Starlink : quand les antennes relais d'Elon Musk suscitent les réserves des élus locaux

 |  | 804 mots
Lecture 4 min.
Les antennes de Starlink installées à Villenave-d'Ornon, dans la métropole bordelaise.
Les antennes de Starlink installées à Villenave-d'Ornon, dans la métropole bordelaise. (Crédits : Agence APPA)
En France, trois villes attisent la curiosité des sous-traitants de Starlink, projet pharaonique d'Elon Musk, patron de Tesla, qui a l'ambition de déployer des stations équipées d'antennes relais. Si à Villenave d'Ornon (Gironde) le projet a été accepté par la municipalité, à Gravelines (Nord), et Saint-Senier-de-Beuvron (Manche), les maires ont refusé, pour l'heure, les permis de construire. Ils souhaitent obtenir davantage d'informations sur cette constellation de 42.000 satellites et les conséquences sur leurs territoires.

Starlink souhaite lancer, grâce à son projet SpaceX, 42.000 satellites de 225 kg chacun en orbite basse, afin de déployer internet dans des zones blanches du monde, où son accès est aujourd'hui limité. Pour l'instant, 1.200 d'entre eux ont été lancés, et le processus se poursuit, celui d'installer des antennes relais dans des endroits stratégiques. C'est le cas des trois villes françaises retenues, Villenave d'Ornon, Gravelines et Saint-Senier-de-Beuvron. Mais si sur le papier ces installations pourraient sembler être une simple formalité pour Starlink, elle a suscité l'émoi dans deux de ces trois municipalités. En cause, le manque d'informations dévolues au projet. Les édiles, méfiants, préfèrent pour l'instant refuser le projet dans l'attente d'éléments complémentaires.

Lire aussi : Satellites : ce village de la Manche qui barre la route à Elon Musk

Internet accessible partout

Lancé en 2019, les satellites américains de SpaceX ont pu être observés par certains dans le ciel étoilé. Le projet d'Elon Musk est d'offrir, grâce à ses antennes relais, un accès à internet dans 100 % de la planète. En France, l'Arcep (l'Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes) a donné son feu vert pour l'implantation de stations au sol sur son territoire. Une proposition qui a séduit la municipalité de Villenave d'Ornon, qui, après avoir étudié les règles d'urbanisme de la commune, puis, suite au retour du service sanitaire de Bordeaux métropole, a donné son feu vert au permis de construire, pour l'installation sur le terrain privé demandé.

Les antennes de Starlink, déployées à Villenave-d'Ornon (crédits : Agence APPA).

"On nous a répondu qu'au vu des éléments, il n'y avait pas de champ électromagnétique pour les riverains, avec un signal pointé vers le ciel qui sert à guider les satellites dans la stratosphère", explique Laurent Grasset, conseiller municipal délégué à l'urbanisme et au développement durable, à l'aménagement de la ville pour la commune de Villenave d'Ornon (36.000 hab.). "Nous avons mené d'autres investigations de personnes indépendantes disant qu'on est sur une technologie équivalente à de la réception satellite, on ne fait pas l'amalgame comme ça a pu être le cas avec la 5G, ça n'a strictement rien à voir. Forts de ces éléments là et étant rassurés, nous avons accepté l'autorisation de l'urbanisme" conclut-il. A Villenave d'Ornon, précise-t-il, l'installation de la station désormais finalisée a peu suscité l'émoi de ses concitoyens. Seul un élu de son opposition, Yannick Boutot (parti radical de gauche) a émis des réserves en conseil municipal.

Lire aussi : Space Cargo rapatrie son vin de l'espace en vue d'une publication scientifique

Un problème démocratique ?

Ce que pointe Yannick Boutot, c'est l'absence de débats sur le sujet. "Je n'ai pas forcément de doutes sur les ondes, sachant qu'en plus l'Arcep et l'Etat sont censés encadrer les choses. Pour moi, le problème est plutôt démocratique dans le sens où ce sont des installations qui se confondent avec certaines données scientifiques sans débat local, de communication particulière de la mairie, de la métropole", poursuit le conseiller municipal. A Gravelines (12.000 hab.), le maire Bertrand Ringot appuie le fait qu'il ne s'oppose pas à une avancée technologique, mais dénonce également que ce projet d'envergure n'ai donné lieu à aucun débat au Sénat ou à l'Assemblée nationale. Il a donc décidé de ne pas signer le permis de construire demandé par le sous-traitant du projet dans le Nord, Lumen Technologies, et de demander une concertation départementale au préfet, qui va désormais prendre le relai du dossier.

A Saint-Senier-de-Beuvron, l'édile de ce village de 357 âmes va également devoir se référer au préfet. Il a refusé la demande préalable et n'a, pour l'heure, reçu aucune demande de permis de construire. Là encore, la municipalité se défend "d'être contre le progrès", arguant être dans l'attente du haut débit pour faciliter l'accès à des services comme la télémédecine sur sa commune. "Je n'ai pas du tout envie que ma commune serve de cobaye", s'agace Benoît Hamard. "Nous n'avons pas  reçu les études d'ondes et de sol demandées. On est dans le périmètre du mont Saint-Michel, je veux protéger mes habitants et les animaux. Il me faut des garanties, des certitudes, on va rester vigilants jusqu'au bout", poursuit-il.

Outre les municipalités concernées, le projet inquiète également certains astrophysiciens, qui pointent du doigt la pollution visuelle que pourraient engendrer ces satellites lors d'observations. En juillet dernier, la constellation de Starlink a en effet empêché la photographie de la comète Neowise.

Lire aussi : Constellation Starlink : la "pollution spatiale" d'Elon Musk

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2021 à 15:13 :
Quelle bêtise que de refuser ces antennes de communication avec les satellites, sous pretexte que cela n'a pas été vu au Sénat. Quand vous installez une parabole sur votre toit ou balcon, vous attendez aussi une enquête du Sénat?
Réponse de le 12/04/2021 à 16:41 :
Cela n'a rien à voir avec ce qui est dit dans cet article, vous l'avez lu ?
Réponse de le 12/04/2021 à 17:18 :
Le sénat a du dire déjà Ok , officieusement.
Le transhumanisme, ça enchante les chantres du Sénat.
a écrit le 12/04/2021 à 12:34 :
encore une fois, les majors du numériques vont lancer leurs constellations à grand renfort de communication et de marketing, en faisant croire que ce n'est que pour couvrir les zones blanches et donner accès à l'internet pour tous.
La vraie histoire, c'est l'uberisation des opérateurs comme SFR / Orange / Free / Eutelsat (et la destruction des emplois associés comme pour Nokia et Alcatel (-130 000 emplois en Europe)
Merci à ses élus visionnaires qui cherchent à endiguer la verticalisation poussées par des GAFAs surpuissants, sous prétexte de simplicités et d'internet pour tous.
Si le conglomérat TESLA/SPACE X voulait l'internet pour tous, cela se saurait. Dans le fait, il pousse la même stratégie que pour Tesla où il promettait la Tesla pour tous pour, alors que dans les faits, ceux qui font la voiture électrique pour tous, ce sont les européens avec Dacia.
On en reparle en 2030
a écrit le 12/04/2021 à 10:57 :
Un refus particulièrement louable de la part de ces élus que je félicite chaleureusement étant donné que la tendance de nos décideurs actuels, du fait d'un manque certain d'intérêt pour leurs administrés c'est valider sans penser or on peut quand même se questionner quant 'à l'intérêt déjà de suprimer les quelques zones blanches qu'il reste, d'une part et surtout de dépenser autant de moyens et de polluer carrément l'espace pour si peu ! Sans parler des effets des micros ondes qui n'ont jamais été clairement étudiées.

Alors les vieux et jeunes déglingos se disent que s'ils acceptent ce genre d'aberrations cela les rendra plus moderne aux yeux de leurs électeurs, parce que tout simplement totalement dépassés par les nouvelles technologies, ils pensent hier alors qu'il faut penser aujourd'hui, donc encore bravo à ces élus, même si goutte d'eau au milieu d'un océan d'idiots, il est indispensable de souligner ce minimum de clairvoyance et de méfiance vis à vis des sociétés marchandes sont là d'abord et avant tout pour prendre notre fric.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :