Travailleurs indépendants : la bascule vers le régime général sans écueil majeur en Aquitaine

 |   |  315  mots
Pascal Emile, Henri Lourde Rocheblave et Philippe Claussin, le 23 janvier à Bordeaux.
Pascal Emile, Henri Lourde Rocheblave et Philippe Claussin, le 23 janvier à Bordeaux. (Crédits : PC / La Tribune)
L'Urssaf, l'Assurance maladie et la Carsat estiment que l'intégration des travailleurs indépendants au régime général de recouvrement, d'assurance maladie et retraite qui a débuté au 1er janvier 2020 est un franc succès.

Souriants et soulagés. Henri Lourde de Rocheblave, Philippe Claussin et Pascal Emile, les directeurs respectivement de l'Urssaf Aquitaine, de la CPAM de Gironde et de la Carsat Aquitaine n'on pas vécu d'accident industriel au 1er janvier 2020. Préparée depuis deux ans, la bascule totale de tous les travailleurs indépendants vers le régime général tant pour l'Assurance maladie, le versement des retraites que le recouvrement des cotisations sociales s'est bien déroulé, sans écueil majeur.

Cette intégration, qui signe la fin du Régime spécial des indépendants (RSI), a concerné 232.000 travailleurs indépendants dans l'ancienne région Aquitaine et 149.000 retraités. En interne, la bascule a entraîné le transfert de 300 agents de l'ex-RSI vers les structures du régime général. "Pour l'Urssaf, la bascule s'est bien passée et l'expérimentation du guichet unique lancée en avril 2019 à Bruges a fait ses preuves en accueillant plus de 18.000 personnes et sera dupliqué dans une trentaine de villes françaises", précise Henri Lourde de Rocheblave.

Lire aussi : Travailleurs indépendants : le premier guichet unique de France testé à Bordeaux

Même satisfaction du côté de la Carsat, qui a géré le versement au 9 janvier dernier des 148.000 retraites aux anciens travailleurs indépendants aquitains. Enfin, du côté de l'Assurance maladie, la bascule se fait en trois vagues : 20 janvier, 3 février et 17 février. "L'intégration des travailleurs indépendants a été un succès avec un taux de rejet de 2,35 %, soit davantage que les 0,9 % de rejets constatés pour l'intégration de la Sécurité étudiante l'an dernier mais bien moins que les 30 % constatés au début du processus actuel", explique Philippe Claussin.

Pour les travailleurs indépendants anciennement rattachés au RSI, cette bascule doit s'accompagner d'un fonctionnement simplifié et de services d'accueil physiques, téléphoniques et numériques élargis.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :