Rugby : le naming du stade Chaban-Delmas n'aura pas lieu

La mairie de Bordeaux écarte le projet de naming commercial du stade Chaban-Delmas qui héberge l'Union Bordeaux-Bègles, club de rugby professionnel du Top 14. Une décision regrettée par Laurent Marti, le président de l'UBB, à la recherche de nouvelles ressources financières, et par Benjamin Salah, à la tête du groupe bordelais Human Immobilier pressenti pour le naming. Ce dernier étudie désormais d'autres options et candidatures, comme il l'explique à La Tribune.

4 mn

(Crédits : P.R)

Rébaptisé Chaban-Delmas il y a 20 ans, le Parc Lescure ne changera finalement pas à nouveau de nom. Le maire de Bordeaux, l'écologiste Pierre Hurmic, a tranché et écarté l'hypothèse d'un naming commercial de l'enceinte de 34.000 places dont l'Union Bordeaux-Bègles est le club résident. Un choix que regrette Laurent Marti, le patron de l'UBB, dans les colonnes du quotidien "Sud-Ouest" :

"La majorité en place n'a pas souhaité voter favorablement pour un projet sain, ne faisant pas appel à l'argent public, émanant d'une société bordelaise et familiale [La Bourse de l'Immobilier, devenue depuis Human Immobilier, NDLR], et qui aurait amené une vraie bouffée d'oxygène à l'UBB. [...] Ce sont quelques millions d'euros qui s'envolent."

Laurent Marti et Benjamin Salah, le directeur général de Human Immobilier, groupe bordelais en pleine croissance, évoquaient en effet de manière persistante ces derniers mois un accord de naming qui aurait permis d'apporter environ un million d'euros par an au demi-finaliste du Top 14. Une idée d'ailleurs soutenue par une pétition en ligne ayant récolté près de 12.500 signatures depuis le mois de juin. Cette nouvelle ressource aurait été aussi précieuse que bienvenue dans un contexte où les finances des clubs de rugby professionnels sont mises sous forte pression par le Covid-19. Pour l'UBB, le déficit à l'issue de la saison 2020/2021 s'élève à 10 millions d'euros.

Des obstacles d'ordre juridique

Alors qu'à droite et au centre, les élus municipaux s'y montraient plutôt favorables, c'est bien la majorité PS-EELV qui a fermé la porte à ce projet de naming. A l'issue d'une étude de faisabilité juridique, l'équipe de Pierre Hurmic met ainsi en avant deux obstacles :

  • "Le naming d'un bâtiment municipal est soumis à des règles d'appel d'offres, ne donnant aucune garantie au partenaire choisi par l'UBB qu'il en soit le lauréat : d'autres candidats régionaux ou nationaux pouvaient dès lors mettre à mal l'accord prématuré entre Laurent Marti et Benjamin Salah.
  • Par ailleurs, les recettes de cette opération reviendraient légalement à la Ville et non pas au club. Les règles de versement des subventions des collectivités aux clubs sportifs professionnel sont rigoureusement encadrées et liées à des missions d'intérêt général."

Les discussions devraient se poursuivre

Néanmoins, si les déclarations dans la presse témoignent d'un refroidissement des relations, la ville assure vouloir poursuivre les discussions avec les deux autres parties "afin de trouver conjointement de nouvelles modalités permettant à ce partenaire d'augmenter sa contribution au fonctionnement du club." Concrètement, la mairie écologiste met sur la table des "solutions alternatives" pour augmenter la visibilité de Human Immobilier dans le stade et donc sa contribution financière sans aller jusqu'au naming de l'enceinte. Une option que considèrent Laurent Marti et Benjamin Salah mais avec un sérieux bémol. "On parle d'un affichage de Human Immobilier bien plus présent dans le stade mais cela n'équivaut évidemment pas à un naming en termes de visibilité pour Human ni en termes de rentrées financières pour l'UBB", explique Benjamin Salah à La Tribune.

Ce dernier ne cache pas sa grande déception de voir "ce projet assez merveilleux" tomber à l'eau pour l'instant. "On y croit toujours parce que le nom Human Immobilier répond aussi très bien aux attentes de Laurent Marti et c'est celui d'une entreprise familiale bordelaise qui crée de l'emploi dans la région !", souligne le directeur général, qui n'a pas non plus dit son dernier mot pour déployer la visibilité de son nouveau nom :

"Le Stade Français m'a proposé une offre de naming pour le stade Jean Bouin, à Paris, qui, au passage, est lui-aussi un bâtiment public. Mais je n'y répondrai pas favorablement car nous sommes attachés à l'UBB et pas à un autre club. Nous sommes déjà sponsor maillot de l'UBB et on ne lui fera pas d'infidélités ! Mais on étudie des pistes pour soutenir d'autres sports, autres que le rugby et le football, et pas nécessairement dans la région puisque nous sommes présents dans 33 départements français."

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.