L'Institut culinaire de France s'installe à Bordeaux

 |   |  491  mots
L'Institut permettra aux étudiants de s'exercer dans les laboratoires ainsi que pour la boulangerie pâtisserie d'application
L'Institut permettra aux étudiants de s'exercer dans les laboratoires ainsi que pour la boulangerie pâtisserie d'application (Crédits : Institut culinaire de France)
Créé par le groupe Galileo Global Education, l'Institut culinaire de France a choisi Bordeaux pour implanter une école des arts culinaires développant une vision résolument entrepreneuriale. Les formations aborderont le volet technique de la restauration mais aussi d'autres compétences : gestion, design, marketing... A terme, il a pour objectif d'accueillir en vitesse de croisière plus de 560 étudiants et 500 adultes en formation continue.

L'Institut culinaire de France s'appuie sur un constat : les importants volumes de recrutement dans le secteur de l'hôtellerie-restauration et les difficultés à embaucher (20.000 emplois non pourvus, source étude Dares 2014) ainsi que des profils bien formés à la technique mais qui manquent de bagage en matière de création d'entreprise, de management, de recrutement, de gestion d'une entreprise, de design culinaire, de nutrition... Galileo Global Education vise à combler ce manque via des formations pluri-disciplinaires. Déjà présent à Bordeaux à travers Digital Campus ou le Cours Florent, le groupe s'apprête à ouvrir une nouvelle entité de l'Institut culinaire de France. Il a jeté son dévolu sur la Faïencerie, dans le quartier des Bassins à flot, à quelques centaines de mètres de Digital Campus. Le site abritera sur quatre étages des formations en boulangerie, en pâtisserie, en chocolaterie / confiserie, glacerie et en management des arts sucrés de niveau CAP, Bachelor (bac+3), Mastère (bac+5) et des programmes internationaux intensifs dispensées aux étudiants, demandeurs d'emploi et personnes en reconversion professionnelle. A terme, le lieu est dimensionné pour accueillir en vitesse de croisière plus de 560 étudiants et 500 adultes en formation continue. Ils pourront profiter de six laboratoires avec un équipement entièrement produit en France et se tester dans le cadre de "la seule boulangerie-pâtisserie d'application en France" qui ouvrira ses portes en janvier 2020.

"Nous voulons apporter une nouvelle touche de modernité et décloisonner les formations pour former non seulement des techniciens mais aussi de véritables entrepreneurs, en somme des mains d'or avec des têtes bien faites sachant comment on vend, comment on maille un territoire, comment on devient rentable. Leur offrir cet éventail de compétences leur donnera les moyens d'agir et de ne pas subir un environnement en mouvement perpétuel", explique le directeur général Zakari Benkhadra, qui déplore au passage que "les confédérations se sont démultipliées au détriment de la formation, conduisant à un émiettage. Malgré un savoir-faire unique, la France est devenue inaudible face au Japon ou aux Etats-Unis ainsi que les pays de l'Asie du Sud-Est qui ont embrassé ces métiers avec beaucoup de passion et de moyens."

Parmi les bachelors dispensés, on trouvera par exemple boulangerie et snacking, chocolaterie et entrepreneuriat, pâtisserie ou encore management des exploitations et des réseaux de vente. L'Institut culinaire de France choisira ses futurs étudiants sur "le projet et la motivation" des candidats plus que sur leur pedigree académique. Il faudra tout de même débourser 11.300 € pour un CAP en six mois, ou 9.900 euros pour une année d'étude en bachelor. Les formations sont éligibles aux différents types de financements (OPCA/OPCO, CPF...). "Les étudiants auront accès à une offre de service bancaire privilégié pour les accompagner dans le financement de leur scolarité, apportée avec des agences bancaires partenaires de l'école", précise cette dernière.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :