La Banque des territoires s'inquiète pour le logement social en Nouvelle-Aquitaine

 |  | 884 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : Philippe Ruault)
Lors de son bilan de l'année 2020, Patrick Martinez, le directeur régional de la Banque des territoires, a exprimé son inquiétude sur la faiblesse de la construction de logements locatifs sociaux en Nouvelle-Aquitaine, particulièrement dans les zones denses du littoral. La filiale de la Caisse des dépôts a présenté quelques outils pour redresser la barre et réaffirmé son soutien aux villes petites et moyennes de la région.

"Nous sommes actionnaires de plus de 110 sociétés en Nouvelle-Aquitaine dans le domaine du tourisme, de l'aménagement ou de l'énergie. Notre mission c'est d'accompagner le développement territoriale par l'investissement public auprès des collectivités, des bailleurs sociaux et des sociétés privées", a rappelé Patrick Martinez, le directeur régional de la Banque des territoires en Nouvelle-Aquitaine, lors du bilan de l'année 2020 présenté le 29 avril dernier. Un exercice particulier au cours duquel la Banque des territoires "a accompagné la gestion de la crise de mars à septembre avant d'accompagner la relance économique à partir du mois de septembre".

Soutenir le commerce de centre-ville

Concrètement, cela s'est traduit par l'engagement au niveau national de 7,8 milliards d'euros de fonds propres, soit 30 % de l'enveloppe cible de 26,3 milliards d'euros débloquée par la Banque des territoires. "Il n'y a pas d'enveloppe régionalisée, les montants engagés dépendent de la mobilisation des acteurs de chaque territoire", a insisté Patrick Martinez. A titre d'exemple, la Banque des territoires a déjà engagé en Nouvelle-Aquitaine 21,7 millions d'euros dans la transition énergétique, dont la centrale de Labarde, 21 millions d'euros dans le tourisme, 12,9 millions d'euros dans les professionnels de la justice, 5,2 millions d'euros dans la santé et le médicosocial, 3,5 millions d'euros dans l'habitat, et entre 3 et 5 millions d'euros dans le soutien foncier aux commerces de centre-ville.

S'y ajoutent ses interventions plus traditionnelles avec 86 millions d'euros de prêts aux collectivités locales et à leurs satellites dont 16,4 millions d'euros pour le programme "Action cœur de ville" qui concerne 22 villes moyennes de Nouvelle-Aquitaine. "Cela permet de financer des foncières pour soutenir le commerce en centre-ville et centre-bourg via l'aide à l'installation de commerçant, l'acquisition de locaux, le financement de travaux mais aussi la vente ou la location de longue durée", précise Patrick Martinez. Dans la même logique, 197 territoires néo-aquitains comptant des villes de moins de 20.000 habitants sont aidés par le programme "petites-villes de demain".

Lire aussi : Malgré la crise, les cœurs de villes moyennes restent dynamiques

Inquiétudes pour le logement social

Mais au-delà de la relance, Patrick Martinez a partagé ses vives inquiétudes quant à la dynamique de construction de nouveaux logements sociaux dans les zones denses de la région alors même que la Banque des territoires est en cours réalisation d'un livre blanc du logement social en Nouvelle-Aquitaine qui sera présenté lors du Congrès national HLM prévu à Bordeaux en septembre 2021. Après 740 millions d'euros de prêts accordés aux bailleurs sociaux de la région en 2019, l'établissement en a mobilisé 859 millions d'euros en 2020.

"Notre mobilisation est assez importante parce que nous sommes inquiets de la capacité à financer la production de logements sociaux à cause de la crise et d'enjeux plus structurels liés au coût du foncier à Bordeaux Métropole, au Pays basque et en Charente-Maritime notamment. Il faut éviter un décrochage de l'offre vis-à-vis des besoins des populations", a développé Pierre Bignon, le directeur régional adjoint.

La frilosité des élus locaux est aussi un obstacle à la construction de logements sociaux avec une baisse importante du nombre de permis de construire accordés depuis le début 2021 alors même que l'année 2020 était en très net repli, comme le rappelait en janvier Muriel Boulmier, la présidente de l'Union régionale HLM :

"L'objectif initial était de 10.000 logements sociaux programmés dans la région. C'est donc une baisse [de -22 %] absolument conséquente des nouveaux projets alors que la demande continue à augmenter dans nos territoires et que la crise et la fragilité économique vont s'installer en 2021 et 2022 particulièrement dans les familles modestes."

Lire aussi : La programmation de logements sociaux chute sévèrement à Bordeaux Métropole

"Il y a environ 58.000 demandes de logements sociaux en attente dans la métropole bordelaise, selon la chambre régionale des comptes. Il faut faire en sorte d'y répondre le mieux possible même si répondre à 100 % des demandes me semble impossible en l'état. Mais il faut profiter de la relance pour accélérer", a compléter Patrick Martinez, qui cite l'exemple de la Communauté d'agglomération Pays basque qui a récemment revu à la hausse ses objectifs en la matière.

Lire aussi : Le Pays basque veut moins de logements neufs mais plus de logements sociaux

Les titres participatifs

Et pour relancer la machine la Banque des territoires ajoute à sa panoplie d'outils financiers les titres participatifs qui font l'objet d'un 2e appel à projets à partir de ce lundi 3 mai. "Le titre participatif est adossé à un programme d'investissement élaboré par l'organisme HLM et propose des modalités de remboursement flexibles et adaptables à la fois à la situation financière du bailleur et au calendrier de réalisation des travaux. Il peut aussi financer des actions de réserve foncière", a détaillé Pierre Bignon. Le tout sur des durées de cinq à dix ans.

L'an dernier, la Banque des territoires a participé au financement de 7. 809 logements sociaux neufs et la réhabilitation de 4.245 logements sociaux et places d'hébergement. Elle a déjà accompagné douze bailleurs sociaux - dont l'Office 64, Habitalys-47 et Habitat de la Vienne-86 - grâce aux titres participatifs pour un montant de 57 millions d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :