Et si la crise boostait enfin la qualité de vie au travail ?

 |  | 881 mots
Lecture 5 min.
XXL Happyness qui compte 10 collaborateurs à Bordeaux travaille avec 70 prestataires pour améliorer la qualité de vie au travail auprès d'une trentaine de clients.
XXL Happyness qui compte 10 collaborateurs à Bordeaux travaille avec 70 prestataires pour améliorer la qualité de vie au travail auprès d'une trentaine de clients. (Crédits : XXL Happyness)
Alors que les indicateurs font état de situations de détresse psychologique et d’un taux de dépression en hausse chez les salariés, les démarches liées à la qualité de vie au travail (QVT) gagneraient à entrer davantage dans le quotidien des entreprises. La démarche reste pourtant encore frileuse en France.

Les dernières études le montrent : la crise a un impact bien réel sur la santé des salariés. Selon une étude de Malakoff Humanis publiée en octobre 2020, près de la moitié des salariés (45 %) déclaraient se sentir plus fatigués physiquement et psychologiquement. Dans le même temps, le taux de dépression nécessitant un accompagnement chez les salariés explose selon un sondage réalisé par OpinionWay en mars 2021. Il passe à 36 % (+15 points par rapport à décembre 2020) tandis que le nombre de dépressions sévères a doublé en un an.

Lire aussi : Face aux risques psychosociaux liés au Covid, les entreprises cherchent des solutions

"Parmi les difficultés rencontrées, figurent la peur liée à la maladie, les incertitudes économiques qui ont pour conséquence un isolement social et une montée accrue des addictions. La conciliation vie professionnelle/vie personnelle devient par ailleurs compliquée avec la généralisation du télétravail et nous commençons à voir les tensions relationnelles prendre de l'ampleur", déclare Audrey Dassens, chargée de mission au sein de l'Association régionale pour l'amélioration des conditions de travail (Aract) Nouvelle-Aquitaine.

Pour faire face à ces situations dans les entreprises, elle conseille de se mettre autour de la table pour fixer des règles communes, de s'assurer des conditions de travail de chacun, de communiquer, réajuster et maintenir le lien.

Une réponse au mal-être

En pratique, beaucoup d'entreprises ont mis en place des cellules de soutien psychologique à l'occasion d'un premier confinement. C'est le cas, par exemple, d'In Extenso. Via une mise en relation téléphonique anonyme et gratuite, ce service propose aux salariés de bénéficier de conseils et d'écoute d'un tiers.

Cindy Dauvin, fondatrice en 2019 à Bordeaux de l'entreprise XXL Happyness, est toutefois dubitative. "Souvent, les salariés ne vont pas y faire appel d'eux-mêmes. Ils ont parfois un peu honte", témoigne-t-elle. Elle propose pour sa part de mettre en place de l'accompagnement et des actions QVT (qualité de vie au travail).

"Ce sigle est encore peu connu si on le compare à la responsabilité sociétale des entreprises (RSE), assure Cindy Dauvin. Mais, avec la crise, il y a une prise de conscience des entreprises qu'il faut prendre soin de leurs collaborateurs. Certains se rendent, par ailleurs, compte qu'il faut accompagner le télétravail parce qu'il y a du turn-over, des démissions, de l'absentéisme et des burn-out. Donc je dirais que cela bouge non pas pour une raison positive mais parce qu'il y a du mal-être au travail !"

Lire aussi : Le télétravail fait de la santé mentale une priorité pour les employeurs

XXL Happyness, qui propose une gestion complète de la QVT auprès d'une trentaine de clients, a ainsi lancé une application pour mesurer l'état d'esprit des collaborateurs qui sont invités à remplir un questionnaire une fois par semaine et de manière anonyme. "Le baromètre permet au manager de prendre la température", explique Cindy Dauvin. Des ateliers sont ensuite proposés, actuellement en visio-conférence, avec notamment du sport et de relaxation, mais les prestations peuvent être multiples, en matière de nutrition, d'ergonomie, de démarche RSE ou encore d'événements d'entreprise. "Hors Covid, nous commençons toujours par faire un audit. C'est ensuite du sur-mesure. Mais une démarche QVT se construit toujours avec les collaborateurs. C'est une démarche participative et transversale qui prend la forme d'actions régulières pour prendre soin des collaborateurs", insiste Cindy Dauvin.

Une source de performance économique

"La QVT rentre progressivement dans les entreprises", reconnaît Audrey Dassens, pour l'Aract. "La crise montre une certaine remise en question de la place du travail dans la vie et dans la mesure où les mentalités évoluent, les entreprises vont devoir s'adapter. Des études ont d'ailleurs montré qu'il y avait un lien entre la performance économique et la qualité de vie au travail."

Et Cindy Dauvin d'ajouter :

"Les entreprises qui ont mis la QVT au cœur de leur vision obtiennent +235 % de retour sur investissement. Malgré tout, aujourd'hui, il y a encore peu de responsables QVT dans les entreprises, également appelés office manager ou chief happiness manager. La France tient la 24e position pour le bien-être au travail. Ce n'est pas bon."

L'importance des temps sociaux

Sans prétendre être un spécialiste de la qualité de vie au travail, l'entreprise bordelaise Hunting Town spécialisée dans les escape game physiques pour les particuliers avant la crise, a quant à elle pris un virage pour se positionner sur des chasses au trésor virtuelles à destination des entreprises, avec un premier scénario sous forme de tour de France et, depuis peu, d'un tour du monde en utilisant Google Street view.

"C'est une manière d'accompagner le télétravail, de permettre aux collaborateurs de se retrouver, de s'amuser et de décompresser en voyageant", explique Thibaut Giuseppi, gérant de l'entreprise.

Le ludique, peut-il donc avoir une place en entreprise pour resserrer les rangs ? "Oui", confie Audrey Dassens. "Mais au-delà du ludique, ce qui est primordial ce sont les temps sociaux", insiste-t-elle.

Lire aussi : Préparer la relance : les Français ennemis... d'eux-mêmes ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :