Pourquoi le Crédit agricole Pyrénées Gascogne investit dans le fonds de soutien à l'aéronautique

Le Crédit agricole Pyrénées Gascogne fait partie des cinq caisses qui ont le plus investi dans ce fonds national auquel le groupe Crédit agricole a consacré 100 millions d'euros au total. Créé il y a un an, le fonds s'apprête à multiplier les investissements, notamment en Nouvelle Aquitaine et en Occitanie.

4 mn

Paul Carite, le directeur général du Crédit agricole Pyrénées Gascogne
Paul Carite, le directeur général du Crédit agricole Pyrénées Gascogne (Crédits : Crédit agricole Pyrénées Gascogne)

Des situations d'urgence, telle que la grippe aviaire ou le gel tardif pour les agriculteurs, le Crédit agricole Pyrénées Gascogne (CAPG) en a déjà connues. Mais le coup de frein brutal que la crise sanitaire a mis à la croissance de la filière aéronautique au printemps 2020 dépasse l'entendement reconnaît son directeur général Paul Carite. Le successeur de Jean-Paul Mazoyer, déjà très investi auprès de ce secteur dont un emploi sur deux se trouve en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie, se remémore l'ambiance catastrophiste de l'automne dernier "J'ai été parmi les premiers dirigeants de caisse convaincus qu'il fallait aller au-delà de nos dispositifs en soutenant le fonds créé par l'Etat en juin 2020 dans le plan de relance de cette filière." C'est chose faite six mois plus tard, lorsqu'en janvier 2021 le groupe Crédit agricole (les caisses, LCL et Crédit Agricole SA) annonce apporter 100 millions d'euros au fonds ACE Aéro Partenaires, déjà abondé à hauteur de 630 millions d'euros par l'Etat (200 millions) et les quatre principaux industriels - Airbus, Safran, Dassault et Thalès (200 millions).

Lire aussi : Comment le fonds de soutien à l'aéronautique va participer à la consolidation de la supply chain

Sur la somme confiée par la banque verte à la société de gestion ACE, filiale de Tikehau Capital, qui a elle-même réservé 230 millions d'euros au projet, cinq millions proviennent du Crédit agricole Pyrénées Gascogne. Avec ce montant, la caisse fait partie des cinq les plus engagées - aux côtés de celles de Toulouse Haute-Garonne, Brie Picardie, Aquitaine et Nord Midi Pyrénées - parmi les 23 caisses participantes sur un total de 39.

"A ce titre, les caisses régionales disposent, comme chacun des sponsors, d'un représentant au sein du conseil stratégique. La présence aux réunions mensuelles nous permet d'avoir une analyse très fine de la situation", explique Paul Carite. Cette analyse, la banque la partage en interne. Et aussi, sans dévoiler des données confidentielles, à travers ses chargés d'affaires spécialisés, avec l'ensemble de ses clients aéronautiques, une centaine de toutes tailles, dont "plusieurs ont un savoir-faire unique et sont des leaders dans leur domaine", appuie le dirigeant.

Les entreprises de la filière ont été touchées de façon inégale, poussant certaines comme Akka Technologies à Toulouse, à procéder à des plans de sauvegarde de l'emploi, alors que Tarmac, à Tarbes, ou encore Dassault à Anglet, ont pu continuer à investir.

D'après le Groupement des Industries Françaises Aéronautiques (Gifas), après une croissance ininterrompue ces vingt dernières années, la filière a perdu 8.000 emplois, soit 4 % de ses effectifs (194.000) en 2020. Les plus petites entreprises ont payé le plus lourd tribut : le nombre de postes a été réduit de 12 % dans les PME, de 7 % dans les ETI et de près de 3 % dans les grands groupes.

Toutefois, l'horizon semble déjà s'éclaircir. "Nous étions tous dans l'expectative, mais les annonces d'Airbus concernant ses prévisions de cadences de production permettent aux entreprises sous-traitantes de mieux se projeter", explique Marwan Lahoud, président exécutif d'Ace Capital Partners. Alors que le trafic a repris en Chine et aux Etats-Unis, l'avionneur, qui est avec Boeing le principal donneur d'ordres, a en effet détaillé le 27 mai un planning industriel ambitieux, prévoyant pour 2024 des volumes de production supérieurs à ceux de 2019.

"Une divine surprise", selon Marwan Lahoud, ancien dirigeant d'Airbus, et synonyme d'ébullition pour son équipe, qui a examiné à ce jour 70 dossiers. "Un peu plus de la moitié concerne des entreprises qui sont très implantées en Occitanie et en Nouvelle Aquitaine. Nous devrions pouvoir faire aboutir dans les prochaines semaines des projets qui seront de deux ordres : du soutien en capital pour aider les entreprises à redémarrer, pour certaines fortement, mais aussi des opérations de rapprochement", annonce Marwan Lahoud.

Les fonds d'ACE Aéro Partenaires serviront à stimuler les mouvements de consolidation tant attendus dans ce secteur, qui doit aussi redoubler d'efforts pour satisfaire la demande prégnante d'avions plus écologiques. C'est dans cet objectif qu'Ace Capital Partners vient d'entrer en négociations exclusives avec le minier Eramet pour acquérir sa filiale Brown Europe, qui fabrique des pièces très légères en titane à Laval-de-Cère (Lot) et Brive-la-Gaillarde (Corrèze). "Le redressement sera long mais nous accompagnerons la filière dans sa reconstruction", promet Paul Carite.

Lire aussi 5 mnAirbus va verser des aides aux petites entreprises de la supply chain pour recréer de l'emploi

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.