En pleine croissance, Little Worker étoffe son offre de chantiers de rénovation

Spécialisée dans la conception et la gestion des chantiers de rénovation des particuliers, Little Worker vient d'ouvrir un lieu d'exposition à Bordeaux centre. La jeune société fondée par Aurélien Bros et Nicolas Bletterer affiche une croissance robuste et continue d'étendre son offre de services et son réseau géographique.

4 mn

Les deux dirigeants de Little Worker et l'équipe bordelaise dans le nouveau showroom de Bordeaux.
Les deux dirigeants de Little Worker et l'équipe bordelaise dans le nouveau showroom de Bordeaux. (Crédits : PC / La Tribune)

"D'ici fin 2021 nous serons présents dans les dix plus grandes villes françaises avec l'objectif d'être le leader incontesté sur ce marché de la rénovation en France dans deux ans", claironnaient Aurélien Bros et Nicolas Bletterer, les cofondateurs de la startup bordelaise Little Worker, au début de l'année 2020.

A quelques mois de l'échéance, malgré l'impact de la crise sanitaire, ce double objectif ambitieux est en passe d'être tenu par la jeune pousse créée en 2017. Sur le plan géographique, l'entreprise, qui compte désormais 87 salariés, est présente dans cinq villes françaises (Bordeaux, Paris, Lyon, Toulouse et Nantes) et ouvrira des antennes à Marseille en décembre 2021 et à Lille début 2022. "L'ouverture des trois autres villes est pour l'instant en pause parce que nous donnons la priorité au déploiement de nouvelles marques, Ernest et La Cuisine, et au développement de notre activité dans les agglomérations où nous sommes déjà présents. On s'est tendu compte que la profondeur de marché est bien au rendez-vous donc il y a des marges de croissance à aller chercher là où on est", explique Nicolas Bletterer qui évalue à environ 10 milliards d'euros le segment de marché sur lequel il évolue dans ces sept villes. Un marché historiquement très fragmenté.

60 recrutements dans les tuyaux

Et en effet, l'activité est plutôt dynamique. Après 12 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019, Little Worker en a généré 17 millions d'euros en 2020 (+42 %) malgré le Covid, et devrait boucler 2021 autour de 25 millions d'euros (+47 %), soit environ 750 chantiers (*). "Aujourd'hui, nous sommes le leader national de la rénovation pour les particuliers et un acteur majeur local là où nous sommes implantés, tout particulièrement à Bordeaux", assure Aurélien Bros. La jeune pousse vise désormais 35 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2022. Avec autour de 60 recrutements dans les prochains mois, elle devrait dépasser les 150 salariés fin 2022, dont la moitié à Bordeaux où sont situés le siège et les fonctions supports.

Lire aussi 5 mnMétiers du bâtiment : numériser ou mourir ?

La recette du succès de Little Worker, qui se présente comme "une startup de conception-rénovation d'intérieur pour les particuliers", c'est la combinaison du statut de contractant général du bâtiment qui lui permet, en tant que maître d'œuvre, de piloter toute la vie d'un chantier de rénovation, avec des solutions numériques pour le choix des matériaux, le suivi des chantiers et l'expérience client. Le tout pour un panier moyen de l'ordre de 50.000 euros et des projets allant de 15.000 à 350.000 euros. Et la jeune entreprise, créée en 2017 à Paris avant de venir s'installer à Bordeaux, vient également d'étoffer son offre avec la marque La Cuisine, dédié à la rénovation des cuisines, et la marque Ernest, qui se concentre sur l'investissement locatif. "Avec Ernest, qui a vocation à représenter 15 % de nos chantiers, on propose au client de gérer leur investissement de A à Z : depuis la recherche de biens, l'enveloppe financière complète pour l'achat et le chantier de rénovation puis la gestion locative du bien", met en avant Aurélien Bros.

Ouverture de trois showrooms

Et malgré cette approche résolument numérique qui a trouvé sa clientèle, les deux entrepreneurs souhaitent paradoxalement renforcer leur implantation et leur visibilité physique. C'est tout l'objet du showroom (salle d'exposition) qui a ouvert début en plein centre-ville de Bordeaux, comme le raconte Nicolas Bletterer : "On a un ADN très tech et numérique et ce showroom vie à réaffirmer et restaurer un contact avec nos clients. C'est un point de passage pour des clients potentiels et c'est aussi un lieu d'exposition qui accueille des jeunes créateurs." Deux autres showrooms sont d'ores et déjà dans les tuyaux à Lyon et Toulouse.

Dans les années qui viennent, Bordeaux où sont situés le siège, l'antenne locale et le premier showroom a vocation à être le premier moteur de croissance de l'entreprise qui prévoit d'y doubler le chiffre d'affaires pour le faire passer de trois à six millions d'euros en 2022, soit environ 75 chantiers menés l'an prochain.

Lire aussi 3 mnBTP : comment Rockease veut numériser le marché des granulats

(*) En tant que contractant général du bâtiment, Little Worker pilote l'intégralité du chantier et encaisse la totalité des sommes, ce qui correspond à son chiffre d'affaires. Elle en reverse ensuite une partie importante aux entreprises prestataires à qui elle délègue toute la réalisation des chantiers. Il s'agit d'entreprises du bâtiment de 10 à 20 salariés triées sur le volet.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.