Au Front : "Anticiper le besoin en professionnels du recrutement et des RH"

 |   |  416  mots
Au Front : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie.
"Au Front" : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie. (Crédits : Raising the Flag on Iwo Jima, by Joe Rosenthal. 1945)
LE MONDE D'APRES. Pendant toute la durée du confinement, La Tribune ouvre ses colonnes à l’entrepreneur bordelais Guillaume-Olivier Doré pour "Au Front", une chronique quotidienne sur les initiatives locales face à la crise sanitaire et économique, pour préparer la riposte et bâtir le monde d'après.

La sortie de crise se profile désormais avec un déconfinement progressif dans le courant du mois de mai prochain. Tous les secteurs économiques ne seront pas traités de la même manière mais l'activité va reprendre doucement.

Il est un secteur qui est paradoxalement démuni et qui, pourtant, aura fort à faire pour gérer les conséquences humaines de l'arrêt brutal de l'activité pendant huit semaines : c'est celui du recrutement.

Alors que l'activité économique a cessé brutalement, le secteur des ressources humaines a amplifié directement ce mouvement, et dans toutes ses spécialités, que ce soit dans le recrutement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration en allant jusqu'aux entreprises tech de la région : entre -40 et -50 % d'annonces avec néanmoins beaucoup d'intérim sur les secteurs sous pression (santé, logistique, alimentaire).

Lire aussi : Numérique : ces six métiers que tout le monde s'arrache à Bordeaux

Pourtant, l'état des salariés va réclamer toute l'attention des professionnels des ressources humaines dans les mois qui viennent. Il faudra en effet tenir compte des impacts psychologiques du confinement et des facteurs de stress associés, anticiper la "ressociabilisation" des équipes et leur cohésion, gérer au mieux les peurs naturelles engendrées par une vie dans un monde subissant la pandémie ; sans compter la délicate tâche de recruter à nouveau pour anticiper la reprise économique...

Souvent indépendants, ou constitués de réseaux, les professionnels en ressources humaines et en recrutement viennent de voir leur secteur d'activité mis entièrement à l'arrêt. Tout au plus des recrutements continuent dans quelques secteurs de la technologies (cyber sécurité ou réseaux), mais tous les autres secteurs ont cessé de recruter. Les modèles économiques de prestataires de services de cette industrie sont donc totalement remis en cause.

"A la reprise, ce sont les sujets de digitalisation des grands groupes qui vont revenir sur le devant de la scène : le contexte est révélateur du retard immense, culturel et opérationnel", expose Jacques Froissant, pape du recrutement digital et poisson pilote des nouvelles tendance RH, basé à Bordeaux.

Pour lui, les modalités de ce métier vont aussi changer sur la manière de recruter (entretien en visio) et les fameux soft skills (gestion des équipes à distance, télétravail...) vont être jugés prioritaires par les recruteurs...

Ce métier se prépare donc à faire sa révolution, et elle va être d'ampleur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :