En France et en Suisse, Cheops Technology creuse le sillon du cloud souverain

 |  | 1375 mots
Lecture 7 min.
Nicolas Leroy-Fleuriot, à droite, lors de l'inauguration du siège de Cheops Technologie à Canéjan, près de Bordeaux, en 2018.
Nicolas Leroy-Fleuriot, à droite, lors de l'inauguration du siège de Cheops Technologie à Canéjan, près de Bordeaux, en 2018. (Crédits : Agence Appa)
Après un exercice 2020 en léger repli, Cheops Technology aborde 2021 avec quelques certitudes sur un marché du cloud dynamisé par la crise sanitaire. Nicolas Leroy-Fleuriot, le PDG du spécialiste girondin du cloud, revient sur le récent rachat d'une PME suisse, les perspectives des prochains mois et la dynamique clef autour des clouds souverains. 50 recrutements sont prévus en 2021.

"La première chose qu'ils m'ont demandé quand je suis arrivé à Genève c'est : allez-vous laisser nos données en Suisse ou les transférer en France ?", raconte à La Tribune Nicolas Leroy-Fleuriot, PDG de Cheops Technology (650 salariés, 112 millions d'euros de CA). Ce spécialiste du cloud (nuage pour informatique dématérialisée -NDLR) basé à Canéjan (Gironde) vient de racheter la société Suisse DFI Service (47 salariés, 9,2 millions d'euros de CA), sa première opération de croissance externe à l'étranger. En France, en Suisse, comme ailleurs en Europe, ce sujet éminemment sensible de la souveraineté des hébergeurs en cloud pour les données personnelles, économiques ou stratégiques se pose avec toujours plus d'insistance. "Aucun transfert de données à caractère personnel ne peut être réalisé en dehors de l'Union européenne", indique ainsi un arrêté pris par le ministère de la Santé le 9 octobre 2020 à propos de la plateforme Health Data Hub, hébergée par Mircrosoft mais qui devrait changer d'hébergeur d'ici deux ans comme Olivier Véran vient de s'y engager.

Lire aussi : Le Conseil d'Etat laisse Microsoft aux manettes de Health Data Hub, mais alerte d'un risque

Les usages du cloud par les entreprises et administrations se sont en effet fortement intensifiés dans le contexte de la crise sanitaire liée à lutte contre le Covid-19. A tel point que la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) vient de diffuser une note sur le sujet pointant les risques liés aux prestataires gratuits et/ou extra-européens.

"Ce que nous dit la DGSI est très clair", considère Nicolas...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :