Michel Ohayon investit 40 M€ à Libourne

 |   |  736  mots
Michel Ohayon, patron de la FIB à l'Intercontinental Bordeaux-Le Grand Hôtel.
Michel Ohayon, patron de la FIB à l'Intercontinental Bordeaux-Le Grand Hôtel. (Crédits : Agence Appa)
L’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon a confirmé à Philippe Buisson, maire de Libourne, qu’il reprenait le projet de restructuration des casernes du centre-ville porté jusque-là par la Financière Vauban. Une opération à 40 M€.

Le maire (PS) de Libourne (Gironde), Philippe Buisson, a annoncé ce mardi 18 juin, dans un tweet, que la restructuration des anciennes casernes de l'Ecole de sous-officiers de la gendarmerie (Esog), déployées sur près de sept hectares en plein centre-ville, est repris par l'homme d'affaires bordelais Michel Ohayon. Le départ de l'Esog de Libourne est connu depuis 2009 et c'est en 2016 que la société belge Financière Vauban, à Tournai, dirigée par Xavier Lucas et spécialisée dans les bâtiments anciens de prestige, a présenté son plan de reprise de cette friche militaire, qui comprend plusieurs bâtiments remarquables, moyennant 40 M€ d'investissement.

La Financière Vauban prévoyait notamment d'ouvrir un hôtel 5 étoiles au centre du domaine, doté d'un restaurant gastronomique, qui devait être flanqué d'un autre hôtel 3 étoiles ciblé sur les séminaires et congrès. Selon la mairie de Libourne le patron de la Financière immobilière bordelaise (FIB), que nous n'avons pu joindre au téléphone, devrait laisser tomber ce deuxième volet du programme tout en confirmant les 40 M€ d'investissement.

Sans doute de futures synergies avec Saint-Emilion

L'opération ne devrait cependant pas se dénouer avant les prochaines élections municipales. Ces casernes étaient auparavant occupées par l'Ecole nationale des officiers de réserve du service de santé des armées (Enrorssa), qui complétait en Gironde l'important dispositif de formation du service de santé des armées alors centré sur l'Ecole de santé navale, à Bordeaux, qui a été délocalisée à Lyon. Libourne est à la fois une ville industrielle, avec notamment le siège du groupe de pharmacie animale Ceva Santé Animale, mais aussi viticole. Située aux portes des vignobles de Saint-Emilion et de Pomerol, elle compte ainsi de nombreuses maisons de négoce et de courtage en vin.

Michel Ohayon, qui a transféré depuis quelques années l'essentiel de sa force opérationnelle à Paris, est tout à la fois capable de saisir les occasions qui se présentent et d'élaborer des programmes de développement à long terme. Et le fait qu'il ait racheté en février 2017 à l'investisseur chinois An Enda le Château Trianon, Saint-Emilion grand cru, distant de Libourne d'une dizaine de kilomètres seulement, fait sens dans une optique oenotouristique.

Rappelons qu'en 2018 Michel Ohayon a mené plusieurs opérations de diversification décisives en direction de la vente au détail, en reprenant la gérance de 22 magasins Galeries Lafayette en région puis en investissement lourdement au capital du distributeur de jouets la Grande Récré, dont il est devenu le propriétaire.

Propriétaire du Waldorf Astoria de Jérusalem

Parallèlement cet acteur majeur de l'immobilier commercial en France, dont le premier geste marquant a été la reprise et la restructuration du Grand Hôtel de Bordeaux, face au Grand Théâtre, devenu l'Intercontinental Bordeaux-Le Grand Hôtel poursuit ses investissements dans les palaces. Après avoir convaincu le chef Gordon Ramsay, star internationale de la gastronomie, de reprendre en main le Pressoir d'Argent (2 étoiles), le restaurant gastronomique de l'Intercontinental Bordeaux-Le Grand Hôtel Michel Ohayon a mené une énorme opération en rachetant, en décembre 2017 et moyennant 160 M€ (selon le quotidien Haaretz), le Waldorf Astoria de Jérusalem, palace de style ottoman qui comprend 227 chambres avec une aile privative composée de 27 appartements de luxe.

Selon le magazine israélien Globes, l'oligarque russe Leonid Nevzlin a acquis au Waldorf Astoria en 2014, date d'ouverture de ce palace israélien, un appartement de 500 m2 moyennant 40 millions de shekels (9,9 M€) ! Plusieurs chroniqueurs gastronomiques ont cru par ailleurs que Gilad Peled, jeune chef prodige israélien de la gastronomie internationale, qui a été pour Gordon Ramsay chef exécutif du Pressoir d'Argent de 2015 à 2018 allait prendre la tête des cuisines du Waldorf Astoria de Jérusalem. Mais il n'en a rien été puisque Gilad Peled a quitté en novembre dernier Bordeaux pour Londres où il est devenu chef exécutif des restaurants de Gordon Ramsay, le chef Anthony David, qui était jusque-là le second de Ronan Kervarrec, à l'Hostellerie de Plaisance (2 étoiles), à Saint-Emilion, ayant pris sa suite au Pressoir d'Argent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :