bernard-Louis Blanc.

"Le projet présenté par Idéal Groupe est exemplaire de la démarche que j'ai souhaité engager avec les acteurs de la promotion immobilière et les architectes dès le mois de septembre 2020. Idéal Groupe accepte de remettre en jeu un permis de construire déjà obtenu, pour s'inscrire dans la  nouvelle perspective du Bâtiment frugal bordelais, dont les dirigeants ont entendu parler. C'est là une démarche courageuse et pionnière qu'il faut saluer.

Le dialogue que nous avons mené en présence de leur architecte nous a permis de sortir du tout béton, d'intégrer des matériaux bio-sourcés, de réduire au maximum l'imperméabilisation de la parcelle et d'augmenter très significativement la part de végétalilsation. La qualité de l'habité a été augmentée par une double orientation de la plupart des logements et une capacité d'adaptation en fonction de l'évolution de la famille. Tout ces ambitions sont celles portées par le label BFB", déroule Bernard-Louis Blanc.

Le bon dossier sur les bons rails

Structure à dominante bois et absence de sous-sol doivent permettre de favoriser à la fois les délais de construction, réduire impact sonore du chantier dans le quartier et émission de gaz à effets de serre pendant les travaux.

Les futures consommations énergétiques seront maîtrisées grâce à l'isolation par l'extérieur et l'implantation d'installations photovoltaïques décrit la direction. Quatre logements modulables doivent permettre une évolution compatible dans le temps avec les besoins familiaux, avec notamment la possibilité de créer des studios autonomes. Coaché par le nouveau big boss de l'urbanisme bordelais, on voit mal comment le projet d'Idéal Groupe pourrait échouer à décrocher ce tout nouveau label vert.

Lire aussi : "A Bordeaux, on va ralentir le flux de constructions neuves" Bernard-Louis Blanc (1/2)

Ce label du Bâtiment frugal bordelais, qui se veut un référentiel qualitatif à la fois sur les matériaux de construction, le bâti et la participation citoyenne, est en cours de finalisation. La majorité municipale travaille sur ce label avec le bureau d'études environnementales Tribu, dirigé par l'ingénieur Alain Bornarel. Basé à Paris, ce cabinet a travaillé depuis 1990 sur la conception écoresponsable d'une cinquantaine d'opérations urbaine et de près de 300 bâtiments. Ce devrait contenir une quinzaine de critères et très largement s'inspirer de démarches existantes ailleurs telles que le Bâtiment durable méditerranéen, depuis 2008, et le Bâtiment durable Nouvelle-Aquitaine, lancé l'an dernier avec le cluster Odéys.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :