Gilets Jaunes : trois députés prennent le pouls des commerçants bordelais

 |   |  663  mots
Les députés Jean-Dominique Cazeneuve, Roland Lescure et Damien Abad, membres de la mission parlementaire sur l'impact économique des Gilets jaunes, lundi 15 juillet 2019, à Bordeaux.
Les députés Jean-Dominique Cazeneuve, Roland Lescure et Damien Abad, membres de la mission parlementaire sur l'impact économique des Gilets jaunes, lundi 15 juillet 2019, à Bordeaux. (Crédits : PC / La Tribune)
A 48h de la publication de son rapport d'étape, la mission parlementaire sur l'impact économique du mouvement des Gilets jaunes était en déplacement dans le centre-ville de Bordeaux ce lundi 15 juillet. L'occasion d'esquisser quelques propositions d'aides aux commerçants.

Les trois députés membres de la mission parlementaire - Roland Lescure (LREM, Français de l'étranger), Damien Abad (LR, Ain) et Jean-René Cazeneuve (LREM, Gers) - ont arpenté les rues du centre-ville de Bordeaux pendant près de deux heures ce lundi matin. Objectif : recueillir les témoignages des commerçants touchés par les manifestations hebdomadaires des Gilets jaunes survenues de novembre à avril. Restaurateurs, commerçants, petits artisans, grandes enseignes, franchisés : ces derniers ont fait part de leurs difficultés sur le plan de la trésorerie et de leur impossibilité à récupérer le chiffre d'affaires perdu.

Lire aussi : Gilets jaunes : les commerçants bordelais à court de trésorerie

400.000 € déjà versés par la Métropole

Les fonds de soutiens lancés par les collectivités locales fonctionnent - notamment 400.000 € déjà versés par Bordeaux et Bordeaux Métropole - mais leurs critères restent perfectibles. "Nous sommes là pour écouter, pour chiffrer le phénomène et pour proposer des mesures d'accompagnement aux commerçants en particulier dans des villes comme Bordeaux qui sont des grandes blessées avec des pertes définitives de chiffre d'affaires pour beaucoup de petites entreprises", indique le co-rapporteur Roland Lescure. "Ce que nous voulons c'est transformer les aides à la trésorerie en aides plus durables."

Son collègue de l'Ain, Damien Abad met en avant deux points principaux : "Nous avons entendu les demandes d'aides directes de court terme mais aussi de long terme et la volonté des commerçants de convaincre les clients de revenir en centre-ville plutôt qu'en périphérie." L'association la Ronde des quartiers, qui fédère des commerçants bordelais, prépare ainsi un plan de relance pour la rentrée de septembre à grands renforts d'opérations spéciales, de communication, de tarifs de transport et de stationnement préférentiels et d'animations dans les rues de Bordeaux. Certains misent aussi sur la braderie d'été prévue du 17 au 20 juillet 2019.

Et le député gersois Jean-Dominique Cazeneuve assure que la mission parlementaire reviendra en Gironde à l'automne pour faire le bilan de la situation un an après le début de la crise des Gilets jaunes.

Aides aux jeunes entreprises et crédits d'impôt

Dans l'immédiat, les trois parlementaires publieront un rapport d'étape mercredi 17 juillet pour formuler des premières propositions avant le rapport final annoncé pour la fin de l'année. Les députés ont déjà identifié plusieurs sujets concrets dont celui des commerces de moins de deux ans qui n'ont pas de justificatifs de chiffre d'affaires et/ou qui ne sont pas éligibles aux dispositifs de soutien. "Ces entreprises sont dans un angle mort puisqu'elles ont souvent des chiffres en hausse par rapport à leur première année d'exploitation même si elles ont été impactées et sont, de fait, plus fragiles car très jeunes. Il faut donc réfléchir à la prise en compte d'autres indicateurs que le chiffre d'affaires qui n'est pas toujours pertinent : allons par exemple chercher le business plan, le budget prévisionnel", suggère Damien Abad.

Autre piste : la pérennisation de certaines aides via des exonérations exceptionnelles de cotisation sociales ou des crédits d'impôt au cas par cas. "Il faut réfléchir à des crédits d'impôt pour le cas d'un commerce qui n'a pas payé d'impôt en 2019 parce qu'il a perdu de l'argent à cause des Gilets jaunes. Ce crédit d'impôt pourrait s'appliquer en 2020 voire en 2021 pour matérialiser la prise en compte du préjudice subi en 2019 et soutenir la reprise d'activité", imagine de son côté Roland Lescure.

Selon le ministère de l'Economie et des finances, en France, près de 75.000 personnes, issues de 5.100 entreprises sont touchées par le chômage partiel en lien avec les mobilisations des Gilets jaunes. La croissance de l'économie française pour 2018-2019 aurait perdu entre 0,1 % et 0,2 %, soit 4,5 Md€.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2019 à 10:07 :
Ces députés devraient proposer le R.I.C., pour donner un autre moyen d'expression que la manifestation de rue et ses conséquences, au lieu de plaindre les victimes collatérales!
a écrit le 16/07/2019 à 9:00 :
"Selon le ministère de l'Economie et des finances, en France, près de 75.000 personnes, issues de 5.100 entreprises sont touchées par le chômage partiel en lien avec les mobilisations des Gilets jaunes"

Selon internet, en France près de 50 millions de personnes sont touchées par la cupidité financière européenne.

Mais regarder le doigt c'est tellement facile, simple et habituel hein...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :