E-commerce : Cdiscount aborde le Black Friday sur un marché moins emballant que prévu

Cdiscount se prépare à l'édition 2021 du Black Friday avec un nouveau directeur administratif et financier à bord. Mais le géant tricolore du e-commerce a reporté à 2022 son projet d'augmentation de capital. Cdiscount juge le marché pas suffisamment attractif malgré des résultats en hausse mais moins dynamiques que la tendance anticipée.

5 mn

Cdiscount va scruter la réaction du e-commerce au Black Friday et aux fêtes de fin d'année avant de lancer son augmentation de capital qui est décalée à 2022.
Cdiscount va scruter la réaction du e-commerce au Black Friday et aux fêtes de fin d'année avant de lancer son augmentation de capital qui est décalée à 2022. (Crédits : Agence APPA)

"En raison des conditions de marché actuelles et malgré l'intérêt évoqué par des investisseurs potentiels, nous pensons que l'augmentation de capital de Cnova [maison mère de Cdiscount] ne peut pas être menée dans des conditions satisfaisantes et elle est donc reportée", indiquait sobrement Cdiscount début octobre, quatre mois après l'annonce de sa volonté de lever 300 millions d'euros d'ici fin 2021. L'entreprise envisageait un placement privé d'actions nouvelles pour financer son déploiement international et ses capacités technologiques. Sachant que le groupe Casino souhaitait rester l'actionnaire majoritaire de la société.

Lire aussi 7 mnE-commerce : comment Cdiscount entend tripler son activité d'ici 2025

"Nous considérons que les conditions de marché du e-commerce ne sont pas réunies actuellement puisque les résultats des ventes en ligne des principaux opérateurs sont globalement en retrait par rapport aux prévisions", précisait Cdiscount à La Tribune il y a quelques jours.

Le leader français du e-commerce attend donc de voir comment les ventes en ligne et les ventes en magasin vont réagir au Black Friday et aux fêtes de fin d'année, deux périodes clefs, avant de relancer son projet d'augmentation de capital. L'édition 2020 du Black Friday était présenté comme une année record par Cdiscount au micro de BFM TV avec "plus de 9 millions de visiteurs sur la seule journée du vendredi et une croissance des commandes à deux chiffres". Mais les chiffres du 3e trimestre 2021 ont contraint Cnova a abandonner ses prévisions annuelles : "Au vu de la faiblesse de la demande au troisième trimestre et de la nécessité d'investir dans les prix, Cnova n'est plus en mesure de confirmer ses objectifs financiers", indique l'entreprise. Pour 2021, Cdiscount prévoyait un Ebitda (*) de 160 millions d'euros, en croissance de +20 % sur un an, et visait un volume d'affaires et un chiffre d'affaires respectivement de 4,5 milliards d'euros (+9,8 %) et 2,3 milliards d'euros (+4,5 %). Des prévisions désormais obsolètes.

Un volume d'affaires de +8% au 3e trimestre

Le marché français du e-commerce est pourtant loin d'être sinistré avec un chiffre d'affaires global de 32,4 milliards d'euros au 2e trimestre 2021, en hausse de 25 % sur un an, et de 31 % par rapport au 2e trimestre 2019, selon le dernier bilan de la Fevad (Fédération du e-commerce et de la vente à distance). Avec les bouleversements des habitudes liés aux confinement sanitaires, les acteurs du e-commerce s'attendaient à des chiffres encore plus favorables pour cette année 2021. Mais la réouverture des commerces est passée par là, attirant à nouveau les clients dans les rues et les magasins en les éloignant, temporairement, de leur smartphone.

Dans ce contexte, Cdiscount affiche quand même un volume d'affaires en hausse de +7,5 % sur un an au troisième trimestre 2021 et un chiffre d'affaires en hausse de +9 %. La marketplace, habituel moteur de croissance, marque le pas avec un gain de seulement +2 % sur un an contre +6 % pour les ventes directes par Cdiscount. La part de la marketplace dans les ventes du groupe se stabilise ainsi à 43 %.

La stratégie de la marguerite

Parallèlement, conformément à sa stratégie de la marguerite qui consiste à valoriser ses savoir-faire individuellement, les activités BtoB de Ciscount bondissent de +54 % sur un an, notamment les revenus du marketing digital (solutions de publicité en ligne) qui affichent une croissance de +31 %. La plateforme publicitaire à destination des vendeurs et fournisseurs, baptisée Cars (Cdiscount ads retail solution), compte ainsi 6.670 clients tandis que Clogistics, la filiale logistique créée début 2019, revendique 25 clients et ambitionne de "devenir un acteur majeur de la logistique e-commerce en Europe".

Mais la filiale la plus récente, et celle sur laquelle Emmanuel Grenier, le PDG de Cdiscount, mise le plus, c'est Octopia. Créée officiellement au printemps dernier, cette nouvelle entité commercialise une solution de Marketplace clé en main pour les distributeurs et les e-commerçants. Octopia affiche une croissance de +15,4 % au 3e trimestre et de +41,1 % depuis le 1er janvier. Selon Cdiscount, cinq contrats ont été signés au 3e trimestre ce qui porte à sept le total sur 2021. La plateforme est désormais disponible en anglais et en espagnol.

Lire aussi 6 mnE-commerce : « La stratégie de Cdiscount avec Octopia relève d'un choix contraint »

Un nouveau patron des finances

A noter également, la nomination le 17 novembre dernier de Luc Péligry au poste de directeur administratif et financier de Cnova et de directeur général adjoint des finances de Cdiscount. Agé de 56 ans, cet expert-comptable agréé est diplômé de l'Essca et de l'Insead et est notamment passé par IMS Networks, CGX Aero, le Castres Olympique et, depuis 2018, Europcar au poste de directeur financier.

Lire aussi 4 mnCdiscount signe un résultat négatif en 2020 malgré sa dynamique commerciale

(*) Ebitda : résultat opérationnel courant avant charges d'amortissement et dépréciation.

(**) Le volume d'affaires ou GMV pour "gross merchandise volume" est un indicateur utilisé par les entreprises de vente en ligne. Il comprend les ventes de marchandises, les autres revenus et le volume d'affaire de la marketplace sur la base des commandes validées et expédiées TTC. Mais il n'inclut pas les réductions, les coûts de livraison et les retours de produits, ce qui explique notamment la différence avec le chiffre d'affaires (4,1 milliards d'euros Vs 2,2 milliards d'euros pour Cdiscount en 2020).

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 25/11/2021 à 10:13
Signaler
Le "Black Friday"...une "couillonade"...d'origine américaine... évidemment.

à écrit le 25/11/2021 à 9:01
Signaler
après une sortie de crise flamboyante le marché revient sur ses bases on va pas changer d électroménager tous les 15 du mois .c est comme les vagues y a le flux et le reflux .les personnes regardent surtout le caddie de courses et là y a de l inquiét...

à écrit le 25/11/2021 à 8:21
Signaler
Le black friday c'est la vente discount de tous les produits qui n'ont pas fonctionné pouvant être ainsi remis sur le devant de la scène. Noël et son aberration consumériste débarque, au secours c'est bientôt la fête de la sur-consommation ! La journ...

le 25/11/2021 à 11:14
Signaler
Voire un leurre vu que le concept n'est pas "légal" dans le sens "soldes", vide de règles, juste un appel à ouvrir son porte-monnaie sans réfléchir. :-) Y en a pas mal qui profitent de cette "occasion" pour faire leurs achats de Noël. Sais plus si ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.