Le marché immobilier bordelais continue à exploser

 |   |  474  mots
Vue du programme Collection, de Bouygues Immobilier, programmé au Bouscat (Bordeaux Métropole).
Vue du programme Collection, de Bouygues Immobilier, programmé au Bouscat (Bordeaux Métropole). (Crédits : DR)
Le baromètre LPI-SeLoger, daté du 1er semestre 2018, confirme la puissance de la hausse des prix immobiliers (neuf et ancien) à Bordeaux. A un point tel que le prix au mètre carré au port de la Lune dépasse désormais celui de Lyon, qui était jusque-là numéro deux derrière Paris...

Non seulement ces prix continuent à grimper mais en plus ils battent des records. Ainsi Bordeaux se classe à la première place sur le podium des plus fortes hausses, à +15,4 % sur les douze derniers mois, mais en plus le marché bordelais, à 4.562 €/m2 de moyenne, crève le plafond. Lyon, qui a pourtant une autre stature urbaine, et où la hausse atteint +10,3 % sur an, est ainsi battu en montant, à 4.530 €/m2 !

La troisième ville sur le podium de ces plus fortes hausses n'est autre qu'Angers, qui enregistre +7,7 % à 2.254 €/m2. La capitale de l'Anjou précède Paris, à +7,6 %. La capitale nationale occupe logiquement les plus hauts sommets du pays en termes de prix, à 9.681 €/m2... La surprise, c'est que Bordeaux campe sur la deuxième tranche la plus élevée en matière de hausse des prix. La cinquième place de ce palmarès est occupée par Rennes, la capitale de la Bretagne, à +7,1 % pour 3.027 €/m2.

Ce mouvement haussier est tellement puissant à Bordeaux que LPI-SeLoger n'a pu s'empêcher de se livrer à une petite rétrospective, avec des résultats tout aussi impressionnants. Bordeaux connait une hausse des prix immobiliers ininterrompue depuis cinq ans et cette dernière atteint le taux record cumulé de +26 % !

Mérignac fortement tirée vers le haut par Bordeaux

"C'est bien simple, commente LPI-SeLoger, aucune autre ville française de plus de 100.000 habitants ne peut se targuer d'afficher une telle progression. Exception faite de Brest (+9,8 % sur l'année), partout ailleurs les prix immobiliers augmentent moins rapidement.... Bordeaux n'a jamais joui d'une telle attractivité et si les prix de ses logements flambent, l'arrivée de la LGV n'a fait que mettre encore un peu plus d'huile sur le feu !"

Dans le même temps, LPI-SeLoger note que la hausse des prix des appartements anciens ralentit dans quasiment tout le pays et qu'un tiers des villes de plus de 100.000 habitants sont même à la baisse sur un an. Tendance baissière qui concerne 45 % des grandes villes françaises au cours des trois derniers mois, souligne le baromètre...

Un spécialiste du marché immobilier interrogé sur le sujet (Michel Mouillart, professeur d'économie à Paris Ouest) relève que cette baisse est quasiment inexistante dans les villes qui comptent entre 60.000 et 100.000 habitants. A l'inverse, le dynamisme immobilier de Bordeaux se communique à d'autres villes de la Métropole, relève le professeur d'économie. Ce qui expliquerait que le marché immobilier ait fait un énorme bond en avant à Mérignac, à l'ouest de la Métropole, avec une hausse de +15,1 % sur un an pour un prix moyen de 3.133 €/m2.

Bordeaux : prix par quartiers (mix ancien - neuf)

  • Capucins/Saint-Michel/Nansouty/Saint-Genès : 4.422 €/m2
  • Caudéran/Barrière Judaïque : 3.952 €/m2
  • Grand Parc/Chartrons/Paul Doumer : 4.971 €/m2
  • Hôtel de Ville/Quinconces/Saint-Seurin : 5.225 €/m2
  • La Bastide : 4.133 €/m2
  • Le Lac/Bacalan : 3.959 €/m2
  • Saint-Bruno/Saint-Augustin : 3.839 €/m2
  • Saint-Jean-Belcier/Carle Vernet/Albert 1er : 3.910 €/m2

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2018 à 20:29 :
merci article clair et précis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :