Comment Sanodev désinfecte air et surfaces sans produits chimiques

Huit ans après sa création, la startup Sanodev, basée à Limoges, est devenue une référence en matière de désinfection grâce à ses appareils conçus sur-mesure qui s'adressent à différents secteurs d'activités.

4 mn

La lumière pulsée de l'Agro Clean Light détruit les germes des fruits et légumes après la récolte pour une meilleure conservation.
La lumière pulsée de l'Agro Clean Light détruit les germes des fruits et légumes après la récolte pour une meilleure conservation. (Crédits : Sanodev)

Ingénieure en science et génie de l'environnement formée à l'Ecole Nationale Supérieure d'Ingénieurs de Limoges, Laure Sandoval a créé l'entreprise Sanodev en 2013. Elle met au point des solutions innovantes pour répondre aux risques infectieux grâce à des technologies physiques que sont la lumière pulsée, les UV continus, les micro-ondes, le plasma et l'arc électrique. L'objectif est d'éradiquer les virus, bactéries, champignons... dans l'air et sur les surfaces. Les applications sont nombreuses dans l'industrie, l'agriculture, l'agroalimentaire, le médical, la cosmétique...

"Nous développons en interne des produits qui proposent une alternative au traitement chimique comme la lumière pulsée qui est appliquée sur des fruits et légumes bio pour améliorer leur durée de conservation et limiter les pertes" explique Laure Sandoval la présidente. "Un champ peut aussi être exposé à des micro-ondes, cela remplace le glyphosate."

Un contexte porteur

La crise du Covid-19 a ouvert la voie à de nouveaux besoins pour des collectivités, des industriels et le secteur paramédical tels que les services de soins à domicile, Ehpad et résidences seniors. "Nous avons commercialisée un premier produit, la LP Box, en juin 2020, à 9 900 euros", poursuit-elle. "Au départ c'était un pilote de laboratoire pour réaliser des essais mais les trois structures locales de soins à domicile qui l'ont pris en test l'ont gardé !" Des stéthoscopes, de petits appareils médicaux, des portables, des clés, du courrier, des livres sont déposés par exemple dans cette boîte qui les désinfecte avec de la lumière pulsée en quelques secondes. Une quinzaine de LP Box sont désormais en service, essentiellement en Nouvelle-Aquitaine mais aussi à l'hôpital Lariboisière, à Paris.

Sanodev

La LP Box désinfecte des petits objets en quelques secondes (crédits : Sanodev).

La LP Box est fabriquée en petite série avec des matériaux acquis auprès de fournisseurs locaux. Cette technologie a été utilisée pour concevoir le robot "Lightbot" qui désinfecte des espaces du sol au plafond en totale autonomie à l'image d'un aspirateur robot. "La crise sanitaire a créé un potentiel important de marchés nouveaux. Elle a aussi mis en avant des solutions de désinfection innovantes basées sur des traitements physiques et non plus chimiques que personne ne connaissait vraiment avant", considère Laure Sandoval. Depuis la rentrée de septembre, Sanodev enchaîne aussi les reconnaissances avec le prix régional Digital InPulse 2021 au mois de septembre, le prix Santé, décerné par La Tribune au mois de novembre, et sa sélection dans le programme NA20 de la French Tech il y a quelques jours.

Lire aussi 11 mnLa French Tech dévoile les 20 « startups à impact positif » lauréates du NA20

Laura Sandoval Sanodev Transformons

Laure Sandoval, CEO de Sanodev, aux côtés de Laure Lechertier, Head of Market Access, Corporate and Public Affairs, Social ResponsIbility, PhD, chez UPSA, le 10 novembre (crédits : Agence APPA).

Un projet d'usine dans trois ans

Son dernier produit anti-covid, l'UV R spot (1.650 euros pièce) est une sorte de plafonnier qui traite l'air de salles d'attente ou de transit sur le temps masqué comme dans les cabinets médicaux, réfectoires, pièces communes d'Ehpad et salles de classes. L'entreprise qui compte quinze salariés va clôturer l'année avec un chiffre d'affaires de 550.000 euros, multiplié par deux en un an.

Pour faire face à sa croissance, elle souhaite quitter ses locaux de 350 m2 situés dans la "soucoupe" de la Technopole Ester, à Limoges, et s'installer sur place dans une usine de 1.000 m2 qui sera construite par la communauté urbaine Limoges Métropole et mise à disposition en 2024 ou 2025.

Lire aussi 3 mnDagard s'implante à Bordeaux et vise de nouveaux marchés dans le grand sud-ouest

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.