Défense : Florence Parly vient chercher à Anglet des bouées sous-marines made in France

 |  | 433 mots
Lecture 3 min.
Florence Parly, la ministre des Armées, est à Anglet ce mardi 30 mars pour signer avec Thales et la PME Telerad un contrat de fabrication en France des bouées acoustiques destinées à lutter contre la menace sous-marine
Florence Parly, la ministre des Armées, est à Anglet ce mardi 30 mars pour signer avec Thales et la PME Telerad un contrat de fabrication en France des bouées acoustiques destinées à lutter contre la menace sous-marine (Crédits : POOL New)
La ministre des Armées, Florence Parly, se rend à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) ce mardi 30 mars, pour signer un contrat pour la fabrication des bouées acoustiques aérolargables SonoFlash, destinées à lutter contre la menace sous-marine. Conduit par Thales en collaboration avec la PME basque Telerad, ce programme d'une trentaine de millions d'euros est un enjeu stratégique pour la souveraineté sous-marine française.

En visite ce mardi 30 mars au sein de la PME technologique Telerad, basée à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), la ministre des Armées Florence Parly, accompagnée de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée et candidate pressentie aux élections régionales en Nouvelle-Aquitaine, va lancer une nouvelle filière de fabrication et de mise service de bouées acoustiques sous-marines made in France.

Ce programme de bouées aérolargabled SonoFlash est piloté par Thales Underwater Systems, qui souhaite mettre en place une équipe intégrée où prendront place plusieurs PME à forte valeur ajoutée comme Telerad, Selha Group, Astic, Realmeca, Plastimo ou encore Nervures... "Il s'agit d'une relocalisation d'une compétence que nous n'avions plus, puisqu'on achète nos bouées aux Etats-Unis", a expliqué à La Tribune il y a quelques jours le cabinet de Florence Parly.

Lire aussi : Lutte anti-sous-marine : la France retrouve sa souveraineté en eaux profondes

De son côté, la PME Telerad, fondée en 1950, emploie 82 salariés à Anglet. Elle est spécialisée dans l'étude, la fabrication, la mise en service et la commercialisation de systèmes radio pour le contrôle du trafic aérien et maritime, à la fois dans les domaines civil et militaire. Avec un chiffre d'affaires annuel d'environ 11 millions d'euros dont 60 % à l'export, "elle compte parmi les leaders mondiaux avec plus de 15 % de parts de marché. Le domaine des applications pour la défense représente 20 % de son activité", indique le ministère des Armées. En 2019, Telerad est l'une des premières entreprises françaises a avoir reçu le label UAF (Utilisé par les armées françaises) désormais octroyé à plus de 155 PME et ETI.

Le programme SonoFlash vise la mise au point d'une nouvelle génération de bouées acoustiques pour répondre à l'horizon 2025 aux besoins de la Marine nationale dans le domaine de la lutte anti-sous-marine. La bouée acoustique est un sonar déployée avec un flotteur. L'antenne sonar effectue sa mission d'écoute (bouée passive) ou d'émission-réception (bouée active) et transmet les informations jusqu'à épuisement de la batterie avant de couler. La marine française consomme par an entre 4.500 et 7.000 bouées, qui finissent au fond de l'océan mais qui coûtent à l'unité plusieurs milliers d'euros. Pour relancer cette filière, qui avait été abandonnée en 1996, Thales et le ministère des Armées vont investir ensemble autour de 30 millions d'euros. L'industriel espère se positionner sur ce marché ouvert annuel estimé entre 100 et 400 millions de dollars mais dominé par le duopole Ultra et Sparton.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :