Au Front : "Et si je sauvais mon commerce de proximité ? "

 |   |  358  mots
Au Front : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie
"Au Front" : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie (Crédits : Raising the Flag on Iwo Jima, by Joe Rosenthal. 1945)
LE MONDE D'APRES. Pendant toute la durée du confinement, La Tribune ouvre ses colonnes à l’entrepreneur bordelais Guillaume-Olivier Doré pour "Au Front", une chronique quotidienne sur les initiatives locales face à la crise sanitaire et économique, pour préparer la riposte et bâtir le monde d'après.

Pour celles et ceux qui ont pu passer dans les centres villes ces derniers jours, le même constat : les magasins sont (à juste titre) tous fermés ! Des rues entières de petits commerces aux rideaux baissés. Des entrepreneurs ou TPE souvent fragiles, qui rendent pourtant un service de proximité et vitalisent les zones fréquentées... Ce sont les premiers a avoir été touchés par la mise à l'arrêt de l'économie... Souvent, ces établissements drainent aussi toute une chaîne d'approvisionnement local, qui par ricochet se retrouve sans débouché.

C'est d'abord la Région Nouvelle Aquitaine qui vient de lancer une plateforme pour mettre en relation consommateurs et producteurs locaux. Produits-locaux-nouvelle-aquitaine.fr compte à ce jour plus de 1.000 producteurs régionaux inscrits (d'Angoulême, en passant par Limoges ou La Rochelle) qui sont mis en relation avec les consommateurs inscrits. Seule obligation : que le producteur puisse livrer de manière autonome. Une démarche idéale pour trouver un débouché aux produits des petits producteurs régionaux, en circuit court.

Lire aussi : Covid-19 : le big-bang des circuits de distribution de fruits et légumes en Gironde

Dans la même idée, le restaurateur bordelais Julien Cruège, qui entretient toute une chaîne de producteurs locaux et ne cuisine qu'avec ces matières du terroir, a décidé de cuisiner désormais des plats à emporter : une manière de continuer à faire travailler "ses" artisans du mieux possible. Un exemple à suivre ?

Enfin, l'initiative https://sauvetoncommerce.fr/, lancée en 3 jours par l'équipe de CibleR, et désormais reconnue par le gouvernement comme une solution à déployer nationalement. Le principe est simple : acheter pour vos commerçants de proximité un "bon solidaire", une avance sur un achat que vous effectuerez lorsqu'il sera ouvert à nouveau. Une manière de soutenir la réouverture de vos commerce en leur avançant de la trésorerie. CibleR sécurise tout le processus. Une organisation en circuit court là aussi, et une solidarité entre commerçants qui s'organise, en complément des soutiens financiers à court terme indispensable à la survie de ces établissements.

Maintenant à nous consommateurs de suivre !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :