Habitat social girondin : Mésolia livre un nouveau programme à Cestas

 |   |  625  mots
Inauguration de la résidence avec Pierre Ducout, maire de Cestas, au centre en costume sombre, avec à côté de lui Emmanuel Picard, DG de Mésolia.
Inauguration de la résidence avec Pierre Ducout, maire de Cestas, au centre en costume sombre, avec à côté de lui Emmanuel Picard, DG de Mésolia. (Crédits : Mésolia)
Le Clos Vert Cœur est la 17e résidence construite par Mésolia sur la commune de Cestas. Cet acteur régional du logement social, bien implanté dans le Sud-Ouest, a décidé de renforcer son action auprès des publics les plus fragiles.

L'entreprise sociale pour l'habitat Mésolia, qui rayonne depuis Bordeaux sur 240 communes de Nouvelle-Aquitaine et d'Occitanie vient d'inaugurer Le Clos Vert Cœur, une résidence de 28 logements individuels et collectifs construite à Cestas, une commune située immédiatement à l'extérieur de Bordeaux Métropole, à sa périphérie sud-ouest. La conception de cet ensemble a été réalisée par l'architecte bordelais Michel Petuaud-Létang.

Le Clos Vert Cœur comprend 13 maisons individuelles, soit 4 T2, 5 T3, 4 T4, et 15 logements collectifs : 4 T2 et 11 T5. Tous ces logements disposent d'espaces extérieurs privatifs (petit jardin ou balcon) et d'une place de stationnement. Ils sont financés en PLUS (prêt locatif à usage social) et en PLAI (prêt locatif aidé d'insertion), à raison, pour un T2, d'un loyer mensuel moyen de 266 à 280 €/mois en PLAI, et de 294 à 318 €/mois en PLUS.

Pour les surfaces plus importantes, les loyers s'échelonnent de 346 à 396 €/mois en PLAI pour un T3, contre 398 à 431 €/mois en PLUS, pour atteindre 484 €/mois pour un T4 en PLAI et 492 €/mois en PLUS. Cette résidence, où les locataires ont emménagé fin mai, a été livrée au terme de deux ans de travaux et d'un investissement global de 3,7 M€, abondé par l'Etat, le Département de la Gironde, la communauté de communes Jalles-Eau Bourde (Canéjan, Cestas, Saint-Jean-d'Illac), le groupe Caisse des dépôts et Mésolia, avec 455.000 euros de fonds propres. D'ici fin 2019 et début 2020 cette entreprise sociale pour l'habitat va livrer 50 logements de plus à Cestas (résidence Jean Moulin, le Hameau de Peyre et les Jardins d'Octavie).

Un parc qui a doublé en quatre ans

Filiale du groupe TG, acteur indépendant du logement social, et du groupe Arcade-Vyv (4e opérateur national du logement social), la société Mésolia a démultiplié le parc qu'elle a en gestion en très peu de temps puisque ce dernier est passé de 9.000 logements en 2014 à 21.000 aujourd'hui. Mésolia, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 212 M€ en 2018, avec 245 salariés, a boosté son développement par croissance interne, en fusionnant et absorbant ses filiales Périgordia et Soliance Habitat, puis en procédant l'année suivante aux rachats de la SFHE (société française d'habitations économiques) Midi-Pyrénées, avant de jeter son dévolu en 2016 sur la Semib de Bruges, dans le périmètre de Bordeaux Métropole.

Cet acteur régional du logement social a actuellement 2.800 logements programmés dans son cycle de production, pour une production annuelle de près de 1.000 logements. La société vient d'élaborer un nouveau projet d'entreprise, après avoir réalisé 144 entretiens internes et externes, ainsi que deux forums, avec des associations de locataires, des élus, des collectivités, mais aussi des entreprises, des experts, partenaires sociaux et institutionnels, pendant sept semaines.

Des actions auprès d'un public marginalisé

Un nouveau projet d'entreprise qui veut amplifier l'utilité sociale de Mésolia en renouvelant ses offres, le logement étant un déterminant de santé. Dans ce cadre, l'entreprise entend accompagner le locataire tout au long de son parcours résidentiel.

C'est ainsi que Mésolia a lancé plusieurs projets, dont la construction d'une résidence d'accueil de 25 places pour personnes isolées en souffrance psychique à Bordeaux, la mise à disposition de 16 logements pour un public de migrants, pouvant accueillir provisoirement 60 personnes, 12 appartements dédiés aux personnes handicapées à Mérignac ou encore un centre d'hébergement d'urgence de 24 places, à Blaye et Saint-André-de-Cubzac. Pour renforcer sa présence dans le département de Tarn-et-Garonne (Occitanie) Mésolia est en train de se rapprocher de Tarn-et-Garonne Habitat, l'office de logement social de ce conseil départemental. L'objectif étant de mutualiser les ressources de ces deux acteurs pour agir au plus près du terrain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :