Le Parisien, nouveau moteur immobilier bordelais ?

 |   |  339  mots
L'acquéreur immobilier parisien à Bordeaux est un jeune cadre sup'
L'acquéreur immobilier parisien à Bordeaux est un jeune cadre sup' (Crédits : Unsplash)
La dernière étude de la Chambre des notaires de Gironde sur l’évolution du marché immobilier en 2017 lève un coin du voile sur le poids des Franciliens et donc des Parisiens dans les acquisitions faites à Bordeaux.

Les notaires girondins consacrent un focus aux Franciliens, qui constituent désormais une sorte d'objet immobilier bordelais à part entière, plutôt tendance, avec au cœur de cet enrobage régionalisé : les Parisiens, qui jouent le rôle de la pépite en chocolat. Une certaine défiance à l'égard des nouveaux arrivants s'exprime dans le port de la Lune, transformant pour les plus frileux le TGV en nouveau Cheval de Troie.

Lire aussi : Immobilier : Bordeaux affiche complet

Lire aussi : Immobilier, la hausse bordelaise emporte aussi l'ancien

Sans revenir sur la question de la démographie, qui est pourtant en plein boom et fait depuis des années monter la population bordelaise, la Chambre des notaires de Gironde observe que les Franciliens représentent 12 % des acquéreurs de bien immobilier à Bordeaux en 2017. Beaucoup moins que ce à quoi on aurait pu s'attendre, puisqu'il reste quand même 88 % d'acquéreurs à identifier... "Selon les marchés leur proportion varie de 7 % pour les appartements anciens à 30 % pour les appartements neufs. Sur la dernière année, leur part de marché a progressé uniquement sur le marché des maisons anciennes, passant de 7 % à 10 %" égrène l'étude.

Un cadre supérieur de 30 à 39 ans

Les Franciliens ont un niveau de vie supérieur à la population bordelaise moyenne et cela se retrouve dans les transactions sans pour autant tourner au tsunami. "10 % des appartements les plus onéreux sont acquis par des Franciliens. Cette proportion s'élève à 14 % pour les maisons anciennes. A l'inverse, pour les biens les moins chers, les Franciliens représentent entre 5 % et 6 % du marché", relève l'analyse de conjoncture.

Parmi cette population francilienne, les Parisiens sont les plus nombreux (42 %) et le portrait-robot de cet acquéreur immobilier se rapproche de la caricature locale sur le pouvoir d'achat des nouveaux arrivants puisque c'est un cadre supérieur âgé de 30 à 39 ans. L'autre information n'est pas simplement lexicale : 24 % de ces 10 % de Franciliens qui achètent à Bordeaux sont des Altoséquanais. Mais ce mot, qui semble signaler une invasion barbare, désigne plus simplement les habitants des Hauts-de-Seine...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2018 à 16:16 :
"30 % pour les appartements neufs" c est sur que ca a de quoi faire flamber les prix, c est quasiment 1/3 des acheteurs ...
apres il faut voir le cote positif, si a terme Paris se vide et devient une ville musee, c est tout benefice pour les regions francaises qui recupereront l activite economique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :