Moins d’hôtels mais plus de chambres en Nouvelle-Aquitaine

 |   |  484  mots
(Crédits : CC by Pixabay)
Bien que la situation semble paradoxale, le nombre d’hôtels a diminué de 3% entre le 1er janvier 2015 et le 1er janvier 2019 tandis que la capacité d’accueil est en légère hausse en Nouvelle-Aquitaine, selon l’Insee. L’offre nouvelle se concentre sur les zones urbaines et le segment haut-de-gamme.

Cinquième région française à détenir le plus grand parc hôtelier derrière l'Occitanie ou encore l'Ile-de-France, la baisse de la capacité hôtelière en Nouvelle-Aquitaine concerne huit départements sur douze, selon une récente note de l'Insee. Ainsi, en quatre ans, 215 établissements ont cessé leur activité pour diverses raisons : faillites, manque de repreneur, reconversion dans l'hébergement social, etc. Malgré cela, 148 hôtels ont ouvert leurs portes détenant souvent plus de chambres que leurs prédécesseurs, expliquant ainsi cette croissance qui porte le nombre de chambres disponibles à plus de 55.000. Ce phénomène est loin d'être homogène : les zones rurales connaissent une baisse plus importante contrairement aux espaces urbains où l'offre d'hébergement se développe, en particulier dans les établissements haut de gamme.

Une offre en repli de 8 % à la campagne

Selon l'Institut, le département de la Creuse connaît la plus grande baisse de capacité d'accueil autour d'environ 15% suivie par les Deux-Sèvres et la Corrèze qui avoisinent les 7 % de perte. Représentant moins d'un cinquième de la capacité hôtelière régionale, les départements ruraux sont impactés par la rareté du tourisme par rapport aux zones urbaines s'ajoutant à la concurrence accrue face aux autres formes d'hébergements tels que les gîtes, les chambres d'hôtes, etc. A la suite de la fermeture de plusieurs petits établissements, l'offre y a décliné de 8 % en quatre ans, soit presque le double de la tendance enregistrée en France métropolitaine. Et puisqu'il y a moins d'hôtels, ces établissements parviennent à mieux se remplir malgré une fréquentation globalement en repli : 44% des chambres sont occupées soit une progression de deux points par rapport à 2015.

Au regard des chiffres de l'Insee, la Gironde et le Lot-et-Garonne ne sont pas concernés par une baisse des capacités d'accueil, ces départements connaissent au contraire une croissance respectivement de 7% et 8%. En zones urbaines, bien que des hôtels indépendants aient dû fermer, ils ont été rapidement remplacés par de nombreux établissements appartenant à de grandes chaînes. Au final, ces nouveaux hôtels sont moins nombreux mais disposent d'une capacité d'accueil plus importante, de 88 chambres en moyenne contre 21 pour les hôtels indépendants.

Les 4 et 5 étoiles ont le vent en poupe

Parmi ces établissements, plusieurs classés en 4 et 5 étoiles sont apparus depuis 2015 permettant d'augmenter de 24% leur capacité hôtelière sur ce segment haut-de-gamme. Ils ont émergé dans le paysage hôtelier soit par des ouvertures de nouveaux lieux (30 hôtels) soit par la montée en gamme des hôtels classés 3 étoiles comme cela a été le cas pour 22 d'entre eux. A l'autre bout du marché, les hôtels économiques (1 et 2 étoiles) ont perdu 13 % de leur capacité et totalisent le tiers des chambres fermées dans la région ces quatre dernières années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :