Aéronautique : les trois projets lauréats de Bordeaux Technowest

 |  | 753 mots
Lecture 4 min.
Les trois projets lauréats visent des applications dans l'électronique embarquée, la motorisation électrique et les matériaux composites.
Les trois projets lauréats visent des applications dans l'électronique embarquée, la motorisation électrique et les matériaux composites. (Crédits : Reuters)
Electronique embarquée, motorisation électrique et matériau composite : la technopole Bordeaux Technowest a sélectionné trois projets à l'issue de son appel à candidatures Aéronautique-spatial-défense le 29 octobre dernier. Un lauréat néo-aquitain, un autre venu d'Alsace et un troisième originaire du Portugal.

Lancé début septembre par Bordeaux Technowest et une escadre de partenaires, cet appel à projets visait à repérer des jeunes pousses prometteuses dans les domaines de l'industrie 4.0, de la maintenance prédictive, de la robotique et cobotique, des avions du futur et des enjeux de data, IA et cybersécurité. La technopole girondine a reçu douze candidatures complètes dont quatre de Nouvelle-Aquitaine, six d'autres régions françaises et deux projets étrangers. Les trois lauréats retenus par le jury (1), qui reflètent cette diversité géographique, ont été sélectionnés particulièrement pour leur dimension "application métiers" en plus de leur caractère innovant, de leur modèle économique et de la pertinence de leur technologie.

  •  Luos (Nouvelle-Aquitaine), électronique embarquée.

Le premier est la startup bordelaise Luos, installée au Bouscat (Bordeaux Métropole) depuis sa création en 2018. Dirigée par Nicolas Rabaut, elle développe, en partenariat avec l'Inria, un logiciel à destination de tous les développeurs en électronique et systèmes embarqués. "Basée sur les philosophies de microservices et d'API, Luos permet de diminuer les temps de R&D ainsi que les compétences nécessaires en phase de lancement et vous permet de capitaliser sur les développements en simplifiant le versioning et la création de gammes de produits", explique Luos, qui se met en avant comme le "docker de l'électronique embarquée" pour réduire les temps d'arrivée sur le marché des produits et services de robotique. Bordeaux Technowest juge que "cette technologie permettant l'interconnexion des systèmes embarqués, très présents dans le domaine aéronautique, ouvre de fortes perspectives pour les architectures futures."

Lire aussi : Touché mais pas coulé, AeroSpline avait anticipé la diversification

  • Sylphaero (Grand Est), motorisation électrique

Le projet Sylphaero vise à créer des turboréacteurs 100 % électriques "pour combler certaines faiblesses des moteurs électromagnétiques telles que la faible densité de puissance, la faible puissance spécifique, le mauvais rendement à haute vitesse, la faible vitesse maximale et la faible altitude maximale". Dans les turboréacteurs électriques sur lesquels travaillent les Alsaciens de Sylphaero, Damien Engemann, Tom Bernat et Benoît Tavernier, l'air est chauffé non pas grâce à la combustion d'un carburant, mais exclusivement grâce à de l'électricité. Le tout permettant d'avoir des moteurs plus petits, plus légers, moins polluants et plus fiables. Sylphaero table sur des applications pour les avions, hélicoptères, navires, missiles, véhicules de chantier et même l'Hyperloop. Pour Bordeaux Technowest, il s'agit "d'une nouvelle technologie de propulsion plus verte et proposant des performances inégalées qui s'inscrit dans l'objectif de l'avion du futur".

Lire aussi : Ces trois solutions de décontamination pour aider à la reprise du trafic aérien

  • Space Engineer (Portugal), matériau composite

Ce projet, basé au Portugal, vise à développer un matériau composite absorbeur de chocs pour les ailes d'avions. "Elaboré par une combinaison de fibres naturelles, de mousses naturelles et de matériaux intelligents, ce matériau dispose d'une plus capacité d'absorption et de dissipation d'énergie", indique Space Engineer. L'idée étant ensuite d'intégrer ce matériau dans les aerostructures pour des aéronefs plus légers, plus durable et avec un meilleur bilan carbone. "Cela est possible grâce aux caractéristiques uniques de ce matériau flexible à l'état naturel mais qui devient instantanément solide en cas de choc", ajoutent les porteurs de projet qui visent en priorité des applications permettant de limiter les conséquences des impacts d'oiseaux. "Ce matériau innovant doit permettre d'accroître la sécurité des engins autant dans l'aéronautique que dans le spatial", salue Bordeaux Technowest.

Lire aussi : L'aéroport de Bordeaux redémarre pour les fêtes, le projet Tarmaq sur les rails sans les Verts

Pour rappel, Bordeaux Technowest vient de lancer un nouvel appel à candidatures pour sourcer des projets dans le domaine du e-commerce : boutique connectée, commerce en ligne, services numériques et chaîne de valeur. Les candidatures sont à adresser jusqu'au 15 janvier 2021 et les projets sélectionnés remporteront un accompagnement de six mois au sein de l'incubateur l'Echoppe, au Bouscat (Bordeaux Métropole).

(1) Le jury réunissait une vingtaine d'entreprises et de partenaires institutionnels (Aéroport de Bordeaux, Airbus, ArianeGroup, Armée de l'air, Cnes, Dassault Aviation, Dassault Systèmes, Excent, Roxel, Sabena Technics, Sonovision, Sopra Steria, Thales et Bordeaux Métropole, Région Nouvelle Aquitaine, Mérignac, Aerospace Valley, Digital Aquitaine, Aquitaine Robotics, French Tech Bordeaux, Magnetic Bordeaux).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :