Nicolas Ferrary : "Airbnb est un complément à l'hôtellerie ! "

 |   |  374  mots
Nicolas Ferrary, directeur France d'Airbnb
Nicolas Ferrary, directeur France d'Airbnb (Crédits : DR)
Interviewé hier dans le cadre de la 5e édition du Sommet économique du Grand Sud, au Palais de la Bourse à Bordeaux, Nicolas Ferrary, directeur France d’Airbnb, s’est montré optimiste quant à l’avenir de cette plateforme de location d'hébergements à court terme entre particuliers.

Représentant en France d'Airbnb, société californienne à l'origine d'une plateforme de location sur Internet d'hébergements (appartements, maisons, chambre) à court terme entre particuliers, Nicolas Ferrary a répondu hier aux questions d'Emmanuelle Durand-Rodriguez, rédactrice en chef de La Tribune - Objectif News, à Toulouse.

"2 millions de Français ont eu recours à notre service l'an dernier. L'impact économique annuel est de 1 Md€. Sans oublier qu'il y a un impact économique direct et indirect, résultat de l'offre induite par Airbnb. La France est pour Airbnb un gros pays, qui continue à se développer. Nos objectifs à l'international sont l'Asie et l'Amérique du Sud. A l'origine, Airbnb était focalisé sur les voyages urbains. Aujourd'hui, le modèle s'élargit aux jeunes dans les capitales européennes et aux familles", détaille Nicolas Ferrary, pour qui Airbnb s'inscrit dans le modèle de l'économie de partage, comme par exemple l'entreprise française de covoiturage Blablacar.

800.000 € de garantie

Revenant sur l'expansion de ce nouveau modèle d'échanges de services, Emmanuelle Durand-Rodriguez a questionné Nicolas Ferrary sur la déstabilisation du marché hôtelier qu'il était susceptible d'entraîner, à l'instar d'Uber avec les taxis. Si les modèles se ressemblent, Nicolas Ferrary a estimé qu'Airbnb ne perturbe pas le marché de l'hôtellerie.

"Airbnb est un complément à l'offre hôtelière. Si vous voulez un room service et que vous êtes pressé, vous allez à l'hôtel, et ça va continuer" a-t-il illustré, évoquant le cas d'une famille en vacances à Paris pour une semaine comme un public cible d'Airbnb.

Soulignant que la plateforme californienne n'a pas inventé la location de logements entre particuliers, qui, rappelons-le, est un grand classique sur la côte aquitaine l'été, Nicolas Ferrary a expliqué que cette offre alternative permettait l'émergence d'un nouveau marché locatif en ville, dans des résidences principales.

"Il y a là une très importante dimension de sécurité, dans le paiement en ligne, et une garantie de 800.000 € pour couvrir les logements loués, le bouche à oreille marche très bien pour nous" résume Nicolas Ferrary, qui précise toutefois qu'Airbnb organise aussi des manifestations pour se faire mieux connaître auprès des hébergeurs, conjuguant ainsi prestations sur Internet et relationnel classique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :