Bordeaux Inno Campus : une saison 2 sous le signe de la transition énergétique ?

 |  | 677 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Bordeaux Métropole)
Initiée à la fin de la précédente mandature, la vaste opération d'intérêt métropolitain Bordeaux Inno Campus, qui s'étend sur 1.350 hectares au sud-ouest de l'agglomération, est confirmée par la nouvelle majorité. Les élus sont décidés à porter ce projet dédié à l'innovation et à la santé en accentuant les aspects liés au logement, aux mobilités, à la transition énergétique et à la nature pour répondre aux critiques formulées l'an dernier par l'Autorité environnementale.

Bordeaux Métropole, Bordeaux, Talence, Pessac, Gradignan, l'État, les Universités, le CHU, le Crous et Domofrance : les partenaires sont nombreux et tout l'enjeu du projet Inno Campus est justement de coordonner les actions des uns et des autres en matière d'aménagement du territoire et de développement économique. Présentée officiellement en janvier 2020, cette deuxième opération d'intérêt métropolitain (OIM) après l'opération Aéroparc (2.500 ha à Mérignac et Saint-Médard-en-Jalles autour de l'aéroport), embrasse un cône sud-ouest de l'agglomération qui concentre sur 1.350 hectares, 80 % de l'offre universitaire et hospitalière, 72.000 étudiants et 4.200 chercheurs, 7 sites hospitaliers, 48.500 emplois dont 40 % dans la santé, l'incubateur Unitec et de nombreuses entreprises innovantes.

Lire aussi : L'opération Bordeaux Inno Campus relancée par Bordeaux Métropole

L'ossature du projet comme les principaux protagonistes sont globalement les mêmes qu'il y a un an et c'est à Pessac, dans le quartier Coeur Bersol, qu'Alain Anziani, le président de Bordeaux Métropole, et les maires des communes concernées ont réaffirmé leurs ambitions communes ce vendredi 2 avril. Cette opération Coeur Bersol, qui prévoit 20.000 m2 de bureaux, restaurants, showrooms et locaux d'activité, se veut exemplaire de ce qui se fera d'ici à 2035. Les entreprises Treefrog Therapeutics (biotechnologie), et FineHeart (chirurgie cardiaque) y sont notamment installées. Au printemps 2022, une fois le dernier bâtiment livré, l'opération devrait accueillir 900 emplois et sera reliée à l'OIM Aéroparc par la ligne Technobus.

Bordeaux Inno Campus

Alain Anziani, au centre, entouré des maires Pierre Hurmic (Bordeaux), Emmanuel Sallaberry (Talence), Michel Labardin (Gradignan) et Franck Raynal (Pessac), en visite chez Treefrog Therapeutics, à Pessac (crédits : Bordeaux Métropole).

Immobilier, énergie, nature

Pour le reste, l'ambition affichée du projet Inno Campus c'est de porter à l'horizon 2035 la construction de 10.000 logements, dont près de 3.000 logements étudiants, la création de 10.000 emplois et l'accueil de 10.000 nouveaux étudiants. Et pour y arriver, pas moins de 2,1 milliards d'euros d'investissements publics sont listés, dont plus d'un milliard au titre du plan "Nouveau CHU", présenté ce mardi 6 avril, les projets de rénovation urbaine de Pessac Saige pour 190 millions d'euros ou encore les 320 millions d'euros de l'opération Campus et de l'Université de Bordeaux, désormais propriétaire de son foncier.

Et face aux critiques formulées au printemps 2020 par l'Autorité environnementale qui pointait les lacunes en matière de mobilité durable, de gestion de l'eau et des déplacements, de développement des énergies renouvelables et de maîtrise des émissions carbones, les élus locaux assurent qu'ils les ont bien prises en compte. La nouvelle mouture met ainsi en avant la volonté "d'assurer le développement durable et un aménagement soutenable de ce territoire stratégique".

Bordeaux Inno Campus 2021

Le plan à jour du projet Inno Campus (crédits : Bordeaux Inno Campus).

Le volet énergétique est musclé

Cela doit passer par une programmation "équilibrée" et "abordable" de l'offre de logements entre le logement étudiant et familial et de l'offre d'immobilier d'entreprise et d'un renforcement de la desserte en transports en commun et en pistes cyclables dans le cadre du futur Schéma des mobilités qui doit être arrêté cet été par Bordeaux Métropole. "Mais sans que cela soit au détriment des usagers dépendants de l'automobile", précisent les élus qui prévoient également des travaux d'amélioration des accès au réseau autoroutier.

Le volet énergétique est également musclé avec un réseau de chaleur mutualisé intra-rocade, l'étude de la conversion à la biomasse des sites hospitaliers, la rénovation des passoires thermiques (qui concernent également les bâtiments publics et les locaux d'entreprises), le développement de la géothermie basse température, du photovoltaïque sur les toitures et la lutte contre les îlots de chaleur.

Lire aussi : Canicules : comment rafraîchir Bordeaux ?

Enfin, l'OIM prévoit aussi de valoriser la nature et les espaces verts, notamment par la déclinaison locale de l'opération un million d'arbres, la création d'un maillage d'espaces verts et la préservation du patrimoine architectural.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :