Au Front : "L'Union sacrée dans la lutte locale"

 |   |  363  mots
Au Front : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie.
"Au Front" : une chronique quotidienne le temps du confinement pour présenter des initiatives locales et régionales qui préparent le monde d'après la pandémie. (Crédits : Raising the Flag on Iwo Jima, by Joe Rosenthal. 1945)
LE MONDE D'APRES. Pendant toute la durée du confinement, La Tribune ouvre ses colonnes à l’entrepreneur bordelais Guillaume-Olivier Doré pour "Au Front", une chronique quotidienne sur les initiatives locales face à la crise sanitaire et économique, pour préparer la riposte et bâtir le monde d'après.

Une fois n'est pas coutume, les chroniques du jeudi seront consacrées aux initiatives des réseaux, associatifs ou corps intermédiaires et collectivités locales, et des efforts conjugués qu'ils entreprennent pour répondre aux enjeux de l'économie de guerre.

La mobilisation est totale dans les services de la région Nouvelle Aquitaine, et les centaines d'agents en charge du soutien des filières économiques sont désormais au front pour accompagner, par du financement et de l'écoute, chaque secteur d'activité. Au delà de l'effet d'annonce du déblocage de 50 M€ pour accompagner les mesures gouvernementales, le région Nouvelle-Aquitaine joue à plein sa mission de soutien économique des territoires en imaginant désormais des outils de financement de sortie de crise, pour pérenniser les financements court termes accordés dans les semaines à venir.

Lire aussi : Coronavirus : Alain Rousset débloque 50 M€ pour les TPE, associations et agriculteurs

Une "Union sacrée" aussi côté Métropole, incluant le Medef, les CCI, les chambres des métiers, représentants de filières et associations. Même si l'impact actuel sur le tourisme est estimé à 150 M€ par mois, les professionnels se projettent sur le retour de la fréquentation cet été. Le vrai sujet du moment est la bataille auprès des assureurs pour faire reconnaître l'état de catastrophe naturelle, permettant aux exploitants de la restauration et de l'hôtellerie de faire fonctionner leurs assurances perte d'exploitation. La Métropole a dors et déjà décidé de suspendre les loyers de tous ses sites et anticipe de coordonner avec la région des actions de relance économique par la commande publique en s'affranchissant des règles des marchés public.

Enfin les associations d'entrepreneurs et d'entreprises (French Tech Bordeaux, Bordeaux Entrepreneurs...), aidés par leur partenaires, diffusent de nombreuses lettres d'information, organisent des webinars ou des échanges informels pour soutenir les hommes et les femmes qui luttent sur le terrain.

Toutes les collectivités sont mobilisées et sont là pour préparer la relance : entrepreneures et entrepreneurs faites levier sur cette mobilisation !

Lire aussi : La Tribune décrypte les mesures d'aide aux entreprises face au Covid-19

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :