Pour une économie qui tourne enfin rond !

 |  | 757 mots
Lecture 4 min.
 Mais plus encore, il est temps d'éco-concevoir par nos choix économiques. Pensons le ré-usage, la fin de vie et le recyclage des produits dès leur conception, affirment les signataires de cette tribune.
" Mais plus encore, il est temps d'éco-concevoir par nos choix économiques. Pensons le ré-usage, la fin de vie et le recyclage des produits dès leur conception", affirment les signataires de cette tribune. (Crédits : CC Pixabay by anncapictures)
La compétitivité de demain sera non-seulement, économique mais aussi écologique. La Tribune publie ce texte défendant une économie plus responsable et plus circulaire co-signé par cinq responsables économiques et politiques à l'occasion des Rencontres du développement durable.

On aurait bien du mal à nier l'évidence : l'urgence climatique est là, sous nos yeux. Pour agir, l'année 2020 avait bien commencé. La loi « anti-gaspillage pour une économie circulaire » nous amène à travailler sur chacun des enjeux clés : réduire les déchets, les réemployer, recycler, mobiliser. Et surtout : mieux produire.

Avec un siècle et demi d'industrialisation à marche forcée, oh, nous savons produire ! Fordisme, taylorisme, lean, tout cela est parfaitement connu. Malheureusement, nous savons tout aussi bien polluer, dégrader, consommer.

On ne parle pas ici de renoncer à l'idée de croissance mais de revenir au sens le plus sincère du progrès. Il s'agit de re-corréler la richesse économique et la santé de la planète. Car il n'y a pas de planète B.

La compétitivité de demain sera non-seulement, économique mais aussi écologique. Les bilans extra-financiers permettent déjà, pour les entreprises qui en publient, de démontrer les contours du problème. Mais plus largement, il nous faut une véritable comptabilité environnementale. Pour que l'empreinte écologique fasse pleinement partie de la performance des entreprises.

Il faudra retourner au Parlement, donc, pour compléter nos normes comptables. Mais bien avant ce processus législatif, sachons que des solutions immédiates existent. Chaque entreprise peut rentrer dans une logique plus circulaire.

Pour chaque produit, pour chaque service, détachons-nous de la logique de début et de fin. Inventons de nouveaux cycles de vie. Considérons cela comme un tout qui se nourrit, qui se suffit, qui s'alimente. En un mot : apprenons à tourner en rond. Paradoxalement, cela a du bon.

L'usage unique a déjà été restreint par la loi pour de nombreux produits. Mais plus encore, il est temps d'éco-concevoir par nos choix économiques. Pensons le ré-usage, la fin de vie et le recyclage des produits dès leur conception. Produisons directement avec des matériaux recyclés ou biodégradables. C'est ce à quoi nous aspirons. Et pour y parvenir, partons de ce que les citoyens, les consommateurs, les bénéficiaires ont à nous dire... et qu'ils nous répètent sans cesse : l'urgence environnementale est là !

Nous sommes déjà en 2020. Voilà cinq ans que nous avons adopté les Objectifs du développement durable aux Nations unies. Le 12e ODD nous oblige à "établir des modes de consommation et de production durables". Alors comme le dit très justement Antonio Guterres, le Secrétaire général de l'ONU, "entrons de plein pieds dans la décennie de l'action". Car il ne nous reste que dix ans pour les atteindre !

Tout cela dépend de nous, uniquement. Des entrepreneurs aux consommateurs. Au fond, de chaque citoyen. Accélérer ou ralentir la transition ? C'est nous qui avons le levier de vitesse entre les mains. Et chacun doit s'en saisir.

La recherche et l'enseignement fait l'avant-garde ! Il a des écoles pionnières, comme Kedge business school à Bordeaux, qui s'est saisie très tôt du sujet en créant, avant même l'adoption des ODD, une chaire de recherche appelée "Business as unusual". Ces chercheurs, tout comme ceux de l'ESCP business school aussi, ont transformé rapidement les cursus de leurs étudiants pour rendre l'économie plus circulaire.

C'est le même défi pour les entreprises, petites ou grandes. Les jeunes pousses, comme Zack, qui s'attaque à donner une deuxième vie à tous nos systèmes électroniques. Les grands groupes, comme Citeo, qui renforcent les systèmes de collectes dans nos régions et accompagnent de nombreuses entreprises vers l'écoconception.

Chacun doit s'y mettre. Pour agir résolument. Pour avancer sereinement. Pour progresser réellement. C'est pourquoi nous vous donnons rendez-vous aux toutes premières Rencontres du développement durable ! Organisées du 22 au 29 septembre, par l'Institut Open diplomacy et Kedge business school, elles donneront lieu à une journée dédiée à l'économie circulaire ce lundi 28 septembre.

Prenez dates ! Parce que nous voulons vous embarquer dans la transition. Parce que nous pouvons dessiner, ensemble, la voie d'une transition juste. À délivrer sincèrement. À mettre en place rapidement.

Texte signé par :

  • Thomas Friang, directeur général de l'Institut Open diplomacy, créateur des Rencontres du développement durable
  • Alexandre de Navailles, directeur général de Kedge business school
  • Aurélien Acquier, professeur à ESCP business school, doyen associé pour la soutenabilité
  • Huguette Tiegna, députée du Lot, présidente du groupe d'études « Économie verte et économie circulaire » de l'Assemblée nationale
  • Pierre-Emmanuel Saint-Esprit, fondateur et directeur général de Zack

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :