Vinexpo Paris et Wine Paris feront salon commun en février 2020

 |   |  575  mots
Rodolphe Lameyze, le nouveau directeur général de Vinexpo.
Rodolphe Lameyze, le nouveau directeur général de Vinexpo. (Crédits : Agence APPA)
Initialement prévue en janvier prochain, l'édition parisienne du salon professionnel Vinexpo se tiendra finalement du 10 au 12 février 2020, c'est-à-dire aux dates de l'évènement concurrent Wine Paris, créé l'an dernier. Les deux organisateurs viennent d'officialiser leur rapprochement. Parallèlement, Vinexpo Bordeaux cherche sa voie et pourrait être annualisé à partir de 2021.

"Ni un rachat, ni une fusion", assure-t-on du côté de Vinexpo. Mais il s'agit bien d'un virage aussi stratégique que pragmatique tant il est guidé par un principe de réalité : il aurait en effet été absurde et mutuellement nuisible d'organiser deux salons professionnels d'ampleur internationale à Paris à un mois d'intervalle. D'autant que l'agenda des acteurs des vins et spiritueux est déjà bien chargé. Mieux vaut donc travailler ensemble que de se livrer à une vaine concurrence. Résultat : le premier millésime de Vinexpo Paris, initialement prévu du 13 au 15 janvier 2020, et le nouveau venu Wine Paris, dont la toute première édition s'est tenue début 2019, ont conclu un mariage de raison annoncé ce 15 mai à l'occasion de Vinexpo Bordeaux. Et c'est le second qui accueillera le premier porte de Versailles du 10 au 12 février 2020.

Faire rayonner la France à l'international

Le principe acté par les deux organisateurs, Vinexpo et Comexposium, a été validé par les conseils d'administration de Vinisud et Vinovision Paris, les deux initiateur de Wine Paris. Le 18 septembre 2018 pourtant, le président de la CCI Bordeaux Gironde avait été très clair, balayant toute alliance avec Comexposium : "On ne prétend pas jouer dans la même cour. Nous ambitionnons un événement premium. Nous ne nous sommes pas compris." Et les deux salons s'étaient attachés ces dernières semaines à marquer leur territoire à coup de stratégies marketing offensives. Du côté de Vinexpo, qui semble donc avoir mis de l'eau dans son vin, il s'agit probablement de la première décision marquante du nouveau directeur général, Rodolphe Lameyse, arrivé il y a quelques semaines seulement pour relancer la machine.

Les deux organisateurs mettent en avant "une ambition collective, en réponse aux attentes du marché de rassembler à Paris ces deux évènements pour créer un nouveau temps fort international à un moment clé dans les calendriers d'achat." Objectif assumé : faire rayonner la France sur le plan international en parlant d'une seule voix et au même moment tout en évitant aux professionnels du secteur de faire le déplacement deux fois... ou de choisir entre les deux évènements.

Vinexpo Bordeaux : vers un changement radical

Le premier Wine Paris, en février dernier, a réuni selon l'organisateur 2.000 vignerons, négociants et coopératives, dont 16 % d'internationaux, ainsi que plus de 26.000 professionnels dont un tiers d'internationaux. De son côté, l'édition 2019 de Vinexpo Bordeaux accueille actuellement 1.600 exposants venant de 29 pays. La fréquentation de cette 20e édition, tout comme le nombre d'exposants, accusent une baisse de l'ordre de 30 % si bien que différentes pistes sont désormais envisagées pour faire évoluer le modèle.

"Cette édition 2019 marque un tournant avec beaucoup de qualité dans le contenu des conférences et du symposium sur le changement climatique et chez les exposants mais aussi un salon qui est plus petit. Il faut désormais prendre du recul puis des décisions", explique-t-on chez Vinexpo. Et plusieurs évolutions sont sur la table dont le passage à un rythme annuel à partir de 2021 et un rapprochement avec d'autres acteurs bordelais tels que la Semaine des primeurs de Bordeaux, organisée fin mars / début avril par l'Union des grands crus de Bordeaux. "La réalité des chiffres met en évidence la nécessité d'un changement radical de stratégie pour relancer Vinexpo Bordeaux et le faire vivre en harmonie avec Vinexpo Paris", conclut Rodolphe Lameyse, le directeur général.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :