Jeux vidéo : Asobo Studio ouvre son capital

 |  | 702 mots
Lecture 4 min.
Asobo Studio est notamment derrière la dernière édition de Microsoft Flight Simulator, sortie en août 2020 sur PC.
Asobo Studio est notamment derrière la dernière édition de Microsoft Flight Simulator, sortie en août 2020 sur PC. (Crédits : Microsoft Flight Simulator, 2020)
Le studio bordelais de jeux vidéo Asobo annonce l'ouverture de son capital au fonds d'investissement Sagard NewGen. Créé en 2002, Asobo Studio emploie 220 salariés à Bordeaux et revendique la place de premier développeur indépendant français de jeux vidéo sur console et PC. Ses deux derniers titres ont été particulièrement salués par la critique.

Pour la première fois de leur histoire, débutée en 2002 des cendres de l'emblématique studio Kalisto, les douze fondateurs d'Asobo Studio ont décidé de céder une part minoritaire de leur capital à un investisseur tiers. En l'occurrence, il s'agit du fonds Sagard NewGen, créé en septembre 2020. Ce fonds lancé par la plateforme internationale d'origine familiale Sagard Holding (famille Desmarais, au Canada) vise à investir entre 10 et 50 millions d'euros dans des acteurs prometteurs de la technologie et de la santé "qui ambitionnent de devenir leaders de leur marché et qui partagent un ADN d'innovation et de durabilité".

Lire aussi : Avec plus de 159 milliards de dollars, le marché du jeu surpasse l'industrie musicale

"L'opération consiste en une prise de participation minoritaire par Sagard NewGen auprès des fondateurs d'Asobo Studio et est l'occasion d'associer une plus large part des employés au capital. L'arrivée de Sagard NewGen permettra de soutenir les ambitions de croissance d'Asobo Studio tout en préservant son autonomie dans ses choix éditoriaux et stratégiques", indique le nouvel actionnaire minoritaire.

En l'occurrence, selon Les Echos, la prise de participation de Sagard NewGen représenterait un peu moins d'un tiers du capital d'Asobo pour une vingtaine de millions d'euros. Ce qui valoriserait le studio à 65 millions d'euros. Contacté par La Tribune, Asobo Studio n'a pas souhaité commenter ces informations.

A Plague Tale

"A Plague Tale : Innocence" (crédits : Asobo Studio)

Contrairement à Kalisto, qui avait fait le choix d'une entrée en Bourse en 1999 avant de disparaître trois ans plus tard, Asobo opte donc pour une association avec un partenaire financier unique. Un temps évoquée, l'hypothèse d'accueillir Microsoft au capital, qui mène un politique très active de rachats de studios indépendants, dont le poids lourd ZeniMax/Bethesda en septembre 2020, n'a finalement pas été retenue par le studio bordelais au profit de Sagard NewGen.

Cette ouverture du capital constitue néanmoins une nouvelle étape pour les développeurs bordelais qui viennent déjà de signer deux années très prolifiques avec la sortie de leur titre "A Plague Tale : Innocence" en 2019 puis de "Microsoft Flight Simulator" en 2020. Le premier a été salué tant par les joueurs que par la critique, décrochant six Pégases du jeu vidéo l'an dernier, dont celui du meilleur jeu. Le second, qui connaît aussi un franc succès depuis sa sortie sur PC l'an dernier, rejoindra l'offre de Xbox dans le courant de l'année. Il a déjà réuni plus de deux millions de joueurs et remporté le Game Award 2020 de la "Meilleure simulation / Meilleur jeu de stratégie" en décembre dernier.

"Flight Simulator va nous occuper pendant encore longtemps ! C'est une histoire qui nous engage sur dix ans, certainement plus. On va garder l'équipe actuelle de 120 salariés sur le projet et on devrait même la renforcer !", expliquait à La Tribune Sébastien Wloch, le CEO et cofondateur d'Asobo Studio, en septembre dernier.

Rentable, le studio qui emploie 220 salariés à Bordeaux, a réalisé 17 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2019 et près de 18 millions d'euros en 2020. Il compte un total de 24 créations depuis 2002 et travaille depuis déjà plusieurs mois sur un nouveau titre qui sera édité par Focus Home Interactive, comme "A Plague Tale : Innocence". Asobo recrute régulièrement en accueillant deux à trois nouveaux collaborateurs par mois et déménagera prochainement au sein de nouveaux locaux à Bordeaux Euratlantique.

Lire aussi : Comment Nyx utilise le jeu vidéo comme outil de formation en immersion

"Le studio est à la pointe de la technologie et de l'innovation et nous sommes impressionnés par l'ensemble de ses savoir-faire, tant sur le plan technique qu'artistique et créatif. Nous adhérons pleinement au business model d'Asobo Studio, juste équilibre entre développement de jeux pour le compte d'éditeurs de premier plan et créations maison. Cette opération, qui permet en particulier d'ouvrir plus largement le capital aux nombreux talents qui constituent le socle de la société", soulignent les trois dirigeants de Sagars Newgen, Bérangère Barbe, Agnès Huyghues Despointes et Guillaume Lefebvre.

Lire aussi : Comment la filière des jeux vidéos pourrait (encore) accélérer

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :