Aéronautique : Alpha-RLH fait le plein d'innovations avant le Salon du Bourget

 |   |  865  mots
Installé à l'Institut d'optique d'Aquitaine à Talence, ce robot qui opère du grenaillage laser sur des pièces métalliques est le fruit d'un budget de recherche de 4,3 M€.
Installé à l'Institut d'optique d'Aquitaine à Talence, ce robot qui opère du grenaillage laser sur des pièces métalliques est le fruit d'un budget de recherche de 4,3 M€. (Crédits : PC / La Tribune)
Rivets en polymères à mémoire de forme, robot de grenaillage laser, antenne radio intégrée au pare-brise : le pôle de compétitivité Alpha Route des lasers et hyperfréquences présentera une batterie de solutions technologiques de pointe au Salon international de l'aéronautique et de l'espace du Bourget du 17 au 23 juin. Objectif : valider l'intérêt du marché pour préparer le difficile travail de commercialisation.

Voyagera-t-on bientôt dans des avions assemblés par des rivets en matériaux polymères plutôt qu'en acier ? C'est le pari de la société innovante PolymerExpert, basée à Pessac, qui développe actuellement un prototype de rivet pour l'aéronautique plus léger, plus rapide à assembler et plus simple à entretenir. De quoi réduire significativement les coûts des avionneurs et compagnies aériennes : "Il y a 1,6 million de rivets en acier sur un Airbus A340, si on gagne un gramme par rivet on peut réduire d'une tonne le poids de l'avion, ce qui représente des milliers d'euros d'économie à multiplier par le nombre d'avions et de vols effectués", souligne Marc Dolatkhani, le PDG de l'entreprise qui emploie 21 salariés pour 4,2 M€ de chiffre d'affaires et 1,8 M€ de résultat.

Lire aussi : Matériaux intelligents : PolymerExpert lance sa filiale Innolens et ouvre 16 recrutements

"Le coût de fabrication est plus élevé aujourd'hui qu'un rivet standard et il y aura donc une phase d'apprentissage obligatoire et une recherche de partenaires capables de produire à grande échelle", précise le dirigeant de PolymerExpert. La recherche de partenaires passera inévitablement par le Salon du Bourget en juin prochain qui permettra de recueillir de précieux premiers retours des acteurs du secteur. "Il est encore trop tôt pour évaluer le marché potentiel mais si on prend dans un premier temps ne serait-ce que 10 % du marché sur les sièges, dont les normes de sécurité sont moins drastiques, ce sera déjà colossal", analyse Marc Dolatkhani, qui travaille main dans la main sur ce projet avec le pôle de compétitivité Alpha - Route des lasers et hyperfréquences (Alpha-RLH).

De l'innovation à l'emploi

Ce dernier s'envolera pour le Bourget avec la soute pleine d'innovations prometteuses... mais qui doivent encore trouver leurs débouchés commerciaux et leur modèle de rentabilité. Un exercice particulièrement délicat. Rassemblés au sein du projet Saphyr (solutions photoniques et hyperfréquences pour l'aéronautique), ces savoir-faire de pointe tardent à se concrétiser en emplois et en retombées économiques sonnantes et trébuchantes. C'est pourtant le mantra d'Alain Fontaine, président de la société Pégase et partie prenante du projet Saphyr, et l'obsession politique d'Alain Rousset, le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine, co-financeur du programme piloté par Alpha-RLH.

"Sur tout un tas de sujets éminemment techniques, nous savons faire en France, nous avons toutes les compétences de haut niveau. Il faut maintenant que nous réussissions ce passage vers le marché qui doit nous permettra de structurer une filière opérationnelle et, in fine, de créer des emplois sur le territoire", insiste Alain Fontaine, ancien haut dirigeant d'Airbus. "L'enjeu de la prochaine génération d'avions de ligne c'est de concevoir un appareil efficace à produire et efficace à maintenir. La France et l'Europe sont bien placées pour cela."

Satellites et laser haute fréquence

Parmi les projets qui seront présentés au Salon du Bourget sur le stand de la Nouvelle-Aquitaine, figure le prototype de laser développé le centre de recherche Alphanov et l'entreprise Cilas, filiale d'ArianeGroup, qui emploie 262 salariés, dont une vingtaine dans la région, et recrute actuellement trente collaborateurs supplémentaires (ingénieur, logisticiens, commerciaux). Spécialisée dans les marqueurs lasers à usage militaire, Cilas développe un laser impulsionnel innovant aux applications multiples dans l'aéronautique, spatial et défense. Il sera notamment embarqué dans le successeur du satellite européen Aladin lancé en août 2018 et qui permet de réaliser des cartes dynamiques en 3D des vents terrestres, mesurant leur force, leur direction et la pollution atmosphérique. "L'objectif est de transposer cette technologie à bord des avions de ligne parce qu'elle pourrait avantageusement s'ajouter aux mesures des sondes Pitot", illustre Alain Fontaine.

Mais ce prototype de laser peut aussi traiter des pièces métalliques par un grenaillage laser qui améliore la durabilité des pièces, diminuant d'autant les coûts de maintenance. Un prototype fonctionne à l'Institut d'optique d'Aquitaine, à Talence et trouvera aussi des applications dans le secteur nucléaire, automobile et médical (traitement des prothèses en titane par exemple).

"Il n'est pas immodeste de dire que la France est dans le tiercé de tête dans ce domaine mais la concrétisation industrielle du procédé est une autre étape. Il faut faire faire de ce prototype une vitrine de notre savoir-faire afin de le commercialiser à grande échelle", souligne Hervé Floch, le directeur général du pôle Alpha-RLH.

Enfin d'autres prototypes seront présentés tels qu'une nouvelle génération de phares d'avion à Led (Nexeya), un générateur de formes d'ondes maitrisées déclenchées par commande optique (ProtoTIG), un système robotique permettant à la fois de fabriquer des pièces (fabrication additive laser, texturage ou décapage) et de mener un contrôle dimensionnel et CND (VLM Robotics) ou encore des antennes radio intégrées au pare-brise (Cisteme) et des systèmes de pesée d'avion (Febus Optics)

Lire aussi : Febus Optics veut jouer les premiers rôles dans la surveillance d'infrastructures par fibre optique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :