La Nouvelle-Aquitaine fixe ses ambitions pour la filière électronique

Fédérer, renforcer, maîtriser, anticiper. Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine adoptera ce lundi 21 mars une feuille de route pour soutenir les acteurs de la filière électronique qui compte 300 entreprises et 16.000 salariés dans la région. De son côté, le Ceser appelle à inscrire davantage cette stratégie dans l'environnement national et international, notamment sur le plan financier.

6 mn

La filière électronique regroupe environ 300 entreprises et 16.000 salariés en Nouvelle-Aquitaine.
La filière électronique regroupe environ 300 entreprises et 16.000 salariés en Nouvelle-Aquitaine. (Crédits : Reuters)

Fidèle à ses convictions industrielles, Alain Rousset défend pour la filière électronique la même démarche de "saut technologique", "d'usine du futur" et "d'écosystème régional" que pour d'autres secteurs tels que les batteries électriques ou les biotechnologies. Le président du conseil régional présentera aux élus ce 21 mars une feuille de route dédiée à l'électronique construite sur quatre ambitions et une douzaine d'objectifs. Issue d'une concertation lancée en 2020, celle-ci touche à tous les maillons de la chaîne de la fabrication des composants jusqu'à leur réemploi. Alors que "la filière électronique constitue le socle industriel inévitable de la révolution numérique et de la transition énergétique", ce document rappelle que "l'industrie électronique européenne a perdu d'importantes parts de marché et des savoir-faire au profit du continent nord-américain et surtout de l'Asie" sur fond de chaînes d'approvisionnement bouleversées par le Covid et la guerre en Ukraine.

Lire aussi 7 mnUkraine : les prochaines semaines s'annoncent très difficiles pour l'industrie française

A noter que cette feuille de route, portée par Andréa Brouille, vice-présidente en charge du développement économique, de l'innovation et de la RSE, ne bénéficie pas à ce stade de crédits supplémentaires engagés par la Région. Mais cette dernière a financé l'an dernier la filière à hauteur de 33,8 millions d'euros (+1,7 % sur un an) pour 118 bénéficiaires. "Avant de mettre des financements, voyons les projets qui sont en face. Voyons, par exemple, si Soitec concrétise ses projets dans la région, et quels sont les projets de la Fedd ou de Serma", répond Alain Rousset.

Quatre ambitions, douze objectifs

La délibération régionale, d'une quarantaine de pages, fixe quatre grandes ambitions pour cette filière qui regroupe 300 entreprises et 16.000 salariés en Nouvelle-Aquitaine. La première est de "fédérer l'écosystème électronique néo-aquitain" en créant un Conseil d'orientation de l'électronique et un "Campus pour la maîtrise de l'intégration et de l'industrialisation des technologies électroniques (CMINT)". Une cartographie des savoir-faire, des assises régionales de l'électronique et un accompagnement renforcé des projets d'implantation sont également au programme, tout comme un groupement d'entreprises dédié à l'achat et au stockage des composants clés.

"Renforcer la résilience en accélérant vers l'industrie du électronique du futur". C'est la 2e ambition qui vise à faciliter l'accès aux financements, organiser la veille technologique, renforcer la compétitivité et l'innovation des PME et ETI, notamment vers des lignes d'assemblage aux standards de l'industrie 4.0.

Lire aussi 5 mn« Avec Propuls, nous voulons déployer l'usine du futur dans les PME en six mois ! »

Vient ensuite la troisième ambition de "maîtriser les technologies clés pour amplifier l'innovation". Il s'agit d'améliorer la R&A et le niveau de maturité des entreprises sur des technologies d'avenir telles que l'optoélectronique (interaction entre la lumière et l'électronique), la plastronique (intégration d'éléments électroniques dans le plastique), l'électronique imprimée, la mécatronique (interaction entre l'informatique, l'électronique et le mécanique), le quantique, l'électronique de puissance (conversion d'énergie) et les nouveau matériaux (céramiques, organiques, semi-conducteurs, etc.). L'accent est aussi mis sur la maîtrise des technologies avancées d'assemblage et d'intégration  mais aussi de conception de ces composants et technologies dans les systèmes et objets connectés. Enfin, les savoir-faire autour des marchés 5G BtoB à fort potentiel et en termes de réparabilité, maintenance, recyclage et réemploi des systèmes électroniques sont également abordés.

Lire aussi 3 mn5G : « Nous sommes capables de développer des solutions 100 % souveraines » (2/3)

La dernière ambition consiste à "anticiper les besoins en compétences et renforcer l'attractivité des métiers" de la filière. Il s'agit de promouvoir à les fois ces métiers et les offres de formation correspondantes et d'anticiper les besoins de main d'œuvre à trois à cinq ans.

L'avis du Ceser


  • Dans son avis, le Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) salue l'ambition poursuivie par la région et le fait qu'elle intègre la réparabilité et la seconde vie des produits électroniques. Mais il formule deux bémols en particulier sur le volet financier. "Cette ambition imposera de mobiliser des investissements importants dans une stratégie de long terme que les finances régionales ne pourront pas supporter seules. La mobilisation et la contribution de l'ensemble des acteurs de la filière s'impose", prévient le Ceser, considérant que "la feuille de route ne s'inscrit pas de manière suffisamment explicite dans les politiques nationale et européenne existantes dans ce domaine. Pour massifier les financements et participer efficacement à la souveraineté industrielle électronique, la Nouvelle-Aquitaine ne peut pas agir seule." L'instance regrette également "la non consultation des organisations syndicales de salariés et d'employeurs pour l'élaboration de cette feuille de route" alors même que les besoins en formation sont jugés "essentiels".

Lire aussi 4 mnCartes électroniques : EMS Proto va aussi fabriquer des câbles en France

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.