Jeux vidéo : Dordogne, ce jeu tout en aquarelle développé à Bordeaux par Umanimation

Dordogne est le plus gros projet de la société Umanimation créée en 2017 à Bordeaux. Après avoir fait l’acquisition de la société de production UN JE NE SAIS QUOI, le groupe sortira au printemps 2023 son premier jeu vidéo. Baptisé Dordogne, ce jeu d'aventure narratif aux graphismes en aquarelle s'inscrit dans le cadre d’une approche transmédia : un court métrage d’animation suivra tandis que des discussions sont en cours pour en faire une BD.
Développé par le studio bordelais Umanimation et édité par Focus Entertainment, le jeu d'avanture narratif Dordogne sortira sur consoles et PC en octobre 2023.
Développé par le studio bordelais Umanimation et édité par Focus Entertainment, le jeu d'avanture narratif Dordogne sortira sur consoles et PC en octobre 2023. (Crédits : Umanimation)

"Il y aura un avant et un après Dordogne", confie Aymeric Castaing, fondateur et directeur de la société bordelaise Umanimation. Dordogne, c'est le nom de son premier jeu vidéo qui sortira sur consoles et PC au printemps 2023. Entièrement dessiné à l'aquarelle par Cédric Babouche, directeur artistique d'Umanimation et édité par Focus Entertainment, Dordogne est un jeu d'aventure racontant l'histoire de Mimi, 32 ans, qui se replonge dans ses souvenirs d'enfance en revisitant la maison de sa grand-mère.

"C'est notre plus gros projet et il n'est pas encore sorti qu'il a déjà une certaine visibilité dans le monde. Il y a une certaine attente", se réjouit Aymeric Castaing. "Il faut dire que c'est assez inédit. Nous arrivons avec une approche culturelle et graphique."

Lire aussi"Il est temps d'utiliser les technologies du jeu vidéo et de les adapter au monde de l'animation" (3/4)

Décliner l'univers de Dordogne

Mais Umanimation ne s'arrêtera pas au jeu vidéo. La société produit actuellement un court métrage d'animation qui racontera la même histoire mais vue par un autre personnage, en l'occurrence la grand-mère, et selon une temporalité différente. Les faits se dérouleront quarante ans plus tôt. "Nous sommes actuellement en financement sur cette partie-là. Nous sommes également en discussion pour en faire une bande dessinée et ainsi développer les aventures des personnages secondaires de Dordogne", ajoute Aymeric Castaing. Dordogne s'inscrira alors pleinement dans sa démarche, à savoir produire des contenus complémentaires dans une approche transmédia, à partir d'un moteur de jeu vidéo. "Techniquement, tous les éléments graphiques sont dans ce moteur de jeu. Nous avons une grande histoire et des chapitres que nous adaptons aux contenus qui correspondent", explique Aymeric Castaing.

Dorénavant, c'est d'ailleurs par le jeu vidéo que la société devrait débuter ses projets.

"Le jeu vidéo est un marché énorme et en plein essor. Il y a de la place pour tout le monde et pour les projets. L'idée est de financer un projet à partir du jeu vidéo pour ensuite rayonner", explique Aymeric Castaing.

Lire aussiAux commandes d'Assassin's Creed Mirage, Ubisoft Bordeaux s'agrandit sur la rive droite

Une levée de fonds en préparation

En matière de financement, la société a jusqu'à présent créé une marque pour proposer des solutions à destination des professionnels, du type serious game, expériences en réalité virtuelle, applications mobiles. Mais elle prépare désormais une première levée de fonds avant d'en envisager une autre plus conséquente fin 2023, l'idée étant de pouvoir sortir un projet tous les deux ans et d'être serein sur le futur. "L'approche transmédia nécessite de la synchronisation avec la sortie d'un jeu puis six mois plus tard d'un autre contenu. Il faut du monde pour travailler dessus", précise Aymeric Castaing.

La société créée en 2017 rassemble aujourd'hui une trentaine de salariés dont une équipe de huit développeurs. "Une équipe mixte animation et jeu vidéo", précise Aymeric Castaing dont l'entreprise s'agrandit et se structure. Umanimation a fait l'acquisition, en 2021, de la société de production bordelaise UN JE NE SAIS QUOI fondée par Cédric Babouche. "Son souhait était d'utiliser son savoir-faire en animation pour faire du jeu-vidéo. Nous étions dans la même démarche avec des compétences complémentaires. Lui est réalisateur et auteur graphique, moi plus producteur. Nous avons donc décidé de nous associer", explique Aymeric Castaing. UN JE NE SAIS QUOI est désormais la marque dédiée aux contenus à forte qualité graphique et littéraire tandis qu'Umanimation est dédiée aux nouveaux médias.

Un projet de plateforme de cloud gaming

L'entreprise travaille également sur un projet de plateforme destinée aux contenus narratifs interactifs, l'idée étant de pouvoir accéder à tous types de contenus (linéaires, jeux vidéo, réalité virtuelle...) dans un seul environnement, depuis n'importe quel navigateur internet. "Il s'agirait de la première plateforme de cloud gaming basée sur un serveur vert. C'est un projet à réduction d'empreinte carbone", précise Aymeric Castaing qui a conclu un partenariat avec la société Qarnot computing. Umanimation a présenté ce projet dans le cadre de l'appel à projets France 2030 la Grande Fabrique de l'image lancé par le CNC et la Caisse des dépôts. Les résultats seront connus en janvier 2023.

Lire aussiJeux vidéo : Shiro Games change de dimension avec l'entrée de Cathay Capital

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 04/12/2022 à 18:58
Signaler
Quand des artistes se mélent à des concepteurs de jeux vidéos cela peut atteindre les sommets, je me souviens de Beyond Good and Evil dont nombreux, et même les générations d'après attendent encore une suite tellement ils ont été touchés par ce jeu, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.