Batteries : ACC inaugure son centre de R&D à Bordeaux qui compte déjà 300 collaborateurs

Automative Cells Company (ACC) a inauguré, ce mardi 28 septembre, son centre de R&D bordelais dans lequel travaillent déjà 300 techniciens et cadres. Ils seront 500 à la fin de l’année. Un an après la création de l’entreprise par Stellantis (ex PSA) et TotalEnergies, avec sa filiale Saft, les premiers prototypes de cellules et de modèle sortent. ACC a l’ambition de devenir le champion européen de la fabrication des batteries pour l’automobile.

5 mn

Le centre de R&D d'ACC s'étend à Bruges dans la métropole bordelaise sur 11.000 m2, dont 1.300 m2 de laboratoires.
Le centre de R&D d'ACC s'étend à Bruges dans la métropole bordelaise sur 11.000 m2, dont 1.300 m2 de laboratoires. (Crédits : ACC)

Le directeur général d'Automative Cells Company (ACC), Yann Vincent, a la conviction de ne pas partir en retard. "Nous partons pile à l'heure", a renchéri Ghislain Lescuyer, directeur général de Saft, ce mardi 28 septembre à Bruges en Gironde, à l'occasion de l'inauguration du centre de R&D de cette co-entreprise, créée en août 2020 et baptisée l'Airbus des batteries. Les ambitions sont claires :

"Il s'agit pour ACC d'être le champion européen de la fabrication des batteries pour l'automobile. Toutes les batteries viennent aujourd'hui d'Asie. C'est une réalité que nous devons et que l'Europe doit transformer. C'est le sens d'ACC", a déclaré Yann Vincent.

Lire aussi 5 mnACC, l'Airbus des batteries électriques, "vise 10 % du marché européen à horizon 2028/2029"

ACC a tous les atouts pour y parvenir, a poursuivi Ghislain Lescuyer :

"Nous avons la technologie, les process industriels. Il s'agit de faire prendre cette mayonnaise. Nous sommes présents sur toute la chaîne de valeur, nous sommes compétitifs, dans les temps et nous avons les clients !"

A ce stade, 2,8 milliards d'euros ont été levés auprès des actionnaires et des pouvoirs publics. Pour rappel, ACC est le fruit d'une initiative entreprise par Stellantis (ex PSA), TotalEnergies, avec sa filiale Saft. Une aventure par ailleurs soutenue par la France, l'Allemagne et l'Union Européenne et à laquelle s'est récemment rallié Mercedes. Des contrats ont été signés pour 26 GWh de production garantie.

Lire aussi 3 mnMercedes rejoint l'alliance conduite par Stellantis dans la construction de batteries, Renault toujours en attente

Une course de vitesse mondiale

Pour autant, ACC le sait. L'entreprise est engagée dans une course de vitesse mondiale. En coulisses, tout avance donc à vitesse grand V. Un an après la création d'ACC, les travaux du centre de R&D de Bègles sont ainsi terminés. Plus de 300 techniciens et cadres y travaillent d'ores et déjà. "Nous serons 500 à la fin de l'année", assure Yann Vincent qui précise qu'un nouveau collaborateur est recruté chaque jour, samedi et dimanche compris. Les recrutements se font d'ailleurs à l'échelle mondiale. "Dans la mesure où nous sommes sur une industrie naissante en Europe, nous avons fait venir des experts de Saft, mais nous continuons à chercher des experts en matière de procédés de fabrication industrielle, en particulier en Asie", explique Yann Vincent. "La réussite d'ACC est conditionnée par les talents et notre capacité à regrouper toutes les compétences mondiales", ajoute Jean-Baptiste Pernot, directeur des opérations.

Lire aussi 3 mnPiles et batteries : pourquoi Saft monte en puissance à Bordeaux, Poitiers et Nersac

Si les bureaux qui pourront accueillir jusqu'à 400 personnes commenceront à être occupés en octobre, les équipes s'affairent déjà en laboratoire : laboratoires chimiques et mécaniques. La fabrication du prototype à l'échelle 1 est réalisée en salle sèche. "Les premiers prototypes de cellules et de modèle sortent déjà", assure Yann Vincent.

ACC

Dans les bureaux, les équipes rejoindront les locaux en octobre. Credit HL / La Tribune.

ACC

Dans les coulisses du labo chimique. Crédit HL / La Tribune.

Une zone de test équipée de bunkers, permet également de réaliser des tests thermiques, de durabilité ou encore de résistance au vieillissement. Enfin, un fab lab a été installé avec une équipe innovation qui teste des concepts. "A ce jour, nous réalisons des batteries 30 % plus denses que les meilleurs cellules actuelles", témoigne Michaël Maillot, responsable R&D.

ACC

Exemple de bunker dans lequel sont réalisés des tests. Crédit HL / La Tribune.

Le bâtiment, qui a nécessité un investissement de 30 millions d'euros, s'étend sur 11.000 m2, dont 2.300 m2 de laboratoires. La zone de test sera agrandie au fur et à mesure des années. Une nouvelle salle sèche sera dupliquée.

La validation puis la fabrication

Au-delà de ce centre de R&D, ACC va s'appuyer sur une ligne pilote qui sera lancée à la fin de l'année à Nersac en Charente pour valider les process de fabrication avant de passer aux gigafactories de batteries électriques. "Des recrutements sont donc en cours sur le site de Nersac qui accueillera entre 75 et 100 collaborateurs", précise Yann Vincent. La première méga-usine dans les Hauts de France sera ensuite construite à partir de 2022, puis une deuxième à plus long terme en Allemagne. "Nous avons l'ambition de produire des batteries pour plus de 2,5 millions de véhicules par an", a rappelé Yann Vincent. La première mise sur le marché des batteries d'ACC, made in Europe, est prévue en 2023.

Seule ombre au tableau de ce temps inaugural. Le président de la région Alain Rousset a salué l'arrivée de Mercedes-Benz parmi les actionnaires tout en regrettant que Renault ne boude cette aventure.

"Nous sommes là face à un défi environnemental, technologique, social et de souveraineté", a rappelé Alain Rousset.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.