[REPLAY VIDEO] Crise économique : les banques peuvent-elles sauver les entreprises et redémarrer l’économie ?

 |   |  238  mots
"Crise économique : quel rôle pour les banques pour sauver les entreprises et redémarrer l’économie ?" Le 22 avril 2020 à 10h30 sur La Tribune.
"Crise économique : quel rôle pour les banques pour sauver les entreprises et redémarrer l’économie ?" C'est le thème de l'évènement vidéo "Connect live" organisé par La Tribune ce mercredi 22 avril en partenariat avec la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou Charentes. Trois experts seront réunis pour présenter les dispositifs bancaires mis en place par l'Etat, expliquer l'ampleur et les enjeux de cette crise économique et sanitaire inédite et esquisser le scénario des mois qui viennent.

Prêts garantis par l'Etat, crédits inter-entreprises, reports d'échéances sans pénalités, prêts de Bpifrance, facilités de règlements de TVA et, bientôt, des exonérations ciblées de cotisation sociales : les dispositifs de soutien aux entreprises sont aussi inédits que nombreux et leurs contours changent quasi quotidiennement au rythme des annonces du gouvernement face à l'évolution de cette crise sanitaire et économique sans précédent.

Dans ce contexte hors normes, quel rôle les banques doivent-elles et peuvent-elles jouer pour sauver le plus d'entreprises possible et préparer la reprise de l'économie ? Comment les banques s'organisent-elles ? Jouent-elles le jeu pour soulager la trésorerie et les tracasseries des entrepreneurs et des travailleurs indépendants ? Comment accéder au prêt garanti par l'Etat ? Comment contacter le médiateur du crédit ? Peut-on bénéficier d'un diagnostic financier gratuit ? Quels sont les scénarios envisagés pour la sortie de crise ?

C'est pour répondre à toutes ces questions avec une approche pratique et pédagogique que La Tribune a réuni trois intervenants en vidéo mercredi 22 avril 2020, en partenariat avec la Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes :

  • Patrick Dufour, membre du directoire en charge de la banque de développement régional Caisse d'épargne Aquitaine Poitou-Charentes
  • Denis Lauretou, directeur régional de la Banque de France en Nouvelle-Aquitaine
  • Pierre Gruson, professeur de finance à Kedge BS Bordeaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2020 à 11:29 :
Bonjour,
Qu'en sera-t-il concernant les financements des entrepreneurs qui créeront des sociétés au sortir de cette crise?
Merci
a écrit le 20/04/2020 à 14:13 :
en ce qui concerne notre organisation, Sofitech s’engage pour le maintien de ses garanties sur :

• Crédit Coopératif :

- Report d’échéances : Mise en place d’un traitement automatique de report d’échéances si les conditions d’éligibilité sont remplies. Le Crédit Coopératif et Sofitech soutiennent les entreprises, en reportant 6 échéances, de leurs crédits moyen long terme, à la fin de leur tableau d’amortissement.

- Prêt PGE (Prêt Garanti par l’Etat) :
Droit au crédit à hauteur de (maximum) 3 fois le chiffre d’affaires mensuel, automatiquement garanti par l’Etat à hauteur de 90% et géré par la BPI. Le délai de carence est de 2 mois. Le prêt est remboursable au bout d’un an à la main de l’entreprise ou amortissable sur les 4 années suivantes. Pour accéder à cette garantie, il faut contacter le conseiller bancaire de sa banque pour demander le bénéfice d’un prêt de trésorerie garanti par l’Etat.

• BPCE LEASE :
Mise en place d’un traitement automatique de report d’échéances si les conditions d’éligibilité liées au secteur d’activité de l’entreprise sont remplies. Une étude, au cas par cas, par BPCE LEASE pour les sociétés dont le code NAF est exclu de la liste des activités en report automatique d’échéances. Les reports d’échéances se feront pour les prélèvements à compter du 1er avril 2020.
o En CBM :
 Rallongement de la durée de contrat de 6 mois et reprise de la facturation des échéances contractuelles après le gel.
 Valeur résiduelle inchangée.
 Intérêts capitalisés au taux du contrat et refacturés sur 6 mois (ou payés lors du rachat anticipé le cas échéant) sous forme de rubrique accessoire au loyer.

o En CBI (sous réserve de l’accord des autres crédits-bailleurs) :
 Pas de rallongement de contrat.
 Pas de modification de l’échéancier, la somme des deux factures trimestrielles non prélevées sera étalée sur une période de deux à trois ans.
A noter que la facturation sera mise à 0 (franchise en capital et intérêts).

• BPCE Factor :
Afin de répondre à des besoins de trésorerie urgents, mise en place d’une procédure exceptionnelle de souscription à distance avec un contrat d’une durée déterminée de 3 mois, une nouvelle offre est ensuite proposée ou le contrat est résilié.
Il s’agit de CASH EXPRESS PRO et CASH EXPRESS PME qui fonctionnent sans engagements et en dématérialisés pouvant bénéficier de la garantie SOFITECH avec un dépôt réduit jusqu’à 3% permettant ainsi le financement de 97% des créances commerciales.
a écrit le 16/04/2020 à 15:05 :
Bonjour,
Je n'arrive pas à m'inscrire pour participer à la conférence.
merci de votre aide
a écrit le 15/04/2020 à 18:27 :
Bonjour.

il est effectivement possible à une entreprise de demander à sa banque un report des échéances mensuelles d'un prêt.

Lorsque le prêt est garanti par une hypothèque et la caution personnelle du gérant, la banque, pour accorder un report d'échéances sur 6 mois, va faire régulariser un avenant à son débiteur, ce qui entraine des frais non négligeables. C'est une forme de double peine.

Nous vous lassions le soin de présenter cette remarque, si vous la trouvez pertinente et de nous tenir informés par mail. Nous restons à votre écoute et au besoin pouvons échanger avec vous par téléphone.

Bien à vous. F.L.
Réponse de le 17/04/2020 à 10:07 :
Bonjour
Il est normal qu'il y ait des frais dans une telle situation. Confondre crise avec Open Bar, n'est pas une pratique responsable. On ne sortira pas de cette crise indemne. Et les banques aussi. Elles aussi doivent faire face à la crise.
Avant tout le monde se plaignait des banques, maintenant on exige tout d'elles. Idem pour l'état. La libre entreprise a aussi ses risques, on n'arrête pas de nous le dire pour justifier les salaires des dirigeants.
Il faut arreter de se plaindre et se retrousser les manches.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :