Au Front : "La plateformisation des initiatives d'intérêt général"

 |   |  371  mots
Au Front : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie.
"Au Front" : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie. (Crédits : Raising the Flag on Iwo Jima, by Joe Rosenthal. 1945)
LE MONDE D'APRES. Pendant toute la durée du confinement, La Tribune ouvre ses colonnes à l’entrepreneur bordelais Guillaume-Olivier Doré pour "Au Front", une chronique quotidienne sur les initiatives locales face à la crise sanitaire et économique, pour préparer la riposte et bâtir le monde d'après.

Alors que la crise actuelle met en exergue la précarisation des travailleurs indépendants  des plateformes, que ces ex licornes de la technologie se cherchent un avenir dans ce nouveau monde où la proximité, l'humain et l'intérêt général seront les nouveaux "buzz words", les initiatives se multiplient pour détourner le concept des plateformes de ses objectifs purement mercantiles et le mettre à la disposition de l'intérêt général.

J'ai déjà cité Clapp.fr, l'initiative d'Obvy pour mettre en relation les bonnes volontés des uns et des autres, ou même jeparticipe.bordeaux.fr, qui recense toutes les initiatives citoyennes. De son côté, Fabso.fr (pour la Fabrique Solidaire) vient lui de plateformiser les besoins de protections pour les soignants locaux en recensant d'un côté les besoins et de l'autre toutes les initiatives locales pour fabriquer ces équipements.

Dans la même veine, Ernesti, créé par des jumeaux, plateformise la mise en relation entre étudiants en santé et personnes dépendantes maintenues à domicile pour leur permettre d'avoir une présence de nuit. Un sujet particulièrement important quand on sait que ce service évite la saturation des services hospitaliers. Plus de 5.000 nuits ont ainsi déjà été assurées et la société a non seulement décidé d'offrir sa prestation jusqu'à fin mai, mais étend son service avec un accompagnement à domicile pour les retours d'hospitalisation.

Une évolution largement anticipée par le Groupe SOS, présent à Bordeaux avec la Plateforme de mobilité Wimoov et qui, à travers ses 550 établissement de soins et de santé sur tout le territoire, innove à la fois dans la prise en charge et dans les outils. A l'instar de la livraison de repas bios aux soignants, à l'initiative de BlueBees.fr, la plateforme de dons démontre sa capacité à innover dans l'ESS aussi.

A la reprise, nous utiliserons les mêmes outils que dans le monde d'avant, mais ils seront dédiés à participer à la fondation d'une économie plus solidaire, la création d'un capitalisme d'intérêt général en quelque sorte. la challenge sera d'aligner ce nouveau monde avec les autres pays capitalistes, probablement moins sensibles à ces notions. Encore une exception française à cultiver...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :