Les campagnes néo-aquitaines sont-elles des déserts culturels ?

Entre cinq et quinze minutes de trajet, pas plus : c’est ce qu’il faut en moyenne aux Néo-aquitains pour se rendre dans un établissement culturel. Mais s'ils sont au nombre de 12.000 en Nouvelle-Aquitaine, les équipements culturels restent inégalement répartis et institutionnalisés dans la grande région, rappelle l'Insee. Se confrontent alors les milieux urbains et ruraux, où l’accès à la culture ne relève toujours pas de la même facilité.

3 mn

(Crédits : Insee, 2021)

Cinémas, bibliothèques, librairies, patrimoine, théâtres, lieux d'enseignement artistique : ces équipements culturels sont à priori bien répartis en Nouvelle-Aquitaine, où chaque bassin de vie est doté d'au moins cinq ou six de ces lieux, d'après une enquête de l'Insee publiée lé 27 mai 2021 et fondée sur les années 2017-2018. L'étude note que quatre néo-aquitains sur dix, soit 2,5 millions d'habitants, habitent à proximité d'une offre culturelle qualifiée de riche et diversifiée. Mais elle pointe aussi la différence d'accès aux établissements entre les territoires en fonction de la densité de population.

Un fossé culturel entre le monde urbain et rural

Dans les zones densément peuplées où vivent 1,3 million de néo-aquitains, l'offre culturelle est bien plus accessible que dans les milieux ruraux. Les établissements culturels dans ces territoires ruraux reposent principalement sur des équipements ni labellisés ni conventionnés et des trajets de plus de 30 minutes sont nécessaires pour atteindre les premiers équipements culturels. Cela concerne environ un tiers des Néo-Aquitains. Enfin, 150.000 personnes vivent dans des territoires sans accès à des espaces labellisées ou conventionnées, comme le Médoc (Gironde) ou la Soule (Pyrénées-Atlantiques).

Insee culture

Comparaison des territoires de vie de Nouvelle-Aquitaine, selon l'éloignement aux différents équipements culturels (crédits : Insee).

Toutefois, des établissements et associations sans label ni convention font entendre leur voix dans ces territoires plus isolés, comme le circuit itinérant de Dax. Cette association des Landes propose des projections de films dans les villes landaises (Roquefort, Pouillon et le canton d'Amou), et constitue parfois "la seule sortie culturelle des habitants du mois, voire de l'année", fait valoir le directeur de l'association, Anthony Roussel. Le fossé culturel existe selon lui entre monde urbain et rural : il y a moins d'information dans les villages et les programmes de films sont toujours décalés d'un mois de ceux des villes. Alors, il faut forcément une plus grande implication de ceux qui font vivre la culture. "C'est presque du militantisme !", déclare-t-il.

« Partout, il y a de la culture »

Peut-on pour autant parler de déserts culturels dans ces territoires ? S'il y a moins d'établissements labellisés ou conventionnés en milieu rural, c'est parce que les petites communes n'ont pas les moyens de financer de grosses infrastructures, rappelle la Drac Nouvelle-Aquitaine. Mais prendre le seul point de vue de l'offre culturelle labellisée ou conventionnée, ce n'est pas rendre justice à l'offre culturelle globale que l'on trouve dans les territoires.

Insee culture

Le temps moyen d'accès aux équipements culturels selon le type et la catégorie d'équipement (crédits : Insee).

En effet, 23 % de lieux culturels néo-aquitains sont non labellisés ou non conventionnés, et encore beaucoup n'ont pas été comptabilisés dans l'étude de l'Insee, selon Thierry Szabo, le directeur de l'Agence culturelle Nouvelle-Aquitaine. Ce dernier rappelle que dans le secteur du spectacle vivant, seulement 8,3 % des lieux sont conventionnés ou labellisé sur 600 lieux dans la région.

"Ce n'est pas parce qu'une ville possède un théâtre, une bibliothèque, des cinémas, des musées, que les pratiques culturelles y sont plus importantes qu'ailleurs. La présence d'équipements n'implique pas nécessairement un taux de pratiques culturels supérieur !"

Pour Anthony Roussel, l'expression "désert culturel" est aussi "exagérée et simpliste : Dire ça, ce n'est pas connaître le maillage culturel des territoires. Partout il y a de la culture, et sous toutes ses formes !", même en ruralité. D'où la nécessite de poser un regard différent sur l'offre culturelle et ses pratiques dans les milieux apparemment moins bien desservis.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.