Cdiscount réduit ses pertes au 1er semestre 2019

 |   |  769  mots
Un entrepôt de Cdiscount à Cestas, en Gironde.
Un entrepôt de Cdiscount à Cestas, en Gironde. (Crédits : Agence APPA)
Grâce à l'essor de sa marketplace, au dynamisme de ses services aux professionnels et à la diversification de son offre aux particuliers, le géant français de l'e-commerce a amélioré ses résultats commerciaux et financiers sur les six premiers mois de 2019. De quoi réduire les pertes sans pour autant les combler. Le résultat net de Cdiscount reste en effet encore négatif de 42,2 M€.

Sur le plan commercial, l'enseigne e-commerce, dont le siège social est situé à Bordeaux, continue de progresser. Selon ses résultats financiers pour le 1er semestre 2019 publiés ce mercredi 24 juillet, Cdiscount a enregistré un volume d'affaires (*) de 1.752 M€, en hausse de 11 % par rapport au 1er semestre 2018. Le chiffre d'affaires s'établit lui à 995,8 M€ (+5,6 %). Sur le seul second trimestre, Cdiscount a enregistré 5,9 millions de commandes lui permettant d'écouler 11,1 millions de produits auprès de 9,2 millions de clients actifs.

La marketplace génère 40 % des revenus

Conformément à sa stratégie de montée en puissance de sa marketplace dans une logique de plateforme, l'activité de la place de marché pèse désormais 37,8 % du volume d'affaires de l'enseigne (en hausse de 3,3 points) et a même dépassé le seuil symbolique des 40 % au 2e trimestre 2019. Les revenus tirés des services B2B liés à la marketplace (Cdiscount Ads, Cdiscount Transport, Cdiscount Fintech) ont doublé au 2e trimestre 2019.

Lire aussi : Cdiscount va filialiser ses entrepôts (2/4)

Parallèlement, le programme de fidélité "Cdiscount à volonté" compte désormais deux millions de membres et un million de références éligibles à la livraison en 24h. Tandis que l'offre commerciale de l'enseigne a poursuivi son intense diversification avec Cdiscount Voyages, Cdiscount Billetterie, Cdiscount Energie et, désormais, Cdiscount Santé autour d'offres en matière de mutuelles santé et de lunetterie. Dans le même temps, Cdiscount mise toujours sur les points de contact physiques avec 55 corners dans les magasins Géant à la fin juin 2019 et 37 points-relais dans des fermes via la startup Agrikolis. Le trafic sur mobile a encore bondi de 20 % au 2e trimestre pour atteindre désormais 72 % du trafic total. Enfin, la stratégie de déploiement en Europe se poursuit avec désormais 25 pays couverts et 34 sites d'e-commerce directement connectés à Cdiscount.

Une perte nette de 42,2 M€ au 1er semestre

En revanche, les coûts d'exploitation sont repartis à la hausse à 188,3 M€ (+16,2 %) avec une baisse relative des coûts de distribution et de logistique (-0,2 point) - notamment grâce aux nouveaux process robotisés - compensée par une hausse des coûts marketing (+1,1 point), des dépenses technologiques (+0,7 point) et des coûts administratifs (+0,5 point), ces derniers intégrant en particulier les rachats l'an dernier de Stootie et de 1001pneus.

Au total, sur les six premiers mois de 2019, le résultat courant se redresse mais reste négatif à -13,9 M€ (contre -19,2 M€ au 1er semestre 2018). L'EBITDA (résultat opérationnel courant avant charges d'amortissement et dépréciation) est lui positif et s'établit à 18,1 M€, enregistrant une nette hausse de 11,8 M€ par rapport à celui du premier semestre 2018 (6,3 M€), selon la nouvelle norme comptable IFRS 16 (l'ancienne norme comptable aboutit à un EBITDA négatif de -4,3 M€ sur le1er semestre 2018 et positif de 5 M€ sur le 1er semestre 2019).

La marge brute est, elle aussi, orientée à la hausse à 174,5 M€ (+22,1 %). Enfin, le résultat net des activités poursuivies s'est, lui aussi, redressé de 12,5 M€ par rapport au 1er semestre 2018 mais reste néanmoins dans le rouge affichant une perte de 42,2 M€ (contre -54,6 M€ à la même période l'an dernier).

Cdiscount "en ligne avec son objectif annuel"

Tout n'est donc pas réglé pour le géant français du e-commerce mais la tendance semble encourageante.

"La solide croissance de Cdiscount, associée à une amélioration significative de son EBITDA, confirment la pertinence de sa stratégie, axée sur le développement de la marketplace et des nouvelles sources de monétisation via les services B2C et B2B. En conséquence, Cdiscount est en ligne avec son objectif annuel tant en termes de croissance que de rentabilité", considère ainsi l'enseigne.

Pour rappel, le groupe Casino, qui possède Cdiscount via la holding Cnova, a annoncé en avril dernier un rapprochement avec le géant mondial du e-commerce Amazon. Des consignes 'Amazon Lockers' seront installées dans quelque 1.000 magasins au sein d'enseignes comme Monoprix, Monop', Géant, Leader Price ou encore Spar tandis que des produits de marque Casino seront disponibles tant sur le site internet que sur l'application mobile d'Amazon.

 (*) Le volume d'affaires ou GMV pour "gross merchandise volume" est un indicateur utilisé par les entreprises de vente en ligne. Il comprend les ventes de marchandises, les autres revenus et le volume d'affaire de la marketplace sur la base des commandes validées et expédiées TTC. Mais il n'inclut pas les réductions, les coûts de livraison et les retours de produits, ce qui explique notamment la différence avec le chiffre d'affaires (1,752 Md€ Vs 0,996 Md€ au 1er semestre 2019).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :