Couverture santé : mySofie lève 1,1 million d’euros pour analyser les besoins réels

 |  | 504 mots
Lecture 3 min.
Pour utiliser mySofie, l'utilisateur doit se connecter à sa sécurité sociale, sa complémentaire santé et celles de sa famille (conjoint, enfants, parents).
Pour utiliser mySofie, l'utilisateur doit se connecter à sa sécurité sociale, sa complémentaire santé et celles de sa famille (conjoint, enfants, parents). (Crédits : mySofie)
L’agrégateur de contrats de santé mySofie vient de lever 1,1 million d’euros auprès du gestionnaire de santé CPMS et des fondateurs du courtier digital Digital Insure. La startup bordelaise qui présente, via une application, une vision claire des dépenses et remboursements en santé de ses utilisateurs va bientôt pouvoir préconiser des améliorations de couverture. L'utilisateur pourra aussi changer d'assurance.

90.000 personnes utilisent l'application mySofie qu'ils consultent en moyenne huit fois par mois. Connectée à plus de 200 organismes, mySofie est une solution d'agrégation de prestations santé qui permet à l'utilisateur de savoir, pour chaque dépense, ce qui est pris en charge par son régime de Sécurité sociale, sa complémentaire santé et ce qu'il lui reste à payer.

"Il s'agit pour nous de rendre l'assurance santé transparente. Grâce à l'application, nous parvenons à tracer les remboursements manquants. Trois utilisateurs sur quatre ont détecté au moins un remboursement manquant pour l'un des leurs", témoigne Philippe Baranski, co-fondateur de l'entreprise.

Lire aussi : MySofie, cette startup qui a choisi le télétravail dès sa création

Au menu donc : une analyse des dépenses de l'utilisateur et des membres de sa famille, un historique des soins, le budget consacré à la santé mais aussi la téléconsultation, la possibilité de transférer une ordonnance en pharmacie ou d'accéder à un fil info santé. De nouveaux services seront implémentés dans l'application en fonction des besoins des utilisateurs. "Est-ce que cela va être la recherche de professionnels de santé, le carnet de santé, ou encore la prise de rendez-vous ? Nous sommes en veille dans le domaine de la e-santé", explique Philippe Baranski.

Deux nouveaux services

Mais dans l'immédiat, mySofie qui vient de lever 1,1 million d'euros auprès de CPMS et de Digital Insure, va surtout ajouter un outil de diagnostic pour permettre d'optimiser un contrat de santé. A partir d'avril, un algorithme va lire, synthétiser, traduire les remboursements de ses utilisateurs et ainsi proposer des préconisations d'amélioration de couverture. "L'utilisateur pourra y accéder soit à titre d'information, soit pour agir et donc changer de contrat voire d'assureur", explique Philippe Baranski. Et pour effectuer des changements, il pourra se tourner vers son assureur ou vers mySofie, car à partir du mois de mai, il sera possible d'acheter un contrat sur le site web mySofie.

Lire aussi : Seriez-vous prêt à confier votre santé à une intelligence artificielle ?

"Mais la vente de contrat n'est toutefois pas une finalité, explique Philippe Baranski. Nous avons la volonté de permettre aux français de mieux acheter leur assurance santé. Notre ambition est de créer une nouvelle norme dans la façon dont les français comprennent, achètent et bénéficient de leur assurance santé. Reprendre sa santé en main, c'est trouver le bon professionnel, avoir les soins qui correspondent à sa pathologie mais surtout ne pas avoir un pouvoir d'achat dégradé à cause de la maladie", explique Philippe Baranski.

Dans cette logique, les services proposés par mySofie sont gratuits pour l'utilisateur. Le modèle économique est tourné vers le BtoB, via le partenariat avec des assureurs et la vente de contrats d'assurance santé.

"mySofie sera aussi l'outil qui va venir challenger la hausse des prix de la couverture santé estimée à +4,3 % en 2021, selon une récente étude", assure Philippe Baranski.

L'objectif est, à minima, de doubler le nombre d'utilisateurs de l'application mySofie  lancée en 2018.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :