Immobilier : le courtier bordelais Ashler & Manson mise sur le digital et le présentiel

 |   |  756  mots
Les logements dans le quartier des Chartrons, à Bordeaux, restent très recherchés par les acquéreurs parisiens.
Les logements dans le quartier des Chartrons, à Bordeaux, restent très recherchés par les acquéreurs parisiens. (Crédits : Agence APPA)
Le courtier bordelais Ashler & Manson, qui a bénéficié de 390.000 € de prêt garanti par l'Etat (PGE) pour faire face à la crise du Covid-19, mise sur le développement commercial de Preacor, son application automatisée d'analyse des dossiers de demandes de prêts immobiliers, mais aussi sur la croissance du nombre de ses agences physiques en France. Ashler & Manson a enregistré un bon exercice 2019, malgré une très légère baisse de son résultat net.

Courtier en prêts immobiliers et assurances de prêts coté en bourse, le groupe bordelais Ashler & Manson, qui développe une offre disponible en agence mais aussi en ligne, a vu son chiffre d'affaires progresser de 29 % en 2019, à près de 2 M€. Le résultat d'exploitation d'Ahsler & Manson, fondé par Aymerick Penicaut, qui le dirige, s'inscrit à 213.891 € contre 145.076 € en 2018, soit une forte hausse de 47 %, tandis que le résultat courant progresse encore plus vite, à +56 %, pour atteindre 203.440 €.

Lire aussi : Immobilier : à Bordeaux Métropole, les promoteurs craignent une année blanche

Soit une marge brute représentant plus de 10 % du chiffre d'affaires : un niveau jamais atteint indique la direction. Dans ce contexte très positif, l'évolution du résultat net surprend un peu. Tout en restant au vert, à 148.321 €, le bénéfice net d'Ashler & Manson accuse un petit à-coup négatif de -4,2 %. La direction du groupe observe que,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :