Le Train négocie l’acquisition de rames d’occasion et retient un constructeur pour du neuf

Problèmes de financement et/ou d’acquisition de matériel roulant. Pour lancer leurs offres, les nouveaux opérateurs ferroviaires ont fait part de leurs avancées et difficultés, le 17 novembre à Bordeaux, à l’occasion d’un colloque organisé par Le Train. L’opérateur basé à Angoulême négocie actuellement l’achat de rames d’occasion avec la SNCF pour espérer un lancement de ses premières lignes fin 2023. Le Train sera livré en rames neuves à partir de 2025.
Alain Getraud, directeur général de Le Train, à droite, à l'occasion du colloque organisé à Bordeaux.
Alain Getraud, directeur général de Le Train, à droite, à l'occasion du colloque organisé à Bordeaux. (Crédits : Le Train)

"Il faut accélérer sur le ferroviaire et nous avons besoin des grands, des petits, des anciens comme des nouveaux acteurs !", a confié Alain Getraud, directeur général de la compagnie ferroviaire Le Train. C'est dans cette optique que ce nouvel opérateur privé, basé à Angoulême, a lancé l'initiative d'un colloque qui a réuni 160 personnes à Bordeaux le 17 novembre. L'occasion de poser ensemble les jalons d'un New Deal pour le ferroviaire français et européen tout en regrettant la lenteur de l'investissement français, public ou privé, pour le développement de nouvelles offres de services. L'absence d'un réel marché de l'occasion a notamment été pointé du doigt. Le Train est particulièrement concerné.

"Nous n'abandonnons pas l'idée de recourir à du matériel roulant d'occasion, mais c'est long et laborieux notamment pour identifier du matériel en état de conservation et doté des équipements de sécurité", reconnaît Alain Getraud.

Lire aussiLe TGV M d'Alstom : l'arme de la SNCF pour étouffer la concurrence sort d'usine

Un lancement envisagé fin 2023 - début 2024

La société Le Train, créée en 2020 à Angoulême, a décidé de se lancer sur le créneau des déplacements en train à grande vitesse en région et entre les régions. Avec cinq lignes dans le Grand-Ouest, l'opérateur prévoit de desservir les métropoles Bordeaux, Rennes, Nantes et Tours, les villes intermédiaires de Poitiers, Angoulême et Angers ainsi que les villes côtières de La Rochelle et Arcachon. L'ambition : faire rouler 50 trains quotidiens qui accueilleront plus de trois millions de passagers par an. Le lancement est annoncé pour la fin de l'année 2023, voire début 2024.

"Sur le volet des obligations légales, nous devrions être en possession de la licence d'entreprise ferroviaire à la fin de l'année", annonce Alain Getraud.

Lire aussiLe Train veut lancer des TGV régionaux dès 2023 en Nouvelle-Aquitaine

10 rames nécessaires pour le démarrage

il restera ensuite à disposer du matériel roulant suffisant. Dix rames seront nécessaires pour le démarrage. L'opérateur qui ne dispose pas encore de rames d'occasion a, par conséquent, accéléré sur la partie matériel neuf en lançant un appel d'offres européen. "Six constructeurs ont manifesté un intérêt. L'un d'eux a été retenu", a déclaré Alain Gétraud, sans toutefois dévoiler son nom. Les premières rames devraient être livrées à partir de 2025. Concernant les rames d'occasion, Le Train attend un signal fort de la SNCF d'ici à la fin de l'année, "c'est-à-dire que l'on s'entende sur un planning de principe", précise Alain Getraud.

"Même en ayant du matériel neuf, le matériel d'occasion reste important. C'est écologique, il existe et nous en avons besoin dans les territoires. Par ailleurs, nous en aurons besoin pour densifier notre  offre. Les moyens industriels ne sont pas suffisants en Europe par rapport aux besoins de mobilités. C'est 36 mois minium sur catalogue pour avoir du matériel neuf", assure Alain Getraud.

Lire aussiMétiers, technologies, dessertes : le Ferrocampus explore les futurs du train

Financement bouclé pour l'achat de rames d'occasion

Tout est prêt en revanche du côté de l'entreprise  :

"De l'argent a été levé pour l'acquisition de ces rames d'occasion. Nous avons également provisionné un budget de refit. Le processus industriel de refit existe et nous avons réservé de la capacité ferroviaire", insiste Alain Getraud.

Côté financement, le Train cherche encore à lever 350 millions d'euros pour l'achat de matériel neuf. Une levée de fonds est en cours. En début d'année, le groupe Crédit Mutuel Arkea et le Crédit agricole Charente-Périgord sont entrés au capital de la société Le Train.

Railcoop a besoin de convaincre des banques pour lancer la ligne Bordeaux-Lyon

Egalement présente à Bordeaux le 17 novembre, Railcoop, créée en novembre 2019, fait déjà rouler des trains de marchandises et travaille à la réouverture de la transversale entre Bordeaux et Lyon pour les voyageurs. En possession de deux rames, la société coopérative de transport ferroviaire française privée souhaiterait en acheter sept nouvelles mais Alexandra Debaisieux, directrice générale déléguée de Railcoop, le reconnait :  "Le plus difficile, c'est l'accès au matériel roulant. Le sujet pour nous est de passer à l'échelle, de dérisquer le modèle pour que des banques nous suivent et de lever de la dette. Ce n'est pas facile car le marché est en situation de monopole depuis longtemps." Railcoop compte aujourd'hui 13.200 sociétaires.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 05/12/2022 à 9:35
Signaler
J'ai lu TGV, dans votre tiore, j'espère que c'est une erreur et qu'ils vont pas faire comme la SNCF à savoir se vautrer dans la vitesse qui aura tué le train en partie, avec le lobby pétrolier et nos politiciens. DU privé pourquoi pas comme à Figeac ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.