Sous-marins australiens : quel impact pour Ingéliance après la rupture du contrat du siècle ?

La perte de l'énorme contrat de fourniture de sous-marins à l'Australie est une claque politique pour la France et un coup dur pour Naval Group et ses sous-traitants. Parmi eux, le groupe bordelais Ingéliance, qui avait créé une co-entreprise dédiée en Australie, est directement concerné.

3 mn

La décision de l'Australie de se doter de sous-marins nucléaires américains au détriment de la France a des conséquences pour Naval Group et toute sa supply chain, dont le Girondin Ingéliance
La décision de l'Australie de se doter de sous-marins nucléaires américains au détriment de la France a des conséquences pour Naval Group et toute sa supply chain, dont le Girondin Ingéliance (Crédits : ISRAELI DEFENCE FORCE (IDF))

"C'est une excellente nouvelle pour nous", saluait Jean-François Clédel, le PDG d'Ingéliance, au printemps 2019, après la signature de ce qui était alors qualifié de "contrat du siècle" par les observateurs : un accord pour 32 milliards d'euros entre Naval Group et l'Etat australien pour la fourniture et la maintenance de douze sous-marins océaniques pendant 50 ans. Environ un tiers de cette somme devait revenir à la France. Deux ans plus tard, c'est la douche froide : l'Australie vient de rompre unilatéralement le contrat avec son partenaire français au profit de technologies nucléaires américaines et britanniques. Un revers politique, diplomatique et stratégique pour Paris dénoncé conjointement par les ministres français des Affaires étrangères et de la Défense.

Lire aussi Sous-marins : Joe Biden torpille le "contrat du siècle" de la France en Australie

"C'est une décision stratégique et politique aussi étonnante que regrettable puisqu'elle revient à diffuser une technologie nucléaire contrairement à ce qui avait été convenu avec les Etats-Unis. Mais ce n'est pas une décision industrielle ni une remise en cause du savoir-faire industriel de Naval Group et de sa supply chain", réagit à chaud Jean-François Clédel, le fondateur et désormais président du conseil de surveillance d'Ingéliance, interrogé par La Tribune. Naval Group est l'un des premiers clients de cette entreprise d'ingénierie qui pèse 50 millions d'euros de chiffre d'affaires et emploie environ 800 salariés. Elle comptait apporter à son client ses compétences notamment sur l'appareil propulsif des sous-marins, le système d'énergie et la construction des submersibles.

La co-entreprise en Australie est compromise

Et pour anticiper la montée en puissance de cet important contrat sur le plan de la maintenance en condition opérationnelle, la société, basée à Bordeaux, a créé dès 2019 une co-entreprise en Australie. Ingéliance s'est ainsi associée avec l'ingénieriste australien Memko, à Adélaïde.

"La co-entreprise emploie un salarié et devait commencer à grandir en fin d'année pour constituer une équipe de personnes en 2022... Aujourd'hui, c'est un fait, tout cela me semble sérieusement compromis !", juge Jean-François Clédel. "Si notre client n'est plus là, cela n'a pas beaucoup de sens pour nous de rester en Australie même s'il est bien sûr trop tôt pour être affirmatif. On va attendre de voir ce qu'il se passe."

Au total, Ingéliance espérait des retombées significatives permettant de créer 100 à 200 emplois à terme, principalement en Australie. Son dirigeant se montre néanmoins plutôt rassurant quant à l'impact sur son activité en France. "Nous avions identifié très peu de montée en charge en France, l'essentiel était en Australie. Mais il ne faut pas minimiser l'impact de la rupture de ce contrat pour Naval Group et la supply chain en France. C'est un vrai coup dur même si je suis convaincu que Naval Group saura s'adapter et s'en remettra", considère celui qui est aussi président de la CCI de Nouvelle-Aquitaine. Et malgré ce coup dur, Ingéliance maintient son objectif stratégique de croissance pour atteindre 100 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel d'ici 2024.

Lire aussi Sous-marins : quelles conséquences après le coup de poignard de Canberra ?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 16/09/2021 à 14:33
Signaler
La naïveté de notre classe politique que les français adorent ré élire c'est quoi ? C'est plusieurs années en Afghanistan à dépenser NOTRE argent et sacrifier nos soldats pour faire plaisir aux américains. C'est la vente par Sarkozy de notre armée ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.