Comment la Banque alimentaire de Gironde a traversé le confinement

 |   |  802  mots
La plateforme logistique de la Banque alimentaire à Bordeaux Nord est restée opérationnelle pendant le confinement.
La plateforme logistique de la Banque alimentaire à Bordeaux Nord est restée opérationnelle pendant le confinement. (Crédits : Banque alimentaire)
Demande en forte hausse, circuits logistiques bousculés et normes sanitaires à déployer : les salariés et bénévoles de la Banque alimentaire de Gironde ont maintenu leurs distributions tout au long des 55 jours de confinement. Une mobilisation qui nécessite désormais de réunir plus de 400.000 € pour renouveler les stocks alors que les besoins risquent encore de croître dans les prochains mois à l'aune de la crise économique.

Depuis le 17 mars, la Banque alimentaire de Gironde a distribué plus d'un million de repas, soit une hausse de 20 % par rapport à la même période l'an dernier. Il faut dire que l'association a du faire face à la fois à la demande de 3.500 bénéficiaires supplémentaires, dont 700 étudiants, tout en assurant le respect des gestes barrières. "On joue un rôle de plateforme logistique en collectant des produits alimentaires auprès des grandes surfaces pour les redistribuer à nos 135 partenaires associatifs. Au début du confinement, ces derniers ont connu une sorte de rupture de leur bénévolat tandis que nos 15 salariés et 200 bénévoles ont du se réorganiser pour simplifier les circuits de ramasse et puiser dans notre stock de produits de première nécessité pour remplacer le manque de produits frais", raconte à La Tribune Gilles Dupuy, le président de la Banque alimentaire de Gironde depuis octobre 2019.

Lire aussi : Covid-19 : le big-bang des circuits de distribution de fruits et légumes en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :